Fizahan-teny

Ohabolana : masaka

Ohabolana Akondro mahia misy masaka, ka saro-dazaina aman-kavana. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Akondro mahia misy masaka, ka saro-dazaina aman-tompony. [Cousins 1871]
Akondro mahia misy masaka ka saro-dazaina amin-kavana. [Rajemisa 1985 #557, Rinara 1974 #17]
Fanazavana malagasy Enti-milaza zavatra tsy dia tsaratsara loatra ka mahasanganehana ny milaza azy amin' ny havana na ny sakaiza. [Rajemisa 1985 #557]
Dikanteny frantsay Bananes maigres dont quelques-unes sont mûres: on ne sait que dire à ses parents. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On n' ose pas leur en offrir. [Houlder 1895]

Ohabolana Akondro masak’ am-bata : samy mamonjy izay laitry nifiny. [Samson 1965 #A31]

Ohabolana Aza manao masaka atakalo manta. [Houlder 1895 #1185]
Dikanteny frantsay N' échangez pas ce qui est cuit (ou mûr) contre ce qui est cru (ou, pas mûr). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à. d. ce qui est bon contre ce qui est mauvais. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manetriketrika ny an' olona fa raha masaka entanin' ny tompony. [Rinara 1974 #677]
Aza manetriketrika ny an' olona, fa rehefa masaka batain' ny tompony. [Houlder 1895 #1691]
Aza manetriketrika ny an' olona, ka raha masaka batain' ny tompony. [Veyrières 1913 #3836]
Aza manetriketrika ny an’ olona: raha masaka, batain’ ny tompony. [Cousins 1871 #574]
Dikanteny frantsay Ne faites pas bouillir ce qui est aux autres, car quand cela est bien cuit, le maître l' emporte. [Veyrières 1913 #3836]
Ne vous donnez pas la peine de cuire pour les autres car quand ce sera à point, le propriétaire l' emportera. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe avait son origine dans un conte où un homme qui faisait cuire un mets, disait : je vais l'emporter ; le maître de la maison entendant ces paroles et croyant qu' il s' agissait de lui-même, s'écria : c' est moi qui t' emporte. Peu à peu le sens dériva jusqu' à signifier : faire cuire ce qui est à un autre, cet autre l' emporte une fois que c' est prêt. [Veyrières 1913 #3836]

Ohabolana Aza mijery vay masaka, fa voin-kava-mahatratra. [Houlder 1895 #2080]
Dikanteny frantsay Ne vous bornez pas à regarder un furoncle mûr car, entre parents, ce qui atteint l' un atteint l' autre. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Faites quelque chose pour guérir le malade. [Houlder 1895]

Ohabolana Fodilahy masa-voaseva : zay haliman’ andro ka andriana. [Samson 1965 #F35]
Trandra masa-voaseva : haliman' andro ka andriana. [Samson 1965 #T126]
Tsidilahy masa-voaseva : izay haliman’ andro ka andriana. [Samson 1965 #T141]

Ohabolana Fo vomanga masaka. [Veyrières 1913 #5983]
Dikanteny frantsay L' homme sensible et débonnaire a le coeur semblable à une patate cuite. [Veyrières 1913]

Ohabolana Hena masaka no mahavelona fa ny henamaso mahafaty. [Rinara 1974 #1306]
Hena masaka no mahavelona, fa ny henamaso tsy mahavelona. [Cousins 1871 #1047]

Ohabolana Ilay nahandro vato: raha ny rony dia masaka. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona efa nanao sy niezaka hatramin' ny ela, nefa tsy nahita vokany tamin' izany. [Rajemisa 1985]
Enti-milaza zavatra efa notenehina ela na raharaha nokarakaraina maharitra, nefa tsy mbola vita ihany na tsy mety masaka. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Izaho anie nanao masaka atakalo manta, vao nanana efa. [Veyrières 1913 #203]
Dikanteny frantsay J' ai échangé ce qui était cuit avec ce qui était cru avant de réaliser quelques gains. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Une des comparaisons proverbiales du roi Andrianampoinimerina exprimant ce qu' il a souffert pour fonder son royaume ; les pères de famille l' employait vis-à-vis de leurs enfants. [Veyrières 1913]

Ohabolana Lohan' omby notanehina tamin' ny afon-tain' omby, ka mba masaky ny nalain' ny vavany ihany. [Veyrières 1913]
Loha-omby notanehin-taikomby : masaky ny noraofin' ny lelany. [Veyrières 1913]
Loha omby notenehin-taikomby: masaky ny noraofin’ ny lelany. [Rinara 1974 #125, Cousins 1871 #1370]
Dikanteny frantsay Tête de boeuf cuite sur un feu de bouse de boeuf : elle cuit avec ce que sa bouche a pris elle-même à terre. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay On est puni par où on a péché. [Veyrières 1913 #2704]

Ohabolana Manao masaka atakalo manta. [Nicol 1935 #287]
Dikanteny frantsay Echanger le cuit contre le cru. [Nicol 1935 #287]

Ohabolana Manasa fa masaka ny lohomby. [Veyrières 1913 #433]
Dikanteny frantsay Je vous invite à manger, car la tête du boeuf est cuite. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Formule de déclaration de guerre. [Veyrières 1913 #436]

Ohabolana Mandao masaka hoatry ny takotra. [Veyrières 1913 #4046]
Mandao masaka, ohatra ny takotra. [Cousins 1871]
Mandao masaka tahaka ny takotra. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny vahiny tsy mety mijanona hihinana ny sakafo efa vita. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay C' est comme le couvercle qui abandonne ce qui est cuit. [Veyrières 1913 #4046]
Fanazavana frantsay Se disait des visiteurs qui s' en vont au moment où le riz est cuit. Sens plus général : laisser une faveur. [Veyrières 1913 #4046]

Ohabolana Masaka raha araka ny rony, hoy ilay nahandro vato. [Rinara 1974 #2148]

Ohabolana Masaka teren' ny setroka toy ny akondro naotrika. [Rinara 1974 #2149]

Ohabolana Masaky ny dorany fa mangatsiakan' ny hambony. [Rinara 1974 #2150]
Masaky ny dorany, ka mangatsiaky ny hambony. [Houlder 1895 #847]
Masaky ny dorany, mangatsiaky ny hambony. [Cousins 1871 #1643]
Dikanteny frantsay Cuit par ses hâbleries et refroidi par ses fausses prétentions. [Houlder 1895]

Ohabolana Miakara raha tiana, masaka ny lohomby, voaloatra ny sakafo. [Veyrières 1913 #436]
Dikanteny frantsay Montez si vous voulez, la tête de boeuf est cuite, le repas est servi. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Formule de déclaration de guerre. [Veyrières 1913 #436]

Ohabolana Mpivaro-jabo antsena ka samy mandoka ny azy ho fatratra. [Rajemisa 1985]
Toy ny varo-jabo an-tsena : dokafana ho masaka na ny tsy masaka aza. [Rinara 1974 #4371]
Toy ny varo-jabo an-tsena, ka samy midoka ny azy ho masaka. [Houlder 1895 #1173]
Toy ny varo-jabo an-tsena: samy midoka ny azy ho masaka. [Cousins 1871 #3249]
Varo-jabo an-tsena ka samy mandoka ny azy. [Rinara 1974 #4866]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny olona manao dokam-barotra izaitsizy ka samy manao izay ananany avy ho tsara indrindra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Pareils aux vendeurs de "jabo" (tissu en raphia et coton) au marché: chacun vante le sien. [Houlder 1895]

Ohabolana Nahandro varin--dahiantitra ka ihany fa tsy afa-droatra. [Rinara 1974 #2656]
Nahandro varin--dahy : masaka ihany, fa tsy afa-droatra. [Veyrières 1913 #1842, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Manière de faire cuire le riz comme les vieillards : le riz est cuit mais l' écume n' est pas partie, parce que le feu n' est pas assez vif. [Veyrières 1913 #1842]
Fanazavana frantsay Se disait des gens sans énergie et aussi des choses faites incomplètement. [Veyrières 1913 #1842]

Ohabolana Ny haingo natao ho zavatra, verin' ny vary masaka an-tava indray andro. [Rinara 1974 #3021]
Ny haingo natao lavananandro verin’ ny vary masaka an-tava indray andro. [Cousins 1871 #2245]
Ny haingo natao lavanandro verin' ny vary masaka an-tava indray andro. [Veyrières 1913 #2450]
Dikanteny frantsay Les parures qu' on porte tous les jours sont dépréciées par un grain de riz cuit resté sur le visage une seule fois. [Veyrières 1913 #2450]
Fanazavana frantsay Les plus belles choses sont dépréciées par un seul défaut. [Veyrières 1913 #2450]

Ohabolana Ny henamaso tsy mahavelona, fa ny hena masaka no mahavelona. [Cousins 1871 #2264, Houlder 1895, Veyrières 1913]
Ny henamaso tsy mahavoky, fa ny hena masaka no mahavoky. [Veyrières 1913 #6317]
Dikanteny frantsay Ce n' est pas le respect humain qui fait vivre et qui rassasie, mais la viande bien cuite. [Veyrières 1913 #6317]
La fausse honte ne nourrit pas, mais bien la viande cuite. [Houlder 1895 #1119]
Fanazavana frantsay Ce proverbe repose sur un simple jeu de mots entre "henamaso" - fausse honte, et "hena masaka" - viande cuite. [Houlder 1895]
Jeu de mots sur henamaso respect humain, et hena masaka viande cuite. Se disait des gens qui s'exposaient par respect humain ; se disait aussi pour signifier que le travail est nécessaire pour vivre. [Veyrières 1913 #6317]

Ohabolana Ny mangotraka naman’ ny masaka; ny tsara antoka naman’ ny lasa. [Cousins 1871 #2327]
Ny mangotraka naman' ny masaka, ny tsara mpiantoka naman' ny vonona. [Rinara 1974 #3119]

Ohabolana Ny manta atokona, ary ny masaka tsy araraka. [Veyrières 1913 #3730]
Dikanteny frantsay Ce qui est crû, il faut le faire cuire ; ce qui est cuit, il ne faut pas le perdre. [Veyrières 1913 #3730]
Fanazavana frantsay Il faut travailler et avoir soin du ménage pour bien vivre. [Veyrières 1913 #3730]

Ohabolana Ny mioty manta no leony, ny tsy mahandry masaka no adala. [Rinara 1974 #202]

Ohabolana Nitondra teny tsy masaka, hampody no naleha ka fisarahana no vita. [Rinara 1974 #2796]

Ohabolana Ny volo : ahandroina, tsy masaka ; atono, levona. [Veyrières 1913 #4559]
Ny volo : ahandroina tsy masaka, atono mora foana. [Rinara 1974 #3369]
Ny volo : andrahoina, tsy masaka; atono, levona. [Cousins 1871 #2492]
Dikanteny frantsay Cheveux et plumes : si on les fait cuire, ça ne cuit pas ; si on les fait griller, cela se consume. [Veyrières 1913 #4559]
Fanazavana frantsay Bon à rien. [Veyrières 1913 #4559]

Ohabolana Omena manta : " tsy omby vilany " ; omena masaka : " sisa tsy lany " . [Veyrières 1913 #1465, Cousins 1871 #2571]
Omena ny manta ka hoe : tsy omby vilany, omena ny masaka, lazaina ho sisa tsy lany. [Rinara 1974 #3444]
Dikanteny frantsay Donnez-leur quelque chose qui n'a pas passé au feu, ils disent qu' on le donne parce que la marmite n' a pas pu le contenir ; donnez-leur quelque chose qui est cuit, ils disent qu' on "leur donne des restes. [Veyrières 1913 #1465]
Fanazavana frantsay Ce proverbe, dont le sens général s'applique aux gens qui ne sont jamais contents, se disait surtout des beaux-parents qui avaient la réputation d'être exigeants. [Veyrières 1913 #1465]

Ohabolana Raha te-hihinam-boasary hianao, mankanesa any amin-dRainibako any Namehana; fa ny mangataka, omeny malazo ; ny mividy, ivarotany ny manta ; izy tom-pony homana ny masaka. [Veyrières 1913 #5407, Cousins 1871 #2715]
Raha te-hihinam-boasary hianao, mankanesa any amin-dRainibako eny Namehana, fa ny mpangataka omeny malazo, ny mividy ivarotany ny manta, fa izy tompony homana ny masaka. [Rinara 1974 #3661]
Dikanteny frantsay Si vous voulez manger des oranges allez chez Rainibako à Namehana : à ceux qui demandent, il donne des oranges passées ; à ceux qui achètent, il donne des oranges vertes ; et lui le propriétaire, il mange des oranges mûres. [Veyrières 1913 #5407]
Fanazavana frantsay Prendre pour soi ce qu'il y a de meilleur. [Veyrières 1913 #5407]

Ohabolana Safosehaky ny amonta-manta, ka tsy misy hasiana ny masaka. [Veyrières 1913 #4582, Rinara 1974 #3774, Cousins 1871 #2820]
Dikanteny frantsay Rassasié de figues vertes, il n' a plus de place pour les figues mûres. [Veyrières 1913 #4582]
Fanazavana frantsay Ne pas pouvoir profiter d' une bonne occasion. [Veyrières 1913 #4582]

Ohabolana Sarotr' entina toy ny rafozam-be tsiny: omena ny manta, "Tsy omby vilany" ; omena ny masaka, "Sisa tsy lany" . [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Difficile à contenter comme des beaux-parents qui trouvent toujours à redire: on leur offre de la viande crue, (et ils disent): "C' est ce que vous n' avez pu mettre dans la marmite" ; on leur en donne de la cuite, (ils répondent): "Ce sont des restes!". [Houlder 1895]

Ohabolana Sendra masaka, tokony hihinana; avy tsy asaina, nasesiky ny razana. [Houlder 1895 #65]
Dikanteny frantsay Si vous tombez sur un repas tout préparé, mangez; arriver sans être invité, c' est être envoyé par les ancêtres. [Houlder 1895]

Ohabolana Tain' omby nahandroana ny lelany, ka masaky ny firaokan' ny vavany. [Rinara 1974 #3996]
Tain’ omby nandrahoana ny lelany, ka masaky ny finaokan’ ny vavany. [Cousins 1871 #2976]
Tain' omby nandrahoana ny lelany, ka masaky ny firaokan' ny vavany. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Langue de boeuf qu' on fait cuire avec un feu de bouse : ce qu' a pris sa bouche, sert à la faire cuire. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des gens pris par leurs propres paroles. [Veyrières 1913 #6250]

Ohabolana Tefy angadin-dRainimanankiarana : ny tsy masaky ny antsoro atao vely manta ; ary nony mivarotra, dia ny masak’ arina ihany no alaina. [Cousins 1871]

Ohabolana Telo no adidin’ ny takotra: ny mandrako-poana adidiny; ny mandrako-masaka adidiny; ny mandao masaka adidiny. [Cousins 1871 #3066]

Ohabolana Tono mahafeno lavenona ahy, ka raha tsy masaka tsy avelako. [Rinara 1974 #4198]
Tono mahafeno lavenona ahy: raha tsy masaka, tsy avelako. [Cousins 1871]

Ohabolana Tsakitsaky natonon-jaza : sady tsy manta tsy masaka. [Samson 1965 #T134]

Ohabolana Tsy mba ny manta hotoazana aho, fa ny masaka efa mihintsana. [Houlder 1895 #377]
Tsy mba ny manta hotoazana, fa ny masaka efa mihintsana (tapia). [Rinara 1974 #4556]
Dikanteny frantsay Je ne suis pas un (fruit) vert qu' il faut détacher, mais un (fruit) mûr qui va tomber. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à. d. je ne causerai ni ennui ni peine. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy mety raha fony nitanika nialanalana, ka nony masaka mitady hanentana. [Rinara 1974 #4580]

Ohabolana Tsy mety raha hiasa miolonolona, fa nony masaka misolantsolana. [Rinara 1974 #4587]

Ohabolana Tsy mety raha manao masaka atakalo manta. [Veyrières 1913 #6096, Cousins 1871]
Tsy mety raha masaka atakalo manta. [Rinara 1974 #4619]
Dikanteny frantsay Il n' est pas sage de changer ce qui est mûr ou cuit pour ce qui est vert ou cru. [Veyrières 1913 #6096]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas changer ce qui est bon pour ce qui est mauvais, une réalité pour une simple espérance. [Veyrières 1913 #6096]

Ohabolana Vari-vory amin' abatoraka : totoina tsy miray fotsy, ahandroin-tsy miray masaka. [Rinara 1974]

Ohabolana Vilany vy Ambohimanga : izay alainy dia masaka daholo. [Veyrières 1913 #2261]
Dikanteny frantsay Tout lui réussit ; ces paroles ont été dites par le roi Andrianampoinimerina. [Veyrières 1913 #2261]
Fanazavana frantsay Ambohimanga est comme une marmite en fer : tout ce que prend cette marmite cuit bien. [Veyrières 1913 #2261]

Ohabolana Voantsikalabàna : ny manta niraraka, ny masaka nihantona. [Samson 1965 #V80]

Fizahan-teny