Fizahan-teny

Ohabolana : iankinana

Ohabolana Aza tondroin-dia maty, fa tsy toro vato nandiavana, ary tsy fola-kazo niankinana. [Cousins 1871 #717, Nicol 1935 #30]
Dikanteny frantsay Ne vous évanouissez pas devant un geste, car la pierre que vous foulez n’est pas encore brisée, et l’arbre qui vous soutient n’est pas encore renversé. [Nicol 1935 #30]

Ohabolana Folaka andry niankinana, toro vato nandiavana. [Veyrières 1913 #809]
Dikanteny frantsay Perdre un protecteur, c' est voir se briser la colonne sur laquelle on s' appuyait, la pierre qu' on foulait aux pieds. [Veyrières 1913 #809]

Ohabolana Lehibe foana, toa amiana. [Cousins 1871 #1352]
Lehibe foana toa amiana, fa raha iankinana mahaboka. [Rinara 1974 #1770]
Lehibe foana toy ny amiana. [Veyrières 1913 #1639, Houlder 1895]
Lehibe tsy azo iankinana ohatra ny amiana. [Rinara 1974]
Lehibe tsy azo iankinana tahaky ny amiana. [Veyrières 1913]
Lehibe tsy azo ifampikasohana ohatra ny amiana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Grande taille mais bon à rien, comme l' arbre à feuilles piquantes qu'on nomme amiana. [Veyrières 1913 #1639]
Grand, mais sans utilité, comme l' "amiana" . [Houlder 1895]
Grand sur qui on ne peut ni s' appuyer ni compter, comme l' arbre à feuilles piquantes qu' on nomme amiana. [Veyrières 1913 #1641]
Fanazavana frantsay L' "amiana" est un arbre à feuilles piquantes comme des orties et à bois spongieux. [Houlder 1895]
Se disait de ceux qui ne rendent pas service : grand et sans utilité. [Veyrières 1913 #1641]
Se disait des propres à rien. [Veyrières 1913 #1639]

Ohabolana Lehibe tsy azo iankinana, tahaka ny amiana. [Cousins 1871 #1359]

Ohabolana Manaova soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manaova soa vato, fa misy hipetrahana. [Houlder 1895 #106]
Manaova soa ampiantany, fa misy hiankinana, manaova soa vato fa misy hipetrahana, manaova soa zanaka fa misy hiafarana. [Rinara 1974 #2019]
Dikanteny frantsay Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer; faites du bien à une pierre et vous pourrez vous y asseoir. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les bonnes actions trouveront toujours leur récompense. [Houlder 1895]

Ohabolana Natao anadahy hiankinana, kanjo misikidy ho vady. [Houlder 1895 #1759, Cousins 1871 #2085]
Natao ho anadahy hiankinana, kanjo misikidy ho vady. [Veyrières 1913 #1157, Rinara 1974 #2756]
Dikanteny frantsay Je croyais qu'il serait pour moi un frère sur lequel je pourrais m' appuyer, et il est allé consulter le sikidy pour voir s' il pourrait m' épouser. [Veyrières 1913 #1157]
On le considérait comme un frère sur lequel on s' appuie, et le voilà qui consulte l' oracle pour devenir mari. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des choses qui arrivaient contre toute attente ; il fait allusion à la protection que la femme divorcée demandait à son frère. [Veyrières 1913 #1157]
Paroles que prononce, celle que quelqu' un recherche comme femme, alors quelle ne lui soupçonnait aucune intention matrimoniale. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy toro vato nandiavana, na maty Vazaha nandrafitra. [Veyrières 1913 #3375, Cousins 1871 #3588]
Tsy toro vato nandiavana, tsy folaka andry niankinana. [Veyrières 1913 #3376]
Dikanteny frantsay La pierre sur laquelle j' ai posé le pied n' est pas brisée ; il n' est pas mort l' architecte européen qui a bâti l' édifice,. [Veyrières 1913 #3375]
La pierre sur laquelle j' ai posé le pied n' est pas brisée, la colonne sur laquelle je m' appuyais n' est pas cassée. [Veyrières 1913 #3376]
Fanazavana frantsay Ce proverbe était dit par l'homme dont les protecteurs étaient encore vivants ou par celui qui avait encore des témoins pour son procès. [Veyrières 1913 #3376]
Je n' ai pas perdu mes protecteurs ou les témoins qui garantissent ma parole. [Veyrières 1913]

Fizahan-teny