Fizahan-teny

Ohabolana : miorika

Ohabolana Hiorika lanin' ny mamba, hivalana lanin' ny voay. [Rajemisa 1985]
Loza fa miorika lanin' ny voay, mivalana rambasan' ny mamba. [Rinara 1974]
Miorika lanin' ny mamba, mivalana lanin' ny voay. [Rinara 1974 #2359, Nicol 1935 #372]
Dikanteny frantsay Remonter le courant, mais pour être la proie du caïman ; le redescendre, mais pour être la proie du crocodile. [Nicol 1935 #372]
Fanazavana frantsay Être perplexe, dans une impasse. [Abinal 1888]

Ohabolana Milomano miorika, ka manabe vava ny ony. [Cousins 1871 #1791, Houlder 1895]
Milomano miorika ka manabe vavarano. [Rinara 1974 #2347]
Milomano mivalana ka manabe vava ny ony. [Cousins 1871 #1792, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Nager en descendant (ou en remontant) le courant agrandit la rivière. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ordinairement on traverse une rivière en allant seulement d' un bord à l' autre. [Houlder 1895]

Ohabolana Miorika tsy vahiny, mivalana tompon-tany. [Veyrières 1913 #1104]
Dikanteny frantsay Poisson qui remonte le cours d' eau, ce n' est pas un étranger, et quand il le descend il est maître de l' eau. [Veyrières 1913 #1104]
Fanazavana frantsay Le poisson est maître du fleuve ; on disait ces paroles pour signifier : vous êtes de la famille, vous êtes ici chez vous ; on les disait aussi de ceux qui avaient des parents en divers endroits. [Veyrières 1913 #1104]

Ohabolana Sady miorika no mivalana. [Veyrières 1913 #4580]
Dikanteny frantsay Il monte et descend le courant. [Veyrières 1913 #4580]
Fanazavana frantsay On se servait de cette expression pour signifier : vomir et avoir la diarrhée en même temps. [Veyrières 1913 #4580]

Fizahan-teny