Fizahan-teny

Ohabolana : faty

Ohabolana Ala nenina amy ny ho faty ny fanafody ; alanenina amy ny ho very ny lositra. [Cousins 1871 #86]
Ala nenina amin' ny ho faty ny fanafody. [Rinara 1974 #105]

Ohabolana Ampombo malemy sy kisoa : faty no isarahana. [Veyrières 1913 #5248, Cousins 1871 #153]
Ampombo malemy sy kisoa, ka faty no isarahana. [Houlder 1895 #261, Rinara 1974 #191]
Dikanteny frantsay Cochon et son fin : cela ne se sépare qu' à la mort. [Veyrières 1913 #5248]
Le son et les porcs: la mort seule les sépare. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des choses auxquelles on tient beaucoup. [Veyrières 1913 #5248]

Ohabolana Angaha noheverin-ko faty aho no nariana tamin' ny aretina ? [Rinara 1974 #256]

Ohabolana Aoka handrovi-tsihy, fa ho faty ihany. [Veyrières 1913 #2843]
Dikanteny frantsay Usons les nattes et jouissons un peu, car nous mourrons un jour. [Veyrières 1913 #2843]
Fanazavana frantsay Autre sens : faire un dernier coup avant de subir le malheur. [Veyrières 1913 #2843]

Ohabolana Asesiky ny fitia sy ny hanina azy, ka tsy mahalala masoandro ho faty. [Houlder 1895 #1752, Cousins 1871 #290]
Asesiky ny fitia sy ny hanina izy, ka tsy mahalala masoandro ho faty. [Veyrières 1913 #5064]
Dikanteny frantsay Être tellement amoureux qu' on ne voit pas la nuit venir, quand il faudrait retourner chez soi. [Houlder 1895]
Pressé par l' amour et le regret, il ne connaît plus le coucher du soleil. [Veyrières 1913 #5064]
Fanazavana frantsay Se disait des débauchés. [Veyrières 1913 #5064]

Ohabolana Ataovy toy ny lamban’ akoho ny fanambadiana : faty no hisarahana. [Cousins 1871 #312]
Ataovy toy ny lamban' akoho ny fanambadiana : faty no isarahana. [Veyrières 1913 #1359]
Ataovy toy ny lamban' akoho ny fanambadiana, ka faty no isarahana. [Houlder 1895 #1817, Rinara 1974 #336]
Dikanteny frantsay Que le mariage soit comme les plumes (litt, le "lamba" ) d' un poulet: on ne se sépare qu' à la mort. [Houlder 1895]
Que le mariage soit pour vous comme les plumes des volailles qui ne les quittent qu' à la mort : qu' il soit indissoluble jusqu' à la mort. [Veyrières 1913 #1359]

Ohabolana Aza mahita ny faty ka tonga mampahatsiatsiahy ny alahelo. [Rinara 1974 #36]

Ohabolana Aza malahelo diso levenana, fa ny faty mbola ho be. [Cousins 1871]
Aza malahelo diso levenana, fa ny faty mbola ho betsaka. [Rinara 1974 #468]
Aza malahelo diso levenana, fa ny marary mbola ho be. [Houlder 1895 #2137]
Aza malahelo diso levenana, fa ny maty mbola ho be. [Veyrières 1913 #2846]
Aza malahelo diso levenana, fa ny sisa mbola ho be. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ne regrettez pas d' avoir manqué un ensevelissement, car des malades, il y en aura encore beaucoup. [Houlder 1895]
Ne vous désolez pas d' avoir manqué un enterrement, car les morts seront encore nombreux. [Veyrières 1913 #2846]
Fanazavana frantsay Et par conséquent aussi des décès et des ensevelissements, auxquels vous pourrez assister. [Houlder 1895]
Paroles de consolation à celui qui a manqué une occasion. [Veyrières 1913 #2846]

Ohabolana Aza manao fatin-dalitra, ka maty mitety ny ratsy ; fa manaova fatin-tantely, ka maty mamela mamy ho an' ny fokonolona. [Veyrières 1913 #2847, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ne mourez pas comme les mouches en courant sur les saletés, mais comme les abeilles qui meurent en laissant la douceur à la ruche. [Veyrières 1913 #2847]
Ne mourez pas comme les mouches, en courant sur toutes les saletés; mais mourez comme les abeilles, qui meurent en laissant le doux pour les autres. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Faites le bien, non le mal. [Veyrières 1913 #2847]

Ohabolana Aza manary faty. [Veyrières 1913 #1062]
Dikanteny frantsay N' abandonnez pas le corps d' un parent mort. [Veyrières 1913 #1062]
Fanazavana frantsay Respect dû aux morts, surtout aux parents. [Veyrières 1913 #1062]

Ohabolana Aza tanora be sondrotr' aina, fandrao ho faty alohan' ny marary. [Veyrières 1913 #2784]
Aza tanora be sondrotr’ aina, fandrao tsy misy ho faty alohan’ ny marary. [Cousins 1871]
Tanora be sondrotr’ aina: ho faty alohan’ ny marary. [Veyrières 1913 #1584, Cousins 1871 #3016]
Tanora be sondrotr' aina, ka ho faty alohan' ny marary. [Rinara 1974 #4053]
Dikanteny frantsay Jeunes gens qui poussent de longs soupirs : ils mourront avant les malades. [Veyrières 1913 #1584]
Ne soupirez pas souvent et ne soyez pas rempli d' émotion alors que vous êtes jeune, de peur que vous ne mouriez avant ceux qui sont malades. [Veyrières 1913 #2784]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui poussent des soupirs, chaque fois qu' il y a un travail à faire ou quelque chose à supporter. [Veyrières 1913 #2784]
Se disait des jeunes gens qui poussent des soupirs chaque fois qu' il y a un travail à faire. [Veyrières 1913 #1584]

Ohabolana Faty be mora efaina. [Veyrières 1913 #3338]
Dikanteny frantsay On se tire facilement d' une affaire où il y a beaucoup de complices. [Veyrières 1913 #3338]

Ohabolana Faty entin' alina ka tsy manampidiny. [Rinara 1974 #1155]

Ohabolana Faty ividianan-dambamena tsy antonona azy mahavery ny olona. [Veyrières 1913 #2361]
Faty ividianan-dambamena tsy antonona azy, mahavery ny velona. [Cousins 1871 #949]
Faty ividianan-dambamena tsy antonona ka mahavery ny velona. [Rinara 1974 #1156]
Dikanteny frantsay Mort pour lequel on achète des linceuls en nombre disproportionné avec sa condition : cela ruine les vivants. [Veyrières 1913 #2361]
Fanazavana frantsay Il faut éviter la prodigalité, même dans les funérailles. [Veyrières 1913 #2361]

Ohabolana Faty maimbo ka ny tompon-kavana ihany no mahazaka akaiky. [Rinara 1974 #1157]
Faty maimbo : ny tompon-kavana ihany no sahy manakaiky. [Cousins 1871]

Ohabolana Ho faty, ka tsy maty tsara ihany, fa mandrovi-tsihy. [Veyrières 1913 #2856, Cousins 1871]
Ho faty ka tsy maty tsara ihany fa no mandrovi-tsihy! [Rinara 1974 #1365]
Indrindra ho faty ihany ka tsy handrovi-tsihy? [Houlder 1895 #2102]
Dikanteny frantsay Comme il mourra sûrement, ne faut-il pas qu' il use une natte? [Houlder 1895]
Puisqu'on va mourir, pourquoi ne pas mourir simplement au lieu de déchirer les nattes? [Veyrières 1913 #2856]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait la résignation. [Veyrières 1913 #2856]
Il faut bien qu' il jouisse de la vie! [Houlder 1895]

Ohabolana Ilay mitsabo marary malain-kanan-dratsy : ambaraky ny efa ho faty ka mbola tsaratsara ihany. [Veyrières 1913 #2794, Cousins 1871]
Ilay mitsabo marary malain-kanan-dratsy : efa ho faty ka mbola tsaratsara ihany. [Rinara 1974 #1409]
Dikanteny frantsay Celui qui soigne des malades et n'aime pas à en voir un qui se porte mal : même lorsque le malade va mourir, il dit toujours qu' il va assez bien. [Veyrières 1913 #2794]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui disent toujours que cela va bien. [Veyrières 1913 #2794]

Ohabolana Kibo malain-kanan-dratsy : mandraky ny efa ho faty, ka mbola mandroso aretina ihany! [Rinara 1974 #1641]
Kibo malain-kanan-dratsy : mandraky ny efa maty ka mbola atao mandroso aretina ihany. [Cousins 1871]

Ohabolana Lambam-borona, ka faty no isarahana. [Veyrières 1913 #1376]
Lamban’ akoho : faty no isarahana. [Nicol 1935 #130, Cousins 1871]
Lamban' akoho, ka faty no isarahana. [Veyrières 1913 #5272, Rinara 1974 #1702, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza izay rehetra tsy misaraka amin' ny tena raha tsy noho ny fahafatesana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ce qui est indissoluble ou inséparable, c' est comme les plumes des volailles qui ne les quittent qu' à la mort. [Veyrières 1913 #5272]
Plumage de la poule: elle ne s’en dépouille qu’à la mort. [Nicol 1935 #130]
Plumes de volailles : elles ne les quittent qu' à la mort. [Veyrières 1913 #1376]
Fanazavana frantsay Se disait des choses qui durent, qui sont inséparables, par exemple un mariage indissoluble. [Veyrières 1913 #1376]
Se disait surtout des mariages indissolubles. [Veyrières 1913 #5272]

Ohabolana Mahita ny faty avy lavitra, ka mamohafoha ny alahelo. [Veyrières 1913 #2866, Cousins 1871 #1429]
Mijery ny faty avy lavitra, ka mamohafoha ny alahelo. [Veyrières 1913 #2866, Cousins 1871 #1429]
Dikanteny frantsay En voyant le cadavre rapporté de loin, toutes les douleurs se réveillent. [Veyrières 1913 #2866]
Fanazavana frantsay Les Malgaches aimaient rapporter dans le tombeau de famille, le cadavre de celui qui était mort au loin. [Veyrières 1913 #2866]

Ohabolana Manao andevolahy miandry faty : ny hena no andrasany eo, tsy mba ny faty no andrasana. [Veyrières 1913 #563]
Dikanteny frantsay Faire comme l' esclave qui veille un mort : ce n' est pas le mort qu' il veille, mais le morceau de viande qui lui reviendra du boeuf tué à l' occasion des funérailles. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui agissent par intérêt. [Veyrières 1913 #563]

Ohabolana Manao zanaky ny mpisikidy ka tsy mba ho faty, na zanaky ny mpanefy ka tsy ho may. [Houlder 1895 #39]
Manao zanaky ny mpisikidy tsy mba ho faty. [Rinara 1974 #2026]
Dikanteny frantsay Croire qu' on ne mourra pas parce qu' on est fils d' un devin, c' est comme si l' on pensait qu' on ne sera pas brûlé du fait qu' on est fils d' un forgeron. [Houlder 1895]

Ohabolana Manary faty. [Veyrières 1913 #2868]
Dikanteny frantsay Abandonner le corps d' un parent, c'est comme si on jetait un corps mort, comme on se débarrasserait de détritus. [Veyrières 1913 #2868]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui ne se conformaient pas aux usages traditionnels de respect des morts, par exemple ceux qui n' allaient pas chercher le corps d' un parent mort au loin. [Veyrières 1913 #2868]

Ohabolana Misalasala ohatra an-dRakotobe : hivarotra matahotra ny ho fatiantoka, hangalatra matahotra ny ho tapa-doha. [Rinara 1974]
Misalasala tahaka an-dRakotobe: mivarotra, mahatahotra ny ho faty antoka; mangalatra, matahotra ny ho tapa-doha. [Houlder 1895]
Misalasala tahaka an-dRakotobe : mivarotra, matahotra ny faty antoka ; mangalatra, matahotra ny ho tapa-doha. [Veyrières 1913 #5813]
Dikanteny frantsay Être perplexe comme Rakotobe: s' il se met à faire du commerce, il craint de faire des pertes; et s' il se fait voleur, il craint d' avoir la tête coupée. [Houlder 1895]
Perplexe comme Rakotobe : s' il fait du commerce il a peur de faire des pertes; s' il se met à voler il a peur d' avoir la tête coupée. [Veyrières 1913 #5813]

Ohabolana Misikidy finaritra, malain-karary, misikidy marary, malain-ko faty. [Rinara 1974 #2356]

Ohabolana Mivarahontsana hoatry ny vavy antitra mandre faty lavitra. [Veyrières 1913 #1886]
Mivarahontsana, ohatra ny vavy antitra mandre faty lavitra. [Cousins 1871]
Mivarahontsana sahala amin--dRafotsibe nandre faty lavitra. [Rinara 1974 #2515]
Dikanteny frantsay Atterré comme la vieille qui apprend que quelqu' un est mort au loin. [Veyrières 1913 #1886]
Fanazavana frantsay C'était un grand chagrin de mourir loin du tombeau des ancêtres. [Veyrières 1913 #1886]

Ohabolana Mpivady iray lainga, faty no isarahana. [Veyrières 1913 #1383, Cousins 1871 #1996]
Mpivady iray lainga ka faty no isarahana. [Houlder 1895 #1746, Rinara 1974 #2633]
Dikanteny frantsay Des époux qui sont unis dans le mensonge, la mort seule les séparera. [Houlder 1895]
Deux époux complices d' un même mensonge : la mort seule les séparera. [Veyrières 1913 #1383]
Fanazavana frantsay Exagération malicieuse qui fait allusion à la grande facilité du divorce. [Veyrières 1913 #1383]

Ohabolana Na ao aza ny afa-doha, ny loha ve tsy hanelo, na ao aza ny afa-drà dia ala nenina izany fa tsy ody faty. [Rinara 1974]

Ohabolana Nahoana no ny faty halevina indray no hadinoina? [Veyrières 1913 #2889]
Nahoana no ny faty halevina no hadinoina? [Houlder 1895 #2128]
Dikanteny frantsay Comment se fait-il que ce soit le corps à enterrer qui ait été oublié? [Houlder 1895]
Pourquoi oubliez-vous le corps à enterrer, pour vous livrer à d' autres occupations? [Veyrières 1913 #2889]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des gens qui laissent le principal pour l' accessoire ou bien font autre chose que ce qu' ils ont à faire. [Veyrières 1913 #2889]
Oublier ou négliger la chose principale. [Houlder 1895]

Ohabolana Nataonao dia ho faty moa aho, no dia narianao tamin’ aretina ? [Cousins 1871 #2095]
Nataonao dia ho faty ve aho no dia narianao tamin' aretina? [Houlder 1895 #1991]
Nataonao ho faty angaha aho no nariana tamin' aretina? [Rinara 1974 #2766]
Dikanteny frantsay Avez-vous cru que je mourrais, pour m' avoir abandonné quand j' étais malade? [Houlder 1895]

Ohabolana Nidiran' angano fa ny faty halevina indray no hadino! [Rinara 1974]
Nidiran’ angano, fa ny faty halevina no hadino. [Veyrières 1913 #3284, Cousins 1871 #2100]
Dikanteny frantsay Rencontrer un malheur, parce qu' on a oublié le corps à enterrer pour se livrer à d' autres occupations. [Veyrières 1913 #3284]
Fanazavana frantsay Laisser le principal pour l' inutile ou l' accessoire ; c'était une croyance populaire que le manque de soin pour les funérailles portait malheur. [Veyrières 1913 #3284]

Ohabolana Ny faty halevina no hadino. [Veyrières 1913 #2895]
Dikanteny frantsay Oublier le mort à ensevelir, c'est oublier la chose principale. [Veyrières 1913 #2895]
Fanazavana frantsay Laisser le principal pour l' accessoire ou l'inutile. [Veyrières 1913 #2895]

Ohabolana Ny faty mpanazakazaka ary ny aretina vadin-koditry ny olombelona. [Houlder 1895 #2095, Rinara 1974 #2975]
Ny faty mpanazakazaka, ny aretina vadin-koditry ny olombelona. [Veyrières 1913 #28, Cousins 1871 #2223]
Ny faty mpanazakazaka, ny aretina vadin-koditry ny olombelona, tsy hita izay ho faty aloha. [Veyrières 1913 #3646]
Dikanteny frantsay La mort arrive au pas de course, la maladie est inhérente à l'homme et le suit comme sa peau, on ne sait qui mourra le premier de nous deux, c' est pourquoi prenons des témoins. [Veyrières 1913 #3646]
La mort court après l' homme, la maladie est inséparable de l' homme. [Veyrières 1913 #28]
La mort est une poursuivante, et la maladie est inséparable des hommes. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Exhortation à faire ce qu'on peut tant qu'on est fort et en santé, et aussi à supporter ce qu' on ne peut pas éviter. [Veyrières 1913 #28]
Se disait des conventions importantes où l' on voulait prévenir les difficultés. [Veyrières 1913 #3646]

Ohabolana Ny sandry be tsy ody aina, ary ny hatanorana tsy ody faty; fa samy ho faty avokoa. [Cousins 1871 #2414]
Ny sandry be tsy ody aina, ny hatanorana tsy ody faty, fa samy ho faty avokoa. [Veyrières 1913 #2909]
Ny sandry be tsy ody aina, ny hatanorana tsy ody mahavelona, fa hetra itovizana ny ho faty. [Rinara 1974 #3241]
Dikanteny frantsay La force n' est pas un talisman qui conserve la vie, la jeunesse n' est pas un talisman contre la mort, mais tout le monde mourra. [Veyrières 1913 #2909]

Ohabolana Ompa ho mate, soa ho lava velo. [Poirot & Santio: Vezo]
Ompan-ko faty vao ela velona. [Rinara 1974 #3447, Cousins 1871 #2574]
Voavahy an-dafin-drano : ompan-ko faty ka vao ela velona. [Veyrières 1913 #4229, Cousins 1871 #3717]
Voavahy an-datin-drano : ompan-ko faty vao ela velona. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Haricots qui sont de l' autre côté de l' eau : plus on leur souhaite la mort et plus longtemps ils vivent. [Veyrières 1913 #4229]
Plus on lui souhaite de mal, plus il vit longtemps. [Poirot & Santio: Vezo]
Fanazavana frantsay Se disait des personnes auxquelles on souhaite en vain des malheurs. [Veyrières 1913 #4229]

Ohabolana Piapiaka foana ny an' ny an-dambamena, fa ny an-jabo ihany no ho faty manao azy. [Rinara 1974 #3492]
Piapiaka foana no any ny an-dambamena, fa ny an-jabo ihany no ho faty hanao azy. [Cousins 1871]

Ohabolana Raha indrindra ho faty ihany, aleo matin-janak' anabavy. [Rinara 1974 #3580]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo matin-dranaotra. [Veyrières 1913]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo maty ny zanak' anabavy. [Houlder 1895]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo maty ny zanaky Ranaotra. [Houlder 1895]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo matin-janak' anabavy. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo matin-janaky Ranaotra. [Cousins 1871]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo maty ny zanak' anabavy. [Houlder 1895]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo maty ny zanak' Ranaotra. [Houlder 1895]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo matin-janak’ anabavy. [Cousins 1871]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo matin-janaky Ranaotra. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Puisqu'il faut bien que quelqu' un (ou: que chacun) meure, il vaut mieux que ce soit l' enfant de ma sœur (ou: mon beau-frère), (plutôt que moi). [Houlder 1895 #2100]
S'il faut que nous perdions, il vaut mieux que ce soit l' enfant de notre soeur qui nous fasse perdre, ou bien notre beau-frère. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il vaut mieux que tout se passe en famille. [Veyrières 1913 #1124]

Ohabolana Raha ny tokan-tsy tia tsy hamonoako tena, fa raha ny be sy ny maro, hisotro tsingala aho ho faty. [Rinara 1974]
Raha olona iray no tsy tia ahy, mitoto koba aho hatavy; fa raha ny be sy ny maro no tsy tia ahy, hisotro tsingala aho ho faty. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Si je ne suis haï que d' un seul, je préparerai de la farine pour m' engraisser; mais si tous me haïssent, j' avalerai une "tsingala" pour mourir. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay La "tsingala" est un insecte aquatique que l' on prétend être fatal à qui l'avale. Je n' ai plus qu' à disparaître. [Houlder 1895]

Ohabolana Sandry be tsy hery; fahatanorana tsy ody faty. [Houlder 1895 #1928]
Sandry be tsy ody aina, fahatanorana tsy ody faty, tonon' andro, tsy voavidin-karena. [Rinara 1974 #250]
Sandry be tsy ody aina, ny hatanorana tsy ody faty ; fa samy ho faty avokoa. [Cousins 1871 #2859, Nicol 1935 #167]
Dikanteny frantsay La vigueur du bras ne retient pas la vie, la jeunesse n’est pas un remède contre la mort : tous doivent mourir. [Nicol 1935 #167]
Un grand bras n' est pas de la force; la jeunesse n' empêche pas la mort. [Houlder 1895 #1928]

Ohabolana Sikidin-dRandranobe : tsy ody faty, fa ala nenina. [Veyrières 1913 #137, Cousins 1871 #2892]
Sikidin-dRandranobe : tsy ody fitia fa ala nenina. [Rinara 1974 #3880]
Dikanteny frantsay Sikidy de vieille : on ne consulte pas le sidiky pour conserver la vie, mais pour en avoir le coeur net. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il faut faire son possible. [Veyrières 1913 #137]

Ohabolana Singam-bolo tsy mahafehy faty. [Houlder 1895 #2104, Nicol 1935 #168]
Singam-bolo tsy mahafehy faty, ny ranomaso tsy mahasakana ny nenina. [Rinara 1974 #3895]
Singam-bolo tsy mahafehy faty; ranomaso tsy mahatana aina. [Veyrières 1913 #2920, Cousins 1871 #2898]
Dikanteny frantsay Un cheveu ne lie pas un cadavre, des larmes ne retiennent pas la vie. [Veyrières 1913 #2920]
Un seul cheveu ne peut attacher un corps. [Houlder 1895]
Un seul cheveu ne peut attacher un mort. [Nicol 1935 #168]
Fanazavana frantsay C' est une grande affaire que de préparer le corps pour le porter au tombeau. [Houlder 1895]

Ohabolana Tany Imano re no nokekerin' alika fony fahavaratra, ka ambaraka ny efa aty Ilavatehezana avy ankehitriny no malonilony manenjika amboa mba hivaliana faty. [Veyrières 1913 #6384]
Dikanteny frantsay Il a été mordu par un chien dans l'Imano pendant l' été, et à Ilavatehezana maintenant il poursuit les chiens pour se venger. [Veyrières 1913 #6384]
Fanazavana frantsay Il n' oublie pas. [Veyrières 1913 #6384]

Ohabolana Toy ny andevolahy miandry faty : izay mahery vava ihany no amboninjato. [Veyrières 1913 #593, Cousins 1871]
Toy ny andevolahy miandry faty, ka izay mahery vava no lohany. [Houlder 1895]
Toy ny ankizilahy miandry faty, ka izay be vava no lohany. [Rinara 1974 #4262]
Dikanteny frantsay Esclaves qui veillent un mort : le plus fort en bouche est centenier. [Veyrières 1913 #593]
Semblables aux esclaves veillant un mort: c' est celui qui parle le plus qui est considéré comme chef. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les braillards l'emportent. [Veyrières 1913 #593]
Parce que chez les esclaves il n' y avait ni organisation ni hiérarchie. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy mba hitomany izay faty momoka izahay, ary tsy mba hahatsiaro izay efa lasa. [Rinara 1974 #4541]
Tsy mba hitomany ny faty momoka (izahay), ary tsy mba hahatsiahy ny efa lasa. [Cousins 1871 #3385]

Ohabolana Tsy misy loza miohatra ny faty. [Rinara 1974]
Tsy misy loza miohatra noho ny faty. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Il n' y a pas de plus grand malheur que la mort. [Veyrières 1913 #2928]

Ohabolana Tsy tian-kizorana toy ny ho faty. [Rinara 1974 #4800]

Ohabolana Vary manta jinjaina : tsy manampo izay ho faty, fa ny manao no mahery. [Veyrières 1913 #800]
Vary manta jinjana: tsy manam-po izay ho faty, fa ny manao no mahery. [Houlder 1895 #1927, Cousins 1871 #3621]
Vary manta jinjana : tsy manam-po ny ho velona fa ny manao no mahery. [Rinara 1974 #315]
Dikanteny frantsay Du riz pas bien mûr qu' on récolte: il ne s' attend pas à mourir, mais le moissonneur est trop fort. [Houlder 1895]
Riz vert qu' on coupe : il ne s' attendait pas à mourir, ceux qui le coupent sont les plus forts. [Veyrières 1913 #800]
Fanazavana frantsay Se disait des petits sous l' entière dépendance des grands. [Veyrières 1913 #800]

Ohabolana Vazimbalahy anaty roimemy : fofoin-ko faty vao ela velona. [Rinara 1974 #4915]

Ohabolana Vereza faty. [Veyrières 1913 #4227]
Dikanteny frantsay Puisse ton cadavre ne pas être enseveli dans le tombeau de la famille. [Veyrières 1913 #4227]
Fanazavana frantsay Pour qu' il n' en reste ni trace, ni souvenir. [Veyrières 1913 #4227]

Ohabolana Vereza ny ho very, matesa ny ho faty ! [Veyrières 1913 #4228]
Dikanteny frantsay Qu' ils périssent ceux qui doivent périr ! Qu' ils meurent ceux qui doivent mourir ! [Veyrières 1913 #4228]
Fanazavana frantsay Pour nous, nous exécuterons coûte que coûte. [Veyrières 1913 #4228]

Ohabolana Very faty. [Veyrières 1913 #2938]
Dikanteny frantsay Du mort dont le corps n' est pas retrouvé, il ne reste ni trace, ni souvenir. [Veyrières 1913 #2938]
Fanazavana frantsay L' expression servait aussi pour le corps qui restait enterré en pays lointain. [Veyrières 1913 #2938]

Ohabolana Voangaly angaha aho no ho faty an-kazotokana ? [Veyrières 1913 #1249]
Voangaly maty an-kazotokana. [Veyrières 1913 #1248]
Voangaly va aho ka ho faty an-kazo tokana? [Houlder 1895 #2111]
Voangaly ve hianareo ka ho faty an-kazo tokana ? [Veyrières 1913 #3223]
Dikanteny frantsay C' est un coléoptère mort sur l' arbre où il vivait. [Veyrières 1913 #1248]
Êtes-vous donc des cétoines qui meurent sur un seul arbre ? [Veyrières 1913 #3223]
Suis-je un coléoptère pour mourir sur un seul arbre ? [Veyrières 1913 #1249]
Suis-je une cétoine pour mourir sur un arbre solitaire? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe s' employait, paraît-il, par quelqu' un qui voulait se défendre de n' avoir jamais qu' une seule femme, de mourir n' ayant qu' une seule femme, ce qui était considéré comme un fait déshonorant. [Houlder 1895]
Ces paroles furent dites par le roi Andrianampoinimerina aux descendants d' Andriantompokoindrindra, lorsqu' il augmenta leurs possessions devenues insuffisantes ; passées en proverbe, elles se disaient d' un partage où il y avait trop de partageants ; dans un autre sens, elles étaient dites par les libertins qui changeaient plusieurs fois de femme. [Veyrières 1913 #3223]
Rompre un mariage. [Veyrières 1913 #1249]
Se disait des mariages qui duraient jusqu' à la mort sans se rompre. [Veyrières 1913 #1248]

Fizahan-teny