Fizahan-teny

Ohabolana : voky

Ohabolana Alaon' ny andro nampakarana anie aho, fa sady voky no tiam-bady. [Rinara 1974 #107]
Alaon' ny andro nampakarana anie aho : ny hena be, ny fitia nandroso, ka sady Ramatoa aho no Raivo. [Houlder 1895 #1750, Veyrières 1913 #1257]
Alaon' ny andro nampakarana, fa sady voky no tiam-bady. [Veyrières 1913 #1256]
Dikanteny frantsay Dans vos chagrins, rappelez-vous le jour de vos noces : vous étiez rassasiée de nourriture, vous étiez aimée de votre mari. [Veyrières 1913 #1256]
Que ne suis-je encore au jour de mon mariage: il y avait beaucoup de viande, l' affection se développait, et j' étais doublement honorée! [Houlder 1895]
Que ne suis-je encore au jour de mon mariage ! il y avait beaucoup de viande, mon mari m' aimait et j' étais doublement honorée. [Veyrières 1913 #1257]
Fanazavana frantsay Paroles de consolation dites à la femme. [Veyrières 1913 #1256]

Ohabolana Aleo tsaroan-tsy enina, toy izay voky tsy tsaroana. [Rinara 1974 #140, Cousins 1871 #111]

Ohabolana Ambohimanambola no voka-tsaramaso, ka Ambohimanarina mivozihi-kibo. [Veyrières 1913]
Ambohimanambola no voka-tsaramaso, ka Ambohimanarina no mivozihi-kibo. [Rinara 1974 #180, Cousins 1871 #143, Houlder 1895]
Any Antsahadinta no voky tsaramaso, ka any Ambatolaona no mivozihi-kibo. [Rinara 1974 #312, Cousins 1871 #263]
Any Antsahadinta no voky tsaramaso, ka aty Ambatolaona no mivozihi-kibo. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Ambohimanambola produit beaucoup de haricots, mais ce sont les gens d' Ambohimanarina qui ont l' estomac enflé. [Houlder 1895]
C'est à Antsahadinta qu'on s'est repu de haricots et c'est à Ambatolaona qu'on a le ventre gonflé. [Veyrières 1913]
C'est Ambohimanambola qui récolte les haricots et Ambohimanarina qui a le ventre gonflé. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Parce qu' ils ont acheté et mangé les haricots des autres. [Houlder 1895]
Séparer deux choses inséparables. [Veyrières 1913]
Travailler pour d'autres. [Veyrières 1913]

Ohabolana Andevolahy mamono tompo mangina : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [Veyrières 1913 #512, Cousins 1871]
Andevolahy mamosavy tompo : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [, , Cousins 1871]
Andevolahy namosavy tompo: hena indray manokona ka tapa-taona niongo-bolo ihany. [Houlder 1895 #2311]
Dikanteny frantsay Esclave qui jette un sort à son maître pour le faire mourir, ou bien le tue en cachette : il sera repu de viande une nuit, mais il lui faudra faire le deuil pendant toute une année. [Veyrières 1913 #512]
Fanazavana frantsay Pour une satisfaction d' un moment, il ne faut pas s'exposer à une longue peine. [Veyrières 1913 #512]

Ohabolana Andevolahy mikalo hariva: tsy alahelo fa kibo tsy feno. [Houlder 1895]
Andevolahy mikalo maraina, na hariva : tsy alahelo, fa kibo tsy voky. [Veyrières 1913 #524]
Andevolahy mikalo maraina : tsy alahelo, fa kibo tsy voky. [Cousins 1871 #189]
Mpanompo mikalo hariva : tsy alahelo fa kibo tsy feno. [Rinara 1974 #2601]
Dikanteny frantsay Esclave qui fait entendre, le matin ou le soir, des chants plaintifs : ce n' est pas le chagrin qui le fait gémir, mais c' est qu' il n' a pas le ventre plein. [Veyrières 1913 #524]
Un esclave chantant plaintivement le soir: ce n' est pas de tristesse, mais de faim. [Houlder 1895 #1583]
Fanazavana frantsay Ce proverbe était dit par ceux qui avaient à travailler, le ventre vide. [Veyrières 1913 #524]

Ohabolana Andevolahy nifahana ondry : voky ny tonony ihany, ka tsy misy hasiana ny nahandrony. [Veyrières 1913 #530, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Esclave qui a mangé du mouton : repu par les grillades de viande, il n' a plus de place dans son ventre pour ce qui cuit dans la marmite. [Veyrières 1913 #530]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui étaient trop pressés de manger. [Veyrières 1913 #530]

Ohabolana Andevo maty tompo : raha tsy matim-panompoana, maty voky. [Houlder 1895 #1587, Veyrières 1913 #2840]
Dikanteny frantsay Esclave dont le maître vient de mourir : s' il ne meurt pas d' excès de travail, il mourra d' un excès de nourriture. [Veyrières 1913 #2840]
Un esclave dont le maître vient de mourir: s' il ne meurt pas de travail, il mourra de trop manger. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Allusion aux distributions de viande dans les funérailles. [Veyrières 1913 #2840]
Aux funérailles il y avait beaucoup à faire pour recevoir les gens, tuer les bœufs, etc., mais c' est aussi alors qu' il y avait le plus à manger. [Houlder 1895]

Ohabolana Andevo tokana amin' Andriana: raha tsy matin’ iraka, maty voky. [Houlder 1895 #1536, Cousins 1871 #171]
Andevo tokana amin' andriana : raha tsy matin' iraka, maty voky ; raha tsy maty voky, matin' iraka. [Veyrières 1913 #540]
Andevo tokana an-trano, ka raha tsy matin' iraka, maty voky. [Rinara 1974 #213]
Dikanteny frantsay Celui qui est seul esclave chez un noble : s' il ne meurt pas accablé de travail, il meurt d' indigestion; s' il ne meurt pas d' indigestion, il meurt accablé de travail. [Veyrières 1913 #540]
L' unique esclave d' un noble: s' il ne meurt pas de travail, il mourra de l' excès de nourriture. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il a beaucoup a faire, mais aussi beaucoup à manger. L' esclavage fut aboli à Madagascar le 27 Septembre 1896 par M. Laroche, résident général. [Houlder 1895]
Se disait des maîtres capricieux qui se montraient tantôt d'une bonté excessive, tantôt d' une cruelle exigence ; il se disait aussi des gens accablés de travail. [Veyrières 1913 #540]

Ohabolana Andry ombin' Imalemifanahy : ny noana voasafosafo, ny voky voalambolambo. [Rinara 1974 #249]

Ohabolana Any Betsileo no voky tsaramaso, ka atý Antananarivo no mivozihi-kibo. [Cousins 1871 #265]

Ohabolana Antitra fahanan-kanina, ka na atao voky an-tenda aza mbola manjoko ihany. [Rinara 1974 #293]
Antitra fahanan-kanina, ka na atao voky hatenda aza, mbola manjoko ihany. [Veyrières 1913 #1802, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Vieillard auquel on donne de la nourriture : il a beau être rassasié jusqu' au gosier, il marche toujours courbé. [Veyrières 1913 #1802]
Fanazavana frantsay Soins inutiles. [Veyrières 1913 #1802]

Ohabolana Aza atao alon-daokan' ny Betsimisaraka, ka ny mialo no voky aloha. [Rinara 1974 #31]
Manao aloben' ny Betsimisaraka, ka izy mialo no voky aloha. [Veyrières 1913 #4515]
Dikanteny frantsay Faire comme dans la distribution des parts de nourriture chez les Betsimisaraka : c' est celui qui distribue les parts qui est le premier repu. [Veyrières 1913 #4515]
Fanazavana frantsay Se disait de celui qui mangeait tout, en distribuant aux autres. [Veyrières 1913 #4515]

Ohabolana Aza manao tahaka any ilay kamo : voky antoandro, entiko matory aza izany; voky alina, entiko miasa aza izany. [Cousins 1871 #506]
Aza manao tahaka an' ilay kamo : voky antoandro, entiko matory aza izany ; voky alina, entiko miasa aza izany. [Veyrières 1913 #3901]
Aza manao tahaka ilay kamo : voky antoandro, entiko matory aza izany, voky alina entiko miasa aza izany. [Rinara 1974 #579]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme le paresseux quand il est bien repu le jour, il dit : si je pouvais aller au lit avec un tel repas ; et quand il est bien repu la nuit, il dit : si je pouvais aller au travail avec un tel repas. [Veyrières 1913 #3901]

Ohabolana Aza mandatsa vady voky. [Rinara 1974 #656]
Aza mandatsa vady voky, fa izay noana latsaka ilalana. [Rinara 1974]

Ohabolana Aza manoatra ny voky fandrao manevika. [Veyrières 1913 #4666, Cousins 1871 #584]
Aza manoatra ny voky sao dia manevika. [Rinara 1974 #690]
Dikanteny frantsay Ne dépassez pas le rassasiement de peur d' avoir des points de côté. [Veyrières 1913 #4666]
Fanazavana frantsay Soyez tempérant. [Veyrières 1913 #4666]

Ohabolana Aza miadaladala toy ny ankizy voky jabora. [Rinara 1974 #719]
Aza miadaladala, toy ny zaza voky sabora. [Veyrières 1913 #2069, Cousins 1871 #598]
Dikanteny frantsay N' ayez pas l' air hébété comme un enfant repu de suif qui lui monte à la tête. [Veyrières 1913 #2069]

Ohabolana Aza mitsiriri-bady voky. [Veyrières 1913 #184, Cousins 1871 #676, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ne convoitez pas la femme d' un autre elle est déjà rassasiée. [Veyrières 1913 #184]
Ne faites pas un reproche à votre femme d' être rassasiée (ou: ne l' enviez pas). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Autre sens : que les époux ne soient pas jaloux l'un de l' autre, lorsque l' un d'eux reçoit un présent. [Veyrières 1913 #184]

Ohabolana Aza vokin' ny hodiny sao tsy misy hasiana ny ventiny. [Rinara 1974 #826]

Ohabolana Efa voky rahefa tsarovanareo, dia misaotra. [Veyrières 1913 #4127]
Dikanteny frantsay Puisque vous vous souvenez de nous, nous sommes rassasiés et nous vous remercions. [Veyrières 1913 #4127]
Fanazavana frantsay Réponse faite par les invités aux paroles que prononce le maître de la maison au repas de la nouvelle année. [Veyrières 1913 #4127]

Ohabolana Fararano vao didimaso ; vokatra ovy vao vilam-bava ; voky vomanga vao be lohalika. [Veyrières 1913 #3104, Cousins 1871 #936]
Fararano vao didimaso, vokatr' ovy vao vilam-bava, voky vomanga vao be lohalika. [Rinara 1974 #1123]
Dikanteny frantsay Il devient chassieux juste au moment de la récolte ; il a la bouche tordue au moment où il y a des tubercules de songe en abondance ; il est rachitique lorsqu' il est repu de patates. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait de celui qui manque son coup et ne sait pas profiter des occasions. [Veyrières 1913]

Ohabolana Halanao mba ho voky ve aho, no tsy avelanao hiasan' olona ? [Veyrières 1913 #4488]
Dikanteny frantsay Vous n' aimez donc pas que je fasse bonne chère, que vous ne laissez pas les gens travailler pour moi et moi pour eux ? [Veyrières 1913 #4488]
Fanazavana frantsay Le sens est : laissez-moi gagner ma vie. [Veyrières 1913 #4488]

Ohabolana Hoatry ny taizan-drenibe : voky hanina, fa tsy mitombo saina. [Veyrières 1913 #971]
Hoatry ny zaza taizan-drenibe : voky hanina, fa tsy mitombo saina. [Veyrières 1913 #971]
Zaza taizan-drenibe : voky hanina fa votsa saina. [Rinara 1974 #5102]
Dikanteny frantsay Enfant élevé par sa grand-mère : il est bien repu, mais il ne grandit pas en sagesse. [Veyrières 1913 #971]
Fanazavana frantsay Se disait des enfants auxquels on laissait de la fortune mais qu' on avait mal élevés. [Veyrières 1913 #971]

Ohabolana Ilay nanao soa vahiny, ka raha voky izy, dia nilaozany. [Cousins 1871 #1122, Nicol 1935 #307]
Ilay nanao soa vahiny : raha voky izy dia lasa. [Rinara 1974]
Ilay nanao soa vahiny : raha voky izy dia nandao. [Rinara 1974]
Nanao soa vahiny: voky izy dia nilaozany. [Rajemisa 1985]
Toy ny manao soa vahiny, ka raha voky izy, dia ilaozany mody. [Houlder 1895 #577]
Toy ny manao soa vahiny : nony voky izy nanao veloma. [Rinara 1974 #4301]
Toy ny manao soa vahiny: raha voky izy, ilaozany mody. [Cousins 1871 #3210]
Fanazavana malagasy Aza miantehitra na miandry valiny amin' izay olona mandala. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Faire du bien à un hôte de passage : à peine restauré, le voilà qui vous quitte. [Nicol 1935 #307]
On fait du bien à un étranger, et quand il est rassasié, il s' en va. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Mot souvent cité en manière d' excuse par ceux auxquels il s' applique. [Houlder 1895]

Ohabolana Izay voky maharaka ny namany. [Rinara 1974 #1528]

Ohabolana Kibontehana mora voky, olo-misy fanahy mora anarina. [Samson 1965 #K18]

Ohabolana Kibo voky tsy manina. [Cousins 1871 #1264, Nicol 1935 #86]
Dikanteny frantsay Ventre plein ne regrette personne. [Nicol 1935 #86]

Ohabolana Lahy antitra misondro-nifin' ny henan-kisoa : voky menaka vao tsy mahakombom-bava. [Veyrières 1913 #1824]
Lahy antitra nisondro-nifin’ ny henan-kisoa: voky menaka vao tsy mahakombom-bava. [Cousins 1871 #1297, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Vieillard qui a les dents longues à force d' avoir mangé de la viande de porc : rassasié de graisse, c' est alors seulement qu' il commence à ne plus pouvoir fermer la bouche. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait des vieux gourmands. [Veyrières 1913]

Ohabolana Lahy antitr’ Imamo : voky, manetsetra ; noana, fola-damosina. [Veyrières 1913 #1828, Cousins 1871, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Vieillard de l' Imamo : quand il est bien repu il a des frissons, et quand il a faim il a mal à l' échine. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il n' est bon à rien. [Veyrières 1913]

Ohabolana Lambo mandom-boara ka ny tsy mandona no voky. [Rinara 1974 #1719, Cousins 1871 #1313]

Ohabolana Lehilahy mahery mihosy, vehivavy mahery manetsa : ka sady voky ny ankizy no tsy ory ny lehibe. [Rinara 1974]
Lehilahy mahery mihosy, vehivavy mateti-panetsa : manao ny hahavoky ny ankizy. [Veyrières 1913 #1283, Cousins 1871 #1363]
Dikanteny frantsay Homme qui remue bien la terre de ses rizières, femme qui transplante bien le riz : ils nourrissent bien leurs enfants. [Veyrières 1913 #1283]
Fanazavana frantsay Se disait des ménages laborieux. [Veyrières 1913 #1311]

Ohabolana Makoa voky : mila raharaha. [Samson 1965 #M71]

Ohabolana Malahelo vady voky. [Veyrières 1913 #1290]
Dikanteny frantsay S' affliger de ce que son conjoint est bien rassasié de nourriture, c' est s' affliger du bonheur d' autrui. [Veyrières 1913 #1290]
Fanazavana frantsay Se disait des gens jaloux. [Veyrières 1913 #1290]

Ohabolana Manakodi-by, mahandro fanjaitra : voky ihany fa manevitevika. [Houlder 1895 #1685, Veyrières 1913 #5450, Rinara 1974 #1974, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Peler du fer (pour le manger), cuire des aiguilles: on est rassasié, mais on a des douleurs d' estomac. [Houlder 1895]
Quand on écorche du fer, et qu' on fait cuire des aiguilles, on est rassasié, mais on éprouve des douleurs aiguës. [Veyrières 1913 #5450]
Fanazavana frantsay Se dit en parlant d' aliments très indigestes. [Houlder 1895]
Traiter avec des gens ingrats et sans coeur. [Veyrières 1913]

Ohabolana Manankera tsy voky : an-tsalazana ny maso. [Samson 1965 #M36]

Ohabolana Mananty tsy voky, toa hovalahy. [Veyrières 1913 #494]
Manantoan-tsy voky, toa hovalahy. [, Cousins 1871 #1521, ]
Dikanteny frantsay Il ne faut pas manger avec excès comme les esclaves, mais se modérer comme des hommes de condition libre. [Veyrières 1913 #494]
Fanazavana frantsay C' était l' usage des hommes libres de laisser toujours un peu de la nourriture qui leur était offerte. [Veyrières 1913 #494]

Ohabolana Manao soa vahiny : ka nony voky izy lasa, fa fony noana no miandriandry. [Rinara 1974 #2013]

Ohabolana Mandray tsy mahazo menatry ny tanana, mitsaha-tsy voky menatry ny vava. [Rinara 1974]
Mandray tsy mahazo, menatry ny tanana; mitsako tsy voky, menatry ny vava. [Veyrières 1913 #6451, Cousins 1871 #1594]
Dikanteny frantsay Celui qui tend la main sans recevoir, est tout confus à cause de sa main ; celui qui mâche et n' est point rassasié, est tout confus à cause de sa bouche. [Veyrières 1913 #6451]
Fanazavana frantsay La honte vient à la suite d'un projet qui n' a pas réussi. [Veyrières 1913 #6451]

Ohabolana Mibalitalita hoatry ny amboa kely voky ron-kena. [Veyrières 1913 #4695]
Dikanteny frantsay Marcher avec peine comme un petit chien au gros ventre, repu de sang. [Veyrières 1913 #4695]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui mangent trop. [Veyrières 1913 #4695]

Ohabolana Miefonefona hoatry ny zaza voky tain-jiro. [Veyrières 1913 #1525]
Dikanteny frantsay Être essoufflé comme un enfant repu de suif de chandelle. [Veyrières 1913 #1525]

Ohabolana Mielo ravin' adabo : na dia tsy voky ny voany aza, mieloelo ny raviny. [Veyrières 1913 #2210, Cousins 1871 #1747]
Mielo ravin' adabo : na dia tsy vokin' ny voany aza, mba mieloelo ny raviny. [Rinara 1974 #2293]
Dikanteny frantsay Quand on s' abrite sous les feuilles du figuier adabo, alors même qu' on ne se rassasie pas des fruits de l' arbre, on est du moins garanti par ses feuilles. [Veyrières 1913 #2210]

Ohabolana Mivontovonto ratsy hoatry ny andevolahy voky taim-piraka. [Veyrières 1913 #2216]
Dikanteny frantsay Mauvaise graisse comme celle de l' esclave qui se rassasie de la gélatine formée au fond de la marmite. [Veyrières 1913 #2216]
Fanazavana frantsay Se disait des biens mal acquis et des mauvais riches. [Veyrières 1913 #2216]

Ohabolana Nahoana no misao-bady voky, ka mampaka-bady noana ? ny mosary ho an' olona, ka alain-ko an-tena. [Veyrières 1913 #1384, Cousins 1871 #2055]
Nahoana no misao-bady voky ka mampakatra ny noana: ny mosary ho an' olona ka alain-ko an-tena ? [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Pourquoi vous séparer d' une épouse déjà rassasiée et satisfaite, pour en épouser une nouvelle qui sera forcément affamée et pleine de désirs ? la famine est pour d' autres, et vous la prenez pour vous. [Veyrières 1913 #1384]
Fanazavana frantsay Maxime pour prêcher la fidélité conjugale. [Veyrières 1913 #1384]

Ohabolana Nahoana no ondrikely voky, ka ovana ho bevohoka ? [Cousins 1871 #2062, Rinara 1974]

Ohabolana Nanasa vahiny tsy tonga: sady voky no afaka adidy. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Tsy mahafaty antoka akory ny manao ny adidy tokony hoefaina. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Na voky hatenda aza tsy mahaleo ny tsaroana. [Rinara 1974 #2776]

Ohabolana Ny amboa no be aina, fa raha voky ran-kena, mandry ilalana. [Houlder 1895 #824, Veyrières 1913]
Ny amboa no be aina fa raha voky ran-kena mandry lalana. [Cousins 1871 #2148, Rinara 1974]
Tsy misy be aina noho ny alika, fa raha voky ran-kena, mandry ilalana. [Veyrières 1913]
Tsy misy be aina ohatra ny alika, fa raha voky ran-kena mandry lalana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Le chien est un animal bien vigoureux, mais quand il est repu de sang, il couche en chemin avant d' arriver au terme. [Veyrières 1913 #4543]
Un chien est très vigoureux; mais quand il est repu de sang de viande, il se couche en route. [Houlder 1895 #824]
Fanazavana frantsay Paroles dites par l' invité pour dire qu' il est rassasié. [Veyrières 1913 #4543]

Ohabolana Ny andriandahy no manao didy fisaka, ka ny hovalahy no manantoana tsy voky. [Rinara 1974 #2880]
Ny Andriandahy no manao didy fisaka, koa ny hovalahy no manantoana tsy voky. [Houlder 1895 #628, Veyrières 1913 #2318]
Dikanteny frantsay Le maître (litt. le noble) fait des tranches minces, et son serviteur (litt. le Hova - le bourgeois) qui le sert ne mange pas à sa faim. [Houlder 1895]
Le maître noble coupe des tranches minces, et le hova son serviteur a faim. [Veyrières 1913 #2318]

Ohabolana Ny antsiantsy no manana anaka ka ny androngo no vaky manta. [Rinara 1974 #2900]
Ny antsiantsy no manan-janaka, ka ny androngo no voky maina. [Houlder 1895 #2168, Veyrières 1913 #728]
Dikanteny frantsay Les petits lézards verts ont des petits, et le grand lézard androngo s' en régale gratuitement. [Veyrières 1913 #728]
Un petit lézard a des petits, et un grand lézard trouve un repas gratuit. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il mange les petits de l' autre. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny eny an-tsisiny indray ve no ho voky aloha. [Rinara 1974 #2940]

Ohabolana Ny fitia tsy fanao mody voky, na mody iavonana toa varin' amboa mahamay. [Rinara 1974 #3003]

Ohabolana Ny handry mody voky, fa ny adala homana ihany. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Les intelligents font semblant d' avoir assez, mais les nigauds continuent à manger. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny kibo voky no vady manohana, hoy ilay tokan-tena. [Rinara 1974 #3050]

Ohabolana Ny manam-panahy mody voky, fa ny adala homana ny anjaran’ ny sasany. [Cousins 1871]
Ny manam-panahy mody voky, fa ny adala mandrapaka ihany. [Nicol 1935 #386, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay L’homme sensé sait s’arrêter à temps ; l’insensé engouffre sans retenue. [Nicol 1935 #386]

Ohabolana Ny voky tsy mahaleo ny tsaroana. [Veyrières 1913 #4558, Cousins 1871 #2488, Nicol 1935]
Ny voky tsy mahaleo ny tsaroana, ary ny tarehy tsy mahaleo ny fanahy. [Veyrières 1913 #1228]
Voky tsy mahaleo ny tsaroana. [Rinara 1974 #5013]
Dikanteny frantsay La mémoire du coeur vaut mieux que les aliments qui rassasient, et un beau caractère vaut mieux qu' un beau visage. [Veyrières 1913]
L' attention vaut mieux que le repas. [Veyrières 1913 #4558]
Le fait que quelqu' un s' est souvenu de vous (pour vous faire un présent), vaut mieux que le présent lui-même. [Houlder 1895]
Le rassasiement ne vaut pas un souvenir. [Nicol 1935 #387]
Fanazavana frantsay C' est bien d'être rassasié, mais ce qui vaut encore mieux c' est d' avoir été invité. Paroles dites par les invités. [Veyrières 1913 #4558]

Ohabolana Ny voky tsy manan-tsisa isan’ ny noana; ny mody tsy manao veloma naman’ ny tezitra. [Cousins 1871 #2489]

Ohabolana Ody valalany Zafimbazaha, ka izay voky dia miala. [Cousins 1871 #2537]

Ohabolana Ody valalan' ny tsy mahay ka voky dia miala. [Rinara 1974 #3393]

Ohabolana Omena mody voky, kanefa mangala-pihinana ihany. [Houlder 1895 #489, Veyrières 1913 #1532, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Difficile à contenter : si on lui offre de la nourriture, il refuse sous prétexte qu' il est rassasié, et puis il va voler des mets pour les manger en cachette. [Veyrières 1913 #1532]
Faire semblant d' être rassasié quand on vous offre à manger, et pourtant dérober de la nourriture ensuite. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des enfants, des subordonnés, des esclaves volontaires et difficiles. [Veyrières 1913 #1532]

Ohabolana Ondry kely voky tsiry: mitahiry lefona an-kibo. [Cousins 1871]
Ondry kely voky tsiry : voky ihany fa mitahiry lefona an-kibo. [Rinara 1974 #3460]

Ohabolana Raha hihinan-droa trano tsy ho voky, tsy aleo mitsahatra amin' ny efa nihinanana. [Rinara 1974 #3573]
Raha hihinan-droa trano tsy ho voky, tsy mahaleo ny mitsahatra amy ny efa nihinana. [Cousins 1871]
Raha hihinan-droa trano tsy ho voky, tsy mahaleo ny mitsahatra amin' ny efa nihinana. [Veyrières 1913 #5818]
Dikanteny frantsay Celui qui mangera dans deux maisons sans être. [Veyrières 1913 #5818]

Ohabolana Raha mamatra miohatra ny feno, raraka; raha mihinana miohatra ny voky manevika; raha mamindro miohatra ny toko, may; raha mandry miohatra ny farafara, mianjera. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Tokony hahalala onony amin' izay rehetra atao, fa raha tsy izany, fahavoazana no mety ho hita. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Randranobe voky hoditra: "Tsy tiako mbamy ny ao am-pahitra". [Cousins 1871 #2741]
Randranobe voky hoditra : tsy tiako mbamin' ny ao am-pahitra. [Veyrières 1913 #1931, Rinara 1974 #241]
Dikanteny frantsay Vieille qui s'est rassasiée de peaux : je n' en veux plus, dit-elle, même celles qui sont encore sur les boeufs dans le parc. [Veyrières 1913]

Ohabolana Tahaky ny andevolahy voky vomanga : tsy taviny, fa salibany. [Veyrières 1913 #589]
Dikanteny frantsay C' est comme l'esclave repu de patates : il n' est pas gras, mais il est gonflé. [Veyrières 1913 #589]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui se bourraient ainsi : c' est de la mauvaise graisse ; au figuré, se disait des mauvais riches et des richesses mal acquises, et aussi de l' apparence et de la réalité. [Veyrières 1913 #589]

Ohabolana Taizan' amboabe, ka ny tsy vokin' ny nono andoavana. [Rinara 1974 #4000]
Taizan' amboabe: ny tsy voky ny nono andoavana. [Cousins 1871 #2978]

Ohabolana Ty kibo voky ro valy mampantanjake. [Poirot & Santio: Vezo]
Dikanteny frantsay Le ventre rassasié tient lieu de conjoint qui soutient. [Poirot & Santio: Vezo]

Ohabolana Toy ny momba : noana tsy manan-kangatahana, voky tsy manan-kotolorana. [Houlder 1895 #1855, Veyrières 1913 #946, Cousins 1871 #3213]
Toy ny momba : noana tsy misy hangatahana, voky tsy manan-komena. [Rinara 1974 #4304]
Dikanteny frantsay Infortune des femmes stériles : affamées, elles n' ont personne à qui demander la nourriture ; rassasiées, elles n' ont personne à qui en offrir. [Veyrières 1913 #946]
Semblable à la femme stérile: si elle a faim, elle n' a personne à qui demander; si elle a de trop (litt. si elle est rassasiée), elle n' a personne à qui donner. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens sans famille, sans appui. [Veyrières 1913 #946]

Ohabolana Toy ny valin' ny voky noana, valin' ny fiakarana fidinana. [Veyrières 1913 #2754]
Toy ny valin' ny voky noana, valin' ny fidinana fiakarana. [Veyrières 1913 #2754]
Valin' ny noana, voky ; valin’ ny fiakarana, fidinana. [Nicol 1935]
Valin' ny voky noana; valin' ny fiakarana fidinana. [Houlder 1895]
Valin’ ny voky, noana; valin’ ny fidinana, fiakarana. [Cousins 1871 #3604]
Dikanteny frantsay Après la faim, le rassasiement ; après la montée, la descente. [Nicol 1935 #39]
Après le rassasiement vient la faim, après la montée la descente : il en est ainsi des vicissitudes de la vie. [Veyrières 1913 #2754]
La contre-partie du rassasiement est la faim; la contre-partie d' une montée est une descente. [Houlder 1895]

Ohabolana Totozy nangala--dronono : tsy voky fa lendem-bolo. [Rinara 1974 #272, Cousins 1871]

Ohabolana Tovolahy manambady antitra, ka ny loa-bary no hianteherana ; fa atositosika, toa renibe ; avela ihany, anjara vadin' ny tena, ka izay voky matanjaka. [Veyrières 1913 #1335]
Tovolahy manam-bady antitra, ka ny loa-bary no hiantehorana; fa atositosika, toa renibe; avala ihany, anjara vadin' ny tena, ka izay voky matanjaka. [Houlder 1895 #1790]
Dikanteny frantsay Jeune homme qui a épousé une vieille femme : c' est pour avoir une bonne cuisine ; car s' il veut s' amuser il semble que sa femme soit sa grand-mère, et s' il la laisse, elle reste sa femme et un homme rassasié est fort. [Veyrières 1913 #1335]
Un jeune homme qui a épousé une vieille femme: c' est pour avoir quelqu' un qui lui fasse bonne cuisine, car s' il veut s' amuser avec elle, il lui semble qu' elle est sa grand' mère; et s' il ne s' en occupe pas, elle est quand même sa femme, et un homme rassasié est fort. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay C. à. d. il a quand même de bons repas. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy misy be aina noho ny alika, fa raha voky ran-kena, mandry lalana. [Cousins 1871 #3510]

Ohabolana Valin' ny noana ny voky. [Rinara 1974 #4847]

Ohabolana Voalavo mitsaba--dronono, ny kibo tsy voky, fa ny rambo no lena. [Rinara 1974 #4976, Cousins 1871 #3694]

Ohabolana Voky tsy homana. [Veyrières 1913 #4073]
Dikanteny frantsay Rassasié sans manger. [Veyrières 1913 #4073]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui étaient reçus avec égards, car les égards valent encore mieux que le repas. [Veyrières 1913 #4073]

Ohabolana Zaza taizan-drenibe : voky hanina fa tsy mitombo saina. [Cousins 1871 #3783, Nicol 1935 #112]
Dikanteny frantsay Education de grand’mère : l’enjant mange à son aise, mais son esprit ne s’ouvre pas. [Nicol 1935 #112]

Ohabolana Zaza voky, ka tsy mahatsiaro ray aman-dreny. [Nicol 1935 #314, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay L’erifant rassasié ne pense plus à son père et à. [Nicol 1935 #314]

Fizahan-teny