Fizahan-teny

Ohabolana : mamono

Ohabolana Akoho tokana anaka: avy sasaka vao halan-tompo. [Cousins 1871 #51]
Akoho tokana anaka: avy sasaka vao mamono an-toka. [Cousins 1871 #52]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao halan-tompo. [Veyrières 1913 #3228]
Akoho tokana anaka : avo sasaka vao mamono antoka. [Veyrières 1913 #3229]
Akoho tokan' anaka : avo sasaka vao halan' ny tompony. [Rinara 1974]
Akoho tokan' anaka : tonga roa vao mamono antoka. [Rinara 1974]
Avo sasaka hoatry ny akoho tokana anaka. [Veyrières 1913 #3238]
Avo sasaka ohatra ny akoho tokana anaka. [Rajemisa 1985 #868]
Dikanteny frantsay Poule qui a un poussin : c' est lorsqu' elle a produit son équivalent que son maître la prend en aversion. [Veyrières 1913 #3228]
Poule qui n' a qu' un poussin : c' est lorsqu' elle produit son équivalent qu' elle fait perdre son propriétaire. [Veyrières 1913 #3229]
Produire son équivalent comme la poule qui n' a qu' un poussin. [Veyrières 1913 #3238]
Fanazavana frantsay Parce qu' il s' attendait à mieux ; le sens est : déçu dans son attente. [Veyrières 1913 #3229]

Ohabolana Amaraina hamono aomby, iniany miady voro-tanty. [Samson 1965 #A38]

Ohabolana Andevolahy mamono tompo mangina : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [Veyrières 1913 #512, Cousins 1871]
Andevolahy mamosavy tompo : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [, , Cousins 1871]
Andevolahy namosavy tompo: hena indray manokona ka tapa-taona niongo-bolo ihany. [Houlder 1895 #2311]
Dikanteny frantsay Esclave qui jette un sort à son maître pour le faire mourir, ou bien le tue en cachette : il sera repu de viande une nuit, mais il lui faudra faire le deuil pendant toute une année. [Veyrières 1913 #512]
Fanazavana frantsay Pour une satisfaction d' un moment, il ne faut pas s'exposer à une longue peine. [Veyrières 1913 #512]

Ohabolana Aza mamono biby mora. [Houlder 1895 #438]
Dikanteny frantsay Ne tuez pas une bête inoffensive (un serpent). [Houlder 1895 #438]

Ohabolana Aza mamono reny toa vary ratsy. [Houlder 1895 #1894]
Dikanteny frantsay Ne tuez pas votre mère comme du "mauvais riz" . [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On appelle "mauvais riz" les tiges qui montent en épis trop vite, après quoi des rejetons paraissent qui font périr les premières plantes ou plantes "mères" . [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manao toy ny sokina: ny varatra hamono tsy mahatahotra azy, fa ny fanala indray no ahatahorany. [Houlder 1895 #929]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme le hérisson: il ne craint pas la foudre qui tue, mais par contre il a peur d' une lanterne. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mitabataba tonga rafozana : akoho iray no hovonoina ka telo lahy no asaina mindram-pamaky. [Rinara 1974]
Aza mitabataba tonga rafozana : akoho iray no vonoina, ka fito lahy no mitsangana. [Veyrières 1913 #1439, Cousins 1871 #645]
Aza mitabataba tonga rafozana : atodi-akoho no laoka, ka antsy solanga no zahana. [Rinara 1974 #783]
Aza mitabataba tonga rafozana : atodiakoho no laoka, ka famaky no tadiavina. [Veyrières 1913 #1440, Cousins 1871 #644]
Mitabataba tonga rafozana, akoho iray no vonoina, ka dimy no mamono. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Mihetsiketsika be, nefa tsy hita izay vita, lasan-ko vavany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Ne faites pas tant de bruit comme une bru qui reçoit la visite de sa belle-mère : il y a des oeufs pour manger avec le riz, et elle demande une hache pour les casser. [Veyrières 1913]
Ne mettez pas tout sens dessus dessous comme un gendre qui reçoit la visite des beaux-parents : sept hommes se lèvent pour tuer une poule. [Veyrières 1913 #1439]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait l' empressement des gendres à recevoir les beaux-parents ; il se disait aussi des gens parlant haut et troublant tout. [Veyrières 1913 #1439]
Se disait des gens qui parlaient haut et voulaient dominer. [Veyrières 1913 #1440]

Ohabolana Boka mihevo saha ka ny mamono dia no manariva andro. [Rinara 1974 #919]
Boka mihevo saha : ny mamono dia no sarotra. [Veyrières 1913 #1966]
Boka mihevo saha : ny mamono dia no sasatra. [Cousins 1871 #791]
Dikanteny frantsay Lépreux qui sarcle un jardin : le difficile est de faire disparaître ses traces. [Veyrières 1913 #1966]
Fanazavana frantsay Se disait d'un travail mal fait. [Veyrières 1913 #1966]

Ohabolana Boka nandamaka taninketsa : ka ny mamono dia no ventin-draharaha. [Rinara 1974]

Ohabolana Boka nandamaka taninketsa : ny mandamaka leo ihany, fa ny mamono dia no tsy tanty. [Veyrières 1913 #1980, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Lépreux qui nivelle une terre, pour faire les semis le riz : niveler, ce n'est rien, mais le difficile c' est de faire disparaître les traces du travailleur. [Veyrières 1913 #1980]
Fanazavana frantsay Se disait des travaux mal faits. [Veyrières 1913 #1980]

Ohabolana Fanompoan' ankotralahy, ka ny marary manao izay ho vitany, ary ny tsara fanahy mamono masoandro. [Veyrières 1913 #371]
Dikanteny frantsay C'est la corvée des soldats portant giberne : les malades font ce qu' ils peuvent, et ceux qui se portent bien travaillent jusqu' au coucher du soleil. [Veyrières 1913 #371]
Fanazavana frantsay Il s' agissait là d' une corvée particulièrement pénible. [Veyrières 1913 #371]

Ohabolana Hamono afo tsy mitondra ratiraty. [Samson 1965 #H7]

Ohabolana Hianao voalavo mamono ny vary, izaho totozy mitsimpona ny raraka. [Rinara 1974 #1331]
Hianao voalavo mamono vary ; izaho totozy mitsimpona ny raraka. [Veyrières 1913 #4346, Cousins 1871 #1067]
Dikanteny frantsay Vous êtes le rat qui détruit les touffes de riz, et moi je suis la souris qui ramasse les grains tombés. [Veyrières 1913 #4346]
Fanazavana frantsay Se disait des grands et petits unis pour détrousser les gens ; se disait aussi des ménages de voleurs. [Veyrières 1913 #4346]

Ohabolana Horirika amonosam-panasina, ka ny fonosina lo mbam-ponony. [Veyrières 1913 #4348]
Horirika amonosam-panasina (na: hena; na: anana): ny fonosin-do, ny mamono lo mbam-ponony. [Cousins 1871 #1102]
Horirika amonosam-panasina (na: hena; na: anana): ny fonosin-do, ny mamono lo rahateo. [Cousins 1871 #1102]
Horirika amonosana anana, ka ny fonosin-do, ny mamono lo. [Veyrières 1913 #4348]
Horirika namonosam-panasina : ny fonosin-do, ny mamono lo rahateo. [Rinara 1974]
Horirika namonosana anana, ka ho levona mbamin' ny fonosany. [Veyrières 1913 #4348]
Horirika namonosan-kena, ka miara-devona. [Veyrières 1913 #4348, Rajemisa 1985]
Horirika namonosan-kena: ny fonosin-do, ny mamono lo rahateo. [Houlder 1895 #1088]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny mpangalatra sy ny mpanafin-kalatra izay tokony homena sazy iray ihany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Des feuilles d' arum, enveloppant de la viande: la chose enveloppée et l' enveloppe pourrissent toutes deux. [Houlder 1895]
feuille d'arum dont on enveloppe la viande, et qui brûle avec. [Abinal 1888]
Feuilles d' arum et brèdes ou sel qu' elles contiennent : contenant et contenu se consomment ensemble. [Veyrières 1913 #4348]
On fait cuire et on consomme en même temps, les feuilles d' arum et les brèdes ou la viande qu' elles enveloppent. [Veyrières 1913 #4348]
Fanazavana frantsay Coupables et complices méritent le même châtiment. [Veyrières 1913 #4348]
le coupable et le recéleur mérite le même châtiment. [Abinal 1888]
Quand la viande est mise dans la marmite avec les feuilles qui l'enveloppaient et qui sont comestibles, viande et feuilles cuisent et deviennent très tendres: les feuilles même se désagrègent tout à fait. Se dit des voleurs et de leurs complices. [Houlder 1895]

Ohabolana Mahafinaritra ny mamono sakaiza, fa ny hiarahan-dalana no tsy misy. [Rinara 1974]

Ohabolana Mahasalasala hoatry ny mitery ombin-drafozana : misakobona, toa hangala--dronono ; misikim-ponitra, toa hamono zanak' omby. [Veyrières 1913 #1448]
Dikanteny frantsay Ne savoir comment faire, comme le gendre qui va traire la vache de son beau-père : s' il gonfle son lamba, on croira qu' il vole le lait ; s' il se serre les reins avec son lamba, on dira qu' il veut tuer le veau. [Veyrières 1913 #1448]
Fanazavana frantsay Il est difficile de contenter tout le monde, surtout ses beaux-parents. [Veyrières 1913 #1448]

Ohabolana Mamono afo tsy mitondra ratiraty. [Samson 1965 #M77]

Ohabolana Mamono amboa : izay namono, manary. [Samson 1965 #M76]

Ohabolana Mamono biby tsy mahafate ka ifoterañi ty tsikohiñe. [Poirot & Santio: Vezo]
Mamono biby tsy mahafate ka ifotorañe ty ramboñe. [Poirot & Santio: Vezo]
Mamono biby tsy mahafaty ka ifoteran' ny rambony. [Rinara 1974 #1953]
Namono biby tsy nahafaty ka nifoteran' ny rambony. [Rinara 1974 #176]
Dikanteny frantsay Frapper une bête qui ne meurt pas, la queue se retourne. [Poirot & Santio: Vezo]
Tuer une bête qui ne meurt pas sur le coup, la queue se retourne. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana Mamono biby tsy mahafaty isehoan’ ny sorany ; ary manitsaka hazo meloka itsimbadihan’ ny tonony. [Cousins 1871 #1479]

Ohabolana Mamono biby tsy mahafaty, ka ifoteran' ny namany. [Houlder 1895 #893]
Dikanteny frantsay Si vous frappez une bête sans la tuer, les autres se jetteront sur vous. [Houlder 1895 #893]

Ohabolana Mañ'aroy mañ'aroy ka arete hamono. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay S'aggraver comme les maladies qui font mourir. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana Marary manao izay ho vitany, finaritra mamono masoandro. [Cousins 1871 #1631]

Ohabolana Mararin’ ny vara-maina: ny finaritra manao izay ho vitany, ka ny marary indray no mamono niasoandro. [Cousins 1871 #1632]

Ohabolana Matokin’ ody voalavo angaha hianao, no mamono hena an-joron-damba. [Veyrières 1913 #6308, Cousins 1871 #1688]
Matoky ody voalavo, ka manao hena an-joron-damba. [Rinara 1974 #145]
Matoky ody voalavo va hianao no manao hena an-joron-damba? [Houlder 1895 #87]
Dikanteny frantsay Comptez-vous donc sur quelque talisman contre les rats que vous enveloppez de la viande au coin de votre lamba ? [Veyrières 1913]
Est-ce parce que vous avez confiance en un charme contre les rats que vous mettez de la viande dans un coin de votre lamba? [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à. d. ne vous exposez pas inutilement à la tentation ou au danger. [Houlder 1895]
Il ne faut pas s' exposer au malheur. [Veyrières 1913 #6308]

Ohabolana Mitaiza zana-baratra : mitaiza raha hamono. [Samson 1965 #M132]

Ohabolana Natao ho zavona hahamasaka ny vary, kanjo nanjary fanala hamono ny mangahazo. [Rinara 1974 #2761]
Natao ho zavona hahamasaka ny vary, kanjo tonga fanala hamono ny mangahazo. [Cousins 1871 #2092]

Ohabolana Ny havandra hamono tsy mba mirehona; ny mamba hanaikitra tsy mba miseho. [Cousins 1871 #2258, Nicol 1935 #392]
Ny havandra hamono tsy mba mireona ; ny mamba hanaikitra. [Veyrières 1913 #2735]
Dikanteny frantsay Caïman qui mordra ne se fait pas voir. [Veyrières 1913 #2735]
La grêle ne gronde pas avant de nuire ; le caïman se cache avant de mordre. [Nicol 1935 #392]
Fanazavana frantsay Le malheur frappe à l'improviste. [Veyrières 1913 #2735]

Ohabolana Ny teny toy ny fonosana ka izay mamatotra no tsara mamaha. [Rinara 1974 #3286]
Ny teny toy ny fonosana : ka izay mamono no mamaha. [Houlder 1895 #545, Veyrières 1913 #4795, Cousins 1871 #2495]
Dikanteny frantsay La parole est comme le noeud fait au coin du lamba pour envelopper quelque chose : c' est celui qui a fait le noeud qui peut le délier. [Veyrières 1913]
Les paroles sont comme un paquet, et c' est celui qui l' a attaché qui le détache aussi. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait surtout des contrats : seuls les contractants peuvent se délier. [Veyrières 1913]

Ohabolana Raha sendra mahafaty vintsy ialahy, tsy maintsy mamono azy lambamena. [Veyrières 1913 #1533]
Dikanteny frantsay Enfant, s' il t' arrive d' ôter la vie à un martin-pêcheur, il faut envelopper son corps d' une étoffe de soie rouge, comme on le fait pour l' ensevelissement des hommes. [Veyrières 1913 #1533]
Fanazavana frantsay Les parents disaient ce proverbe aux enfants, pour les détourner de faire du mal aux martins-pêcheurs. [Veyrières 1913 #1533]

Ohabolana Salasala : mitana mamono vady ; manao mafy, menatra an-drainy ; manao malemy, toa tsy hahatana azy ; ka tsy hita izay hanja-varana. [Veyrières 1913 #1329, Rinara 1974 #3815, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Le voilà hésitant : il saisit sa femme pour la battre : s' il frappe fort, il a honte de son père ; s' il frappe doucement, cela ne retiendra pas la femme ; il ne voit pas comment faire. [Veyrières 1913 #1329]

Ohabolana Salasala toy ny mitery ombin-drafozana : mirerarera toa tsy hahazo, hisikina toa hamono zanak' omby. [Rinara 1974]
Salasala, toy ny mitery ombin-drafozana : mirerarera, toa tsy hahazo ; misikina, toa mivolon-ko tompony ; misaron-doha, toa miavona ; mipetraka, ataon' ny olona ho amboa. [Veyrières 1913 #1475, Cousins 1871 #2850]
Dikanteny frantsay Embarrassé comme un gendre qui va traire la vache de son beau-père : s' il n'y met pas assez d' ardeur, il ne réussira pas ; s' il en met trop, il aura l' air d' être le maître ; s' il se couvre la tête, il a l' air d' être fier ; s' il s' assied, on le prend pour un effronté. [Veyrières 1913 #1475]
Fanazavana frantsay Le gendre a la situation difficile, il n' est pas considéré comme le fils. [Veyrières 1913 #1475]

Ohabolana Tahaka ny otrik’ afo : ny manindritsindry tsy hamono, ny tsindritsindriana tsy ho faty. [Rinara 1974 #3980, Cousins 1871 #2962]

Ohabolana Taozavatr' i Mantasoa : ny marary manao izay ho vitany, ny finaritra mamono masoandro. [Rinara 1974 #4116, Houlder 1895]
Taozavatry Mantasoa: ny marary manao izay vitany, ny finaritra mamono masoandro. [Cousins 1871 #3039, Veyrières 1913]
Toazavatr' i Mantasoa : marary manao izay ho vitany, finaritra mamono masoandro. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Le travail à Mantasoa: les (ouvriers) malades font ce qu' ils peuvent, et les biens portants travaillent jusqu' à la nuit (litt. tuent le soleil). [Houlder 1895]
Travail dans les ateliers royaux de Mantasoa : les malades font ce qu' ils peuvent, et ceux qui se portent bien travaillent jusqu' au coucher du soleil. [Veyrières 1913 #397]
Fanazavana frantsay On y travaillait sérieusement, plus sérieusement qu' on ne le fait depuis lors semble-t-il. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy kasa ny longo hamono, fa ny felana no mby an-kandrina. [Rinara 1974 #4501, Cousins 1871]

Ohabolana Tsy mamono anaka. [Veyrières 1913 #949]
Dikanteny frantsay Une mère enceinte qui meurt subitement ne tue pas son enfant. [Veyrières 1913 #949]
Fanazavana frantsay Cette expression était surtout employée pour les animaux, par exemple pour les vaches pleines qu'on tuait d'un seul coup ; on l' employait aussi dans le sens de mort subite. [Veyrières 1913 #949]

Ohabolana Tsy mba nampoizina ho fanala hamono ny mangahazo, fa natao ho zavona hahamasaka ny vary. [Veyrières 1913 #5940]
Dikanteny frantsay On ne croyait pas que ce fût de la gelée blanche à faire mourir le manioc, mais on pensait que c' était un brouillard à faire mûrir le riz. [Veyrières 1913 #5940]
Fanazavana frantsay Se disait des gens trompés dans leurs prévisions. [Veyrières 1913 #5940]

Ohabolana Tsy mety raha mamono reny, toa vary ratsy. [Veyrières 1913 #950, Rinara 1974 #4530, Cousins 1871 #3425]
Dikanteny frantsay Il ne faut pas que l' enfant tue la mère en naissant, comme le riz mauvais qui éclate et tue l' épi. [Veyrières 1913 #950]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui faisaient du mal à leurs bienfaiteurs. [Veyrières 1913 #950]

Ohabolana Tsy mety raha mamono tsy mahay mamindra fo, ka nony itsepelehan' ny rambony vao mikaikaika. [Rinara 1974]

Ohabolana Tsiny hamono tsy mampanonofy. [Samson 1965 #T143]

Ohabolana Vato handratra tsy mivongovongo, voay hamono tsy mandoto rano. [Samson 1965 #V30]

Fizahan-teny