Fizahan-teny

Ohabolana : lolofotsy

Ohabolana Lolofotsy angaha no hitono tena? [Rinara 1974 #131]
Lolo fotsy mandoro tena, ka main' ny nahim-pony. [Veyrières 1913 #6288]
Lolofotsy mandoro tena: main’ ny nahim-pony. [Cousins 1871]
Lolo fotsy mitono tena, ka matin' ny nahim-pony. [Houlder 1895 #1705, Veyrières 1913 #6288]
Lolofotsy mitono tena: main’ ny nahim-pony. [Nicol 1935 #266, Cousins 1871]
Lolofotsy nandoro tena, ka matin' ny nahim-pony. [Rinara 1974]
Lolofotsy nitono tena, ka matin' ny nahim-pony. [Rinara 1974]
Mitono tena tahaky ny lolo. [Veyrières 1913]
Mitono tena toa lolofotsy. [Rinara 1974 #2481, Cousins 1871 #1887, Veyrières 1913, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Mankaha-doza, manao vy very ny aina. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Comme le papillon blanc qui s’est jeté dans la flamme : il ne périt que par sa propre faute. [Nicol 1935 #266]
Papillon qui se brûle à la chandelle : il s' est exposé de lui-même au fèu et à la mort, en s' approchant de la flamme. [Veyrières 1913 #6288]
Se brûler soi-même, comme le papillon qui se brûle les ailes. [Veyrières 1913 #4247]
Un papillon blanc qui se brûle (à la chandelle) meurt ainsi par sa propre volonté. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe s' applique à tout mal qu' on a voulu et cherché. [Houlder 1895]
Qui aime le danger y périra. [Veyrières 1913 #6311]
Se disait des gens qui s'exposent à l' amende ou à la mort, pour satisfaire leurs désirs. [Veyrières 1913 #4247]

Fizahan-teny