Fizahan-teny

Ohabolana : lalitra

Ohabolana Afo maty tsy boronin-dalitra. [Samson 1965 #A8]

Ohabolana Aza manao fatin-dalitra, ka maty mitety ny ratsy ; fa manaova fatin-tantely, ka maty mamela mamy ho an' ny fokonolona. [Veyrières 1913 #2847, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ne mourez pas comme les mouches en courant sur les saletés, mais comme les abeilles qui meurent en laissant la douceur à la ruche. [Veyrières 1913 #2847]
Ne mourez pas comme les mouches, en courant sur toutes les saletés; mais mourez comme les abeilles, qui meurent en laissant le doux pour les autres. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Faites le bien, non le mal. [Veyrières 1913 #2847]

Ohabolana Aza manao fon' ny mpanefy. [Houlder 1895 #353, Cousins 1871 #448]
Aza manao fon' ny mpanefy: mikapo-dalitra ambony lovia ka mamoy sasanangy tsy satry. [Houlder 1895 #306]
Aza manao fon' ny mpanefy : mikapo-dalitra ambony lovia ka namoy sasanangy. [Rinara 1974 #39]
Dikanteny frantsay N' ayez pas le cœur d' un forgeron. [Houlder 1895]
Ne soyez pas emporté comme un forgeron: il frappe une mouche sur une assiette (qu' il casse en même temps), et doit donner un franc soixante contre son gré. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à. d. irascible. Pour payer le prix de l' assiette cassée sans raison. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manao toy ny lalitra mitsentsitra maso didy, ka hivelona amin' ny ranomason' olona. [Veyrières 1913 #706]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme la mouche qui suce un oeil chassieux et se nourrit de ses larmes. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas s' enrichir des dépouilles des petits, ni faire du mal aux malheureux. [Veyrières 1913 #706]

Ohabolana Didimaso miantsena, ka manome sakafo ny lalitra. [Houlder 1895 #2044]
Dikanteny frantsay Un chassieux s' en allant au marché, il donne à manger aux mouches. [Houlder 1895]

Ohabolana Lalitra mitsentsitra maso didy : ny ranomason' olona no itadiavan-kanina. [Veyrières 1913 #713, Cousins 1871 #1303]
Lalitra mitsetsitra maso didy : ny ranomason' ny sasany no itadiavan-kanina. [Rinara 1974 #1692]
Dikanteny frantsay Mouche qui suce des yeux chassieux : elle cherche sa vie dans les larmes des autres. [Veyrières 1913 #713]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui exploitaient les petits. [Veyrières 1913 #713]

Ohabolana Matimatim-pitia toa lalitra ka mitsabaka alohan' ny sotro. [Rinara 1974]
Matim-pitia toa lalitra ka mitsoboka alohan' ny sotro. [Houlder 1895 #1710, Nicol 1935 #448, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny fahavoazana ateraky ny saina tsy ampy ka maimay mitsoboka atsy sy ary. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Aveuglé par l’amour, comme la mouche qui plonge avant la cuiller. [Nicol 1935 #448]
Mourir par excès d' affection comme la mouche qui se jette dans un liquide avant que la cuillère y pénètre. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il s' agit d' un liquide brûlant, du lait ou de la sauce, par ex., dans lequel la mouche se jette et périt. [Houlder 1895]

Ohabolana Mimonomonona hoatry ny lalitra hianao ; miriorio hoatry ny angidina. [Veyrières 1913 #3491]
Mimonomonona ohatra ny lalitra hianao; miriorio ohatra ny angidina. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Vous bourdonnez comme une mouche, et vous voltigez comme une libellule. [Houlder 1895]
Vous bourdonnez comme une mouche, vous voltigez comme une libellule. [Veyrières 1913 #3491]
Fanazavana frantsay Proverbe servant peut-être à exciter quelqu' un à se battre plus fort. [Houlder 1895]

Ohabolana Mitango aretina, mitango lalitra. [Veyrières 1913 #3941]
Dikanteny frantsay Le paresseux fait le malade, le paresseux s' amuse à des riens, comme celui qui arrache les pattes et les ailes des mouches. [Veyrières 1913 #3941]

Ohabolana Nahoana no dia mitady hivelona amy ny ranomason’ olona, ohatra ny lalitra mitsentsitra ny maso didy ? [Cousins 1871]
Nahoana no dia mitady hivelona amin' ny ranomason' olona tahaka ny lalitra mitsetsitra maso didy ? [Rinara 1974]

Ohabolana Omby maty tsy maharo lalitra. [Veyrières 1913 #2913, Rinara 1974 #222, Cousins 1871 #2553]
Dikanteny frantsay Un boeuf mort ne peut même pas chasser les mouches. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Après la mort on ne peut plus rien. [Veyrières 1913 #2913]

Ohabolana Tantely afa-drakotra, ka anjakan' ny adala. [Veyrières 1913 #684]
Tantely afa-drakotra ka anjakan' ny adala rehetra. [Houlder 1895 #1738, Cousins 1871 #3027]
Tantely afa-drakotra ka anjakan' ny bodo sy adala. [Rinara 1974 #4075, Rajemisa 1985]
Tantely vaky sarona, ka anjakan' ny lalitra. [Rinara 1974 #4104]
Fanazavana malagasy Ilazana zava-tsoa tsy misy mpiaro ka tonga baranahiny: samy mivantana ao daholo ny olon-drehetra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Miel sans couvercle : il est la proie de tout le monde, des enfants et des mouches. [Veyrières 1913 #684]
Une fois qu' un pot de miel est découvert, tous les fous (c.à.d. les mouches) s' y précipitent. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des royaumes, sociétés et familles mal administrées ; se disait aussi des biens abandonnés au gaspillage ; ou encore de ceux qui ne savaient pas remplir leurs charges ou faire leurs affaires. Andriamamilaza dit ce proverbe d' un des fils d' Andriambelomasina pour signifier qu'il était indigne de succéder à son père car sous son gouvernement le pays serait comme du miel dans une boîte ouverte. [Veyrières 1913]
Se dit en parlant des choses de valeur qui, dès quelles ne sont plus bien gardées, sont exposées à être endommagées on perdues. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy hita hanaovana, hoatry ny ondry kely sarak' andro : avela an-tanàna, ivorian' ny lalitra ; entina an-tsaha, iangonan' ny tsipolitra. [Veyrières 1913]
Tsy hita hanaovana, ohatra ny ondrikely sarak’ andro: avela an-tanana, ivorian’ ny lalitra; entina an-tsaha, iangonan’ ny tsipolitra. [Cousins 1871]
Tsy hita izay hanaovana azy, ohatra ny ondry kely sarak' andro : avela an-tanàna ivorian' ny lalitra, aidina an-tsaha, iangonan' ny tsipolitra. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Une personne dont on ne sait pas quoi faire, c' est comme l' agneau que la mère n'allaite plus que le soir : si on le laisse à l' étable, il est couvert de mouches ; si on le conduit aux champs, il est couvert de graines de bident. [Veyrières 1913 #3990]
Fanazavana frantsay Se disait des bons à rien. [Veyrières 1913 #3990]

Fizahan-teny