Fizahan-teny

Ohabolana : rantsana

Ohabolana Dimy dia manala rantsana. [Veyrières 1913 #6690]
Dikanteny frantsay Cinq pieds moins la longueur des orteils. [Veyrières 1913 #6690]

Ohabolana Hianao (anie) no papango sasaky ny vorona, ankihibe mahaleo ny an-tsasany, felatanana mangaika ny rantsana. [Cousins 1871 #1063]
Hianao no papango sasaky ny vorona, ankibe mahaleo ny antsasany, felan-tana-mangaika ny rantsana. [Rinara 1974]
Hianao no papango sasaky ny vorona, ankihibe mahaleo ny an-tsasany, felatanana mangaika ny rantsana. [Nicol 1935]
Hiano no papango sasaky ny vorona, ankibe mahaleo ny an-tsasany, felatanana mangaika ny rantsana. [Veyrières 1913 #636]
Dikanteny frantsay Fous êtes le papango prince des oiseaux, le pouce qui fait la moitié du travail, la paume de la main où aboutissent les doigts. [Nicol 1935 #342]
Vous êtes l' oiseau de proie papangue qui est la moitié de la gent ailée, vous êtes le pouce qui vaut la moitié de la main, vous êtes la paume de la main qui réunit les doigts. [Veyrières 1913 #636]
Fanazavana frantsay C' est de vous que dépend toute l' affaire ; paroles qu'on disait aux grands et aussi aux prétentieux. [Veyrières 1913 #636]

Ohabolana Ladim-boatavo ny olombelona : iray fototra, fa maro rantsana. [Veyrières 1913 #1087]
Dikanteny frantsay Il en est des hommes comme des tiges de citrouilles : il n' y a qu' une tige, mais elle se partage en beaucoup de rameaux. [Veyrières 1913 #1087]
Fanazavana frantsay Se disait des familles. [Veyrières 1913 #1087]

Ohabolana Manala rantsana. [Veyrières 1913 #66]
Dikanteny frantsay La plante du pied, ou le pied moins les orteils. [Veyrières 1913 #66]

Ohabolana Maty foana, hoatry ny mamelon-jaza boka : miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala rantsana. [Veyrières 1913]
Maty foana, ohatra ny mamelon-jaza boka miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala-rantsana. [Cousins 1871]
Maty foana ohatra ny mitaiza zaza boka : miandry izay hahalehibeazany kanjo nilaozany nanala rantsana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Peiner pour rien, comme celui qui élève un enfant lépreux : on attend qu' il grandisse et il est en train de perdre ses doigts. [Veyrières 1913 #2010]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui travaillent en pure perte. [Veyrières 1913 #2010]

Ohabolana Ny felatanana mangaika ny rantsana. [Veyrières 1913 #5204, Cousins 1871 #2224, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay La paume de la main relie les doigts. [Veyrières 1913 #5204]
Fanazavana frantsay Se disait d' une personne influente qui fait l'union. [Veyrières 1913 #5204]

Ohabolana Tsy hata lavadavaka, ohatra ny boka misikidy rantsana. [Cousins 1871]
Tsy hita lavadavaka, hoatry ny boka misikidy rantsana. [Veyrières 1913 #2028]
Tsy hita lavadavaka, ohatra ny boka misikidy rantsana. [Houlder 1895]
Tsy hita lavadavaka ohatra ny boka misikidy rantsana haniry. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay "On n' y peut rien du tout" , s' écrie le lépreux consultant le devin pour se faire revenir des doigts (qu' il a perdus par la maladie). [Houlder 1895]
On n' y voit rien : c' est comme un lépreux qui consulte la divination pour voir s' il recouvrera ses doigts. [Veyrières 1913 #2028]
Fanazavana frantsay Le lépreux a les doigts rongés ; ce proverbe se disait de ceux qui prétendaient faire ce qu' ils ne savaient pas, et aussi de tout ce qui n'était pas clair. [Veyrières 1913 #2028]

Fizahan-teny