Fizahan-teny

Ohabolana : zanaka

Ohabolana Aleo lahy adala zanaka lahimatoa toy izay adala loholona. [Veyrières 1913 #275]
Dikanteny frantsay Mieux vaut un fils aîné insensé que des chefs insensés. [Veyrières 1913 #275]
Fanazavana frantsay Paroles du roi Andrianampoinimerina : un fils aîné insensé peut être rejeté, tandis que des chefs insensés conduisent le royaume à la ruine. [Veyrières 1913 #275]

Ohabolana Amboadia mitafy hodi-janak' ondry : ny tenany no takona, fa ny toetrany tsy miova. [Rinara 1974 #160]

Ohabolana Angalisa zanaky ny tafondro : ny feon--drainy ihany no feon--janany. [Veyrières 1913 #956, Cousins 1871]
Tafondro niteraka angalisa, ka ny feon--drainy ihany no feon--janany. [Rinara 1974 #3970]
Dikanteny frantsay Le fusil est fils du canon : la voix du père est la voix du fils. [Veyrières 1913 #956]
Fanazavana frantsay Tel père, tel fils. [Veyrières 1913 #956]

Ohabolana Atodin-tsorohitra amoron-dalana : tsy nariako, fa narian-dreniny. [Houlder 1895 #1042, Cousins 1871 #321, Veyrières 1913, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Zana-tsorohitra amoron-dalana : tsy nariako, fa narian-dreniny. [Cousins 1871 #3764, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Fanazavana malagasy Enti-milaza tsy fananana andraikitra amin' izay tsy nataon' ny tena. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Des œufs d' alouette au bord du chemin; ce n' est pas moi qui les ai mis là, c' est la mère. [Houlder 1895]
Oeuf ou petit d' alouette trouvé au bord du chemin : ce n' est pas moi qui l' ai abandonné, c' est sa mère. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Donc, ce n' est pas moi qui en suis responsable. [Houlder 1895]
Se disait des enfants que les parents abandonnaient à cause de leur conduite. [Veyrières 1913 #958]

Ohabolana Aza atao fitsara-mitanila. [Cousins 1871 #347]
Aza atao fitsara-mitanila, fa samy zanaka. [Rinara 1974 #392]
Aza manao fitsara-mitanila. [Veyrières 1913 #3329]
Dikanteny frantsay Ne soyez pas partial dans les jugements que vous rendez. [Veyrières 1913 #3329]

Ohabolana Aza atao tsy mahazaka manana toa zanak' omby. [Veyrières 1913 #2174, Rinara 1974 #421, Cousins 1871 #369]
Dikanteny frantsay Qu' il ne soit pas dépendant dans l' usage de son bien, comme le veau qui tète. [Veyrières 1913 #2174]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui n'avaient pas le libre usage de leurs biens. [Veyrières 1913 #2174]

Ohabolana Aza manao hoe : zanaky ny maty. [Veyrières 1913 #874]
Dikanteny frantsay Ne dites pas : c' est l' enfant du défunt ou de la défunte. [Veyrières 1913 #874]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait de ceux qui dans le ménage négligeaient les enfants d' un autre mariage ; d' une manière plus générale il se disait de ceux qui oubliaient leurs amis. [Veyrières 1913 #874]

Ohabolana Aza manao zanaka anaty fo maharary. [Houlder 1895 #1888, Cousins 1871 #554]
Dikanteny frantsay Il ne faut pas s'affliger seulement de ce qui touche ses enfants. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas à tout prix leur donner raison, ou être trop indulgent envers eux. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manao zanaky ny lahy sy ny vavy. [Veyrières 1913 #878]
Dikanteny frantsay Ne faites pas de distinction trop partiale entre les enfants du mari et ceux de la femme. [Veyrières 1913 #878]
Fanazavana frantsay Il ne faut pas être tout pour ses propres enfants, et rien pour ceux de l' autre lit ; ce proverbe se disait en général de la trop grande partialité. [Veyrières 1913 #878]

Ohabolana Aza mandeha foana raha tsy ny zana-dRanona. [Veyrières 1913 #29]
Dikanteny frantsay N'allez pas avec les jeunes gens si ce n' est avec le fils d' un tel. [Veyrières 1913 #29]
Fanazavana frantsay On disait ces paroles aux jeunes filles pour leur dire de ne pas se livrer à n'importe qui mais de conclure mariage. [Veyrières 1913 #29]

Ohabolana Aza mikafara zanaka fa ireny no hiafarana. [Rinara 1974 #754]

Ohabolana Be ny zana-bantony fa izay lava vava no tsy izy ary izay tera-dririnina no botry. [Rinara 1974 #882]
Be ny zana-bantony, fa izay lava vava no tsy izy, ary izay tera-dririnina tsy maintsy ho botry. [Veyrières 1913 #3100, Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Dans une première portée les petits sont nombreux, mais ils n' ont pas la gueule longue, et les petits qui naissent en hiver sont tous chétifs. [Veyrières 1913 #3100]
Les petits de la première portée sont nombreux, mais ceux qui ont la gueule longue ne sont pas bons, et les petits nés en hiver sont tous forcément chétifs. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les Malgaches ont remarqué que le premier enfant, ou les petits de la première portée d' un animal, sont plus chétifs que ceux qui viennent après. Mais en hiver, tous sont chétifs, à cause du manque de nourriture. [Houlder 1895]
Observateurs, les Malgaches avaient remarqué que les petits de la première portée étaient plus chétifs que ceux des autres portées ; de plus, en hiver à cause du manque de nourriture, tous étaient chétifs. [Veyrières 1913 #3100]

Ohabolana Fia zana-borona. [Veyrières 1913 #633]
Dikanteny frantsay Les chefs qui traitent leurs inférieurs sans pitié sont comme les enfants qui maltraitent et pressent dans leurs mains les petits oiseaux. [Veyrières 1913 #633]

Ohabolana Fotsy ratsy tahaka ny zanak' Amboara. [Rinara 1974 #1208]
Fotsy ratsy, toy ny zanak’ Amboara. [Veyrières 1913 #1504, Cousins 1871 #986]
Dikanteny frantsay D' un blanc sale comme les enfants d' Amboara. [Veyrières 1913 #1504]
Fanazavana frantsay Les enfants de cette contrée avaient cette réputation. [Veyrières 1913 #1504]

Ohabolana Hady vory faritan-tsy honenana. [Rajemisa 1985]
Hadivory faritan-tsy honenana, zanak’ olona fofoin-tsy ho vady. [Cousins 1871 #1002]
Hadivory faritan-tsy honenana, zanak' olona fofoin-tsy ho vady, sao hasomparana. [Rinara 1974 #1236]
Fanazavana malagasy Enti-milaza famaritan-javatra na toerana tsy an' ny tena akory. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Hianao no soa tia ratsy, ka ny olona no tendren-kanana ody. [Veyrières 1913 #3007, Cousins 1871 #1064]
Hianao no soa tia ratsy, ka ny zanak' olona no tendren-kanana ody. [Rinara 1974 #1326]
Ny zanakao no soa tia ratsy ka ny zanak' olona no tendren-kanana ody! [Veyrières 1913 #3056, Rinara 1974 #3375, Cousins 1871 #2530]
Dikanteny frantsay C' est votre fille qui est belle et aime le mal, et vous accusez les jeunes gens d' avoir des philtres d' amour pour captiver ses bonnes grâces. [Veyrières 1913 #3056]
C' est vous qui êtes belle et aimez le mal, et vous accusez les autres d' avoir des philtres d' amour. [Veyrières 1913 #3007]

Ohabolana Hoatr' an--dRafotsibe nanenji-tsintsina : " izy ety, izaho ery " . [Veyrières 1913 #1874]
Rafotsibe manenji-jana-tsintsina: "Izaho etý, izy erý!". [Houlder 1895]
Rafotsibe nanenji-jana-tsintsina : " izaho ety, izy ery " . [Veyrières 1913 #1874, Cousins 1871 #2616]
Rafotsibe nanenji-jana-tsitsina : izaho ety, izy ery. [Rinara 1974 #227]
Rafotsibe nanenjika taintaina, ka "ho aiza raha ela ?". [Cousins 1871 #2615]
Rafotsibe nanenjika tsintsina, ka "ho aiza raha ela" . [Veyrières 1913 #1913]
Dikanteny frantsay C' est comme la vieille qui poursuivait un oiseau : il était ici, dit-elle, et moi là. [Veyrières 1913 #1874]
La vieille femme poursuivant un petit oiseau: "Moi, je suis ici, et lui est là-bas" . [Houlder 1895]
Vieille qui s' est lancée à la poursuite d'un oiseau : où ira-t-il si cela dure longtemps, s' écrie-t-elle. [Veyrières 1913 #1913]
Fanazavana frantsay Ce n' est plus de son âge de poursuivre ainsi un oiseau. Sens plus général : espérer beaucoup et n'obtenir aucun résultat. [Veyrières 1913 #1874]
Ce n' est plus de son âge de poursuivre un oiseau. [Veyrières 1913 #1913]
Comment parvenir à l' attraper dans ces conditions! [Houlder 1895]

Ohabolana Hovalahy maty zanaka, ka sira no amoizana azy. [Houlder 1895 #1423]
Dikanteny frantsay Un Hova qui a perdu un enfant, tout ce qu' il peut offrir à ceux qui viennent à l' ensevelissement, c' est un peu de sel. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les Hovas ne possédaient presque rien en propre autrefois, et ne pouvaient donc pas tuer des bœufs aux enterrements comme le faisaient les nobles. [Houlder 1895]

Ohabolana Ilay jamba nampiady ombalahy : lany ritra ny zana-bahoaka raha izay alehako no alehany. [Rinara 1974 #1398]
Ilay jamba nampiady ombalahy : " lany ritra ny zana-bahoaka, raha izay alehako no nalehany " . [Veyrières 1913 #2148]
Ilay jamba nampiady ombilahy : "Lany ritra ny zana-bahoaka, raha izay alehako izay no nalehany". [Cousins 1871 #1112]
Dikanteny frantsay Aveugle qui a fait battre des taureaux : ils sont exterminés les enfants de la contrée, dit-il, s' ils ont passé par où je passe. [Veyrières 1913 #2148]

Ohabolana Iray vady, iray anadahy, ka tsy misy hombana: fa miady an-tanety: "Sahala;" manani-bohitra: "Aza mahafaka.". [Cousins 1871 #1143, Veyrières 1913]
Iray vady iray zanaka, ka tsy misy hombana : fa miady an-tanety : " sahala " ; manani-bohitra : " aza mahafaka " . [Veyrières 1913]
Ny iray vady ary ny iray anadahy, ka tsy misy hombana, fa miady an-tanety : sahalà, manani-bohitra aza mahafaka. [Rinara 1974 #3038]
Ny iray vady, ny iray anadahy, ka tsy misy hombana; fa miady an-tanety, "Sahalà" ; manani-bohitra, "Aza mahafaka" . [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay (De deux combattants ou de deux chefs) l' un est un mari, et l' autre un frère, et on ne sait de quel côté se mettre; si c' est un combat (on dit): "Soyez égaux" , et si c' est l' assaut d' un village (on dit): "Puisse-t-il ne pas être pris" . [Houlder 1895]
Ils ont mêmes épouses et mêmes enfants ; il ne faut pas qu' il y ait plusieurs partis : s' ils combattent sur les coteaux, que le combat soit égal et sans issue ; s' ils attaquent le village, qu' il ne soit pas pris. [Veyrières 1913 #5178]
Fanazavana frantsay Neutralité forcée! [Houlder 1895]
Paroles dites par le roi Andrianampoinimerina, des combats entre gens qui sont chers. [Veyrières 1913 #5178]

Ohabolana Itoeran' ny mason-karen' olona ny zanak' olona. [Veyrières 1913 #972]
Dikanteny frantsay Les enfants sont le capital des parents. [Veyrières 1913 #972]

Ohabolana Katsakatsa-draty, sarangai-mitovy : mba mifanaja, fa zanak’ olo-mitovy. [Cousins 1871 #1237, Veyrières 1913]
Katsakatsa-draty, sarangai-mitovy : mba mifanaja fa zanak' olon-tsahala. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Bananiers au milieu desquels on passe en froissant les feuilles sèches : lorsqu' on les mesure en levant les mains, ils ont tous la même taille ; sachez donc vous aussi vous respecter puisque vous êtes enfants de gens du même rang. [Veyrières 1913 #5186]

Ohabolana Lambo mampandihy zanaka ka ny an' ny tena tsy mba ratsy. [Rinara 1974 #1718]

Ohabolana Mahasalasala hoatry ny mitery ombin-drafozana : misakobona, toa hangala--dronono ; misikim-ponitra, toa hamono zanak' omby. [Veyrières 1913 #1448]
Dikanteny frantsay Ne savoir comment faire, comme le gendre qui va traire la vache de son beau-père : s' il gonfle son lamba, on croira qu' il vole le lait ; s' il se serre les reins avec son lamba, on dira qu' il veut tuer le veau. [Veyrières 1913 #1448]
Fanazavana frantsay Il est difficile de contenter tout le monde, surtout ses beaux-parents. [Veyrières 1913 #1448]

Ohabolana Mahita loza Ikalamomba, fa misambo-balala ho an-janak' olona. [Houlder 1895 #1859]
Mahita loza, ry kala momba! misambo-balala ho any ny zanak’ olona. [Cousins 1871 #1426]
Mahita loza ry kala momba : misambo-balala ho an' ny zanak' olona. [Veyrières 1913 #1768]
Dikanteny frantsay La femme stérile est bien malheureuse, car elle ramasse des sauterelles pour les enfants des autres. [Houlder 1895]
Malheureuse la stérile : elle ramasse des sauterelles pour les enfants des autres. [Veyrières 1913 #1768]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait le malheur des femmes stériles ; il fait allusion à une femme de la légende qui ramassait des sauterelles pour l'enfant d' une autre femme. [Veyrières 1913 #1768]

Ohabolana Mamy kely hoatry ny zanaka. [Veyrières 1913 #1520]
Mamy kely ohatra ny zanaka. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Qu' on aime petits, comme les enfants. [Veyrières 1913 #1520]
Qu' on chérit petits, comme les enfants. [Houlder 1895]

Ohabolana Mananatra zaza tsy nateraka mahabe foto-tsofina. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Maniraka andevo tsy nohinary, mahabe foto-tsofina. [Veyrières 1913 #566, Cousins 1871]
Maniraka ny zaza tsy nateraka, ka mahabe vavorona. [Veyrières 1913 #922, Cousins 1871 #1618]
Maniraka zaza tsy nateraka, ka mahavizam-bava. [Rinara 1974 #2111]
Zanaka tsy nateraka, mahabe vavorona. [Houlder 1895 #1874, Veyrières 1913 #953]
Dikanteny frantsay Des enfants qui ne sont pas à vous dilatent les narines, c.à.d. vous mettent en colère. [Houlder 1895]
Des enfants qu' on n' a pas engendrés vous agrandissent les narines. [Veyrières 1913]
Envoyer au travail ou en commission un enfant qu' on n' a pas mis au monde, cela fait élargir les narines. [Veyrières 1913 #922]
Envoyer travailler un esclave dont on n' est pas le maître, cela fait gonfler le dessous des oreilles. [Veyrières 1913 #566]
Réprimander un enfant d' un autre lit, c' est se gonfler le cou et s' égosiller : il n' écoute pas. [Veyrières 1913 #973]
Fanazavana frantsay Ils font mettre en colère. [Veyrières 1913 #953]
Les esclaves n' obéissent qu' à leur maître et il faut crier après eux pour les faire travailler. [Veyrières 1913 #566]
Les rapports entre les marâtres et les enfants sont difficiles et les marâtres s'égosillent à crier après les enfants pour les faire travailler ; ce proverbe se disait des rapports entre les maîtres et les subordonnés. [Veyrières 1913 #922]
Se disait de la difficulté de commander aux enfants des autres. [Veyrières 1913 #973]

Ohabolana Manan-jara samy monina ny zanak’ Antananarivo, fa lakolosy no mamoha, tafondro no mampandry. [Cousins 1871 #1511]

Ohabolana Manaova soa ampiantany, fa misy hiankinana; ary manaova soa vato, fa misy hipetrahana. [Houlder 1895 #106]
Manaova soa ampiantany, fa misy hiankinana, manaova soa vato fa misy hipetrahana, manaova soa zanaka fa misy hiafarana. [Rinara 1974 #2019]
Dikanteny frantsay Faites du bien à une muraille et vous pourrez vous y appuyer; faites du bien à une pierre et vous pourrez vous y asseoir. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les bonnes actions trouveront toujours leur récompense. [Houlder 1895]

Ohabolana Manao zanaky ny mpanefy tsy mba ho may. [Rinara 1974 #2027]
Tsy misy natao ho zanaky ny mpanefy tsy mba ho may. [Rinara 1974 #4740]

Ohabolana Manao zanaky ny mpisikidy ka tsy mba ho faty, na zanaky ny mpanefy ka tsy ho may. [Houlder 1895 #39]
Manao zanaky ny mpisikidy tsy mba ho faty. [Rinara 1974 #2026]
Dikanteny frantsay Croire qu' on ne mourra pas parce qu' on est fils d' un devin, c' est comme si l' on pensait qu' on ne sera pas brûlé du fait qu' on est fils d' un forgeron. [Houlder 1895]

Ohabolana Maromaro zanaka ka tsy orin-daoka. [Rinara 1974 #2142]

Ohabolana Miakanakana, hoy Rainifandrotrarana, ka ny zanak' anabaviny no ataony sapaoritra. [Rinara 1974 #2240]
"Miakanakana" , hoy Rainifandrotrarana, ka ny zanak' anabaviny no atao sapaoritra. [Houlder 1895]
Miakanakana, hoy Rainifandrotrarana, ka ny zanak' anabavy no atao sapaoritra. [Veyrières 1913]
Minakanaka, hoy Rainifandrotrarana, ka ny zanak' anabavy no atao sapaoritra. [Veyrières 1913]
Minakanakana, hoy Rainifandrotrarana, ka ny zanak’ anabavy no atao saporitra. [Cousins 1871 #1795]
Dikanteny frantsay "Je ne sais pas ce qu' il faut faire" , dit Rainifandrotrarana, et il fait un salut militaire à l' enfant de sa sœur. [Houlder 1895]
Quelle outrecuidance ou quel embarras, dit Rainifandrotrarana, on ne sait plus où donner de la tête : voici maintenant qu' il faut présenter les armes au fils de ma soeur. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Ce proverbe parut lorsque Radama I ordonna de rendre les honneurs militaires aux officiers selon leur grade ; il fut employé plus tard pour signifier : être dans l'embarras, ne savoir où donner de la tête. [Veyrières 1913 #442]

Ohabolana Mialikalika sahala amin' ny zanak' olon' ory. [Rinara 1974 #2247]

Ohabolana Ny akoho no mikakaka, asesiky ny atodiny ; ny zanak’ omby no mimama, manina an-dreniny. [Cousins 1871 #2134]

Ohabolana Ny alahelo ny havana tsy tohan' ny zanaka lasan-davitra. [Veyrières 1913 #983]
Dikanteny frantsay Le regret des parents accable l' enfant qui est éloigné d' eux. [Veyrières 1913 #983]
Fanazavana frantsay La nostalgie des Malgaches était légendaire. [Veyrières 1913 #983]

Ohabolana Ny mpitaiza no mitsanga-malaina, ny fitiavan-janaka no be. [Rinara 1974 #3166]

Ohabolana Ny vadikely natsangany ho zanaka. [Veyrières 1913 #1431]
Dikanteny frantsay C'est une épouse secondaire que son mari a adoptée. [Veyrières 1913 #1431]
Fanazavana frantsay Lorsque la polygamie cessa, les polygames adoptèrent souvent leurs épouses secondaires. [Veyrières 1913 #1431]

Ohabolana Ny vato aza menatra ny vato, ny hazo menatra ny hazo, ka mainka fa zanak' olona ve tsy mba hahalala menatra ny olona toa azy ? [Veyrières 1913 #6463]
Ny vato menatra ny vato, ny hazo menatra ny hazo. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Anatra nanehoan' ny razana fa tokony hahatsiaro menatra ny olona, fa tsy ho toy ny vato aman-kazo. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Les pierres se couvrent de confusion devant des pierres, les arbres devant les arbres, comment les hommes ne sauraient-ils pas rougir devant leurs semblables ? [Veyrières 1913 #6463]
Fanazavana frantsay Ne soyez pas effronté ; ne soyez pas impudent. [Veyrières 1913 #6463]

Ohabolana Ny zanaka toy ny tanan' akanjo : atsipy ao an--damosina, asavily eo am-pofoana. [Rinara 1974]
Ny zanaka toy ny tanan' akanjo: atsipy, eo an--damosina; asavily, ao an--damosina ihany. [Houlder 1895 #1883, Veyrières 1913 #934]
Dikanteny frantsay Les enfants sont comme les manches d' habit: qu' on les lance ou qu' on les jette, elles sont sur votre dos. [Houlder 1895]
Les enfants sont comme les manches d'un habit : qu' on les jette ou qu' on les lance, elles sont sur le dos. [Veyrières 1913 #934]
Fanazavana frantsay Les femmes portaient les enfants sur le dos ; le sens est qu' on a la responsabilité des enfants. [Veyrières 1913 #934]
Vos enfants sont vos enfants pour toujours, et vous en avez pour toujours la responsabilité. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny zanak’ omby tsy ampianari-domano; ny zanak’ Andriana tsy ampianari-mandidy. [Cousins 1871 #2531]
Ny zanak’ omby tsy ampianari-domano; ny zanak’ Andriana tsy ampianarin-kabary. [Cousins 1871 #2531]
Ny zanak' omby tsy ampianarin-domano. [Rinara 1974 #3377]
Ny zanak' omby tsy ampianarin-domano, ny andriana tsy ampianarin-kabary. [Houlder 1895 #1614]
Ny zanak' omby tsy ampianarin-domano, ny zanak' andriana tsy ampianari-mandidy. [Veyrières 1913 #245]
Ny zanak' omby tsy ampianarin-domano, ny zanak' andriana tsy ampianarin-kabary. [Veyrières 1913 #245, Nicol 1935 #90]
Ny zanak' omby va ampianarin-domano, ary ny andriana ampianarin-kabary? [Veyrières 1913 #246]
Zanak' Andriana tsy ampianarin-kabary. [Rinara 1974 #5081]
Zanak' omby tsy ampianarin-domano. [Rinara 1974 #5087]
Zanak’ omby tsy ampianarin-domano ; zanak’ andriana tsy ampianarin-kabary. [Cousins 1871 #3761]
Dikanteny frantsay Apprend-on aux veaux à nager et aux princes à faire des discours? [Veyrières 1913 #246]
On n’apprend pas à un veau à nager ni à un jeune prince à discourir. [Nicol 1935 #90]
On n' apprend pas aux petits veaux à nager, on n' enseigne pas aux enfants des souverains à commander ni à discourir. [Veyrières 1913 #245]
On n' enseigne pas à nager à un veau, ni à parler en public à un noble. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe montre bien la vertu spéciale que les Malgaches reconnaissaient dans leurs souverains ; on l' appliquait aux qualités naturelles. [Veyrières 1913 #245]
Il possède un talent oratoire naturel. Bon chien chasse de race. [Houlder 1895]
On n' apprend pas aux enfants ce qu' ils tiennent de race. [Veyrières 1913 #246]

Ohabolana Olon-tiana tsy miohatra ny zanaka. [Rinara 1974]

Ohabolana Omby maty anaka: izay ahafatesan’ ny zanany itomaniany azy. [Veyrières 1913 #6377, Rinara 1974 #3436, Cousins 1871 #2550]
Omby maty zanaka, ka izay ahafatesany itomaniany azy. [Houlder 1895 #2107]
Dikanteny frantsay Une vache dont le veau a péri: là où il a péri là elle le pleure. [Houlder 1895]
Vache dont le veau meurt : là où son veau meurt, là elle le pleure. [Veyrières 1913 #6377]
Fanazavana frantsay Elle s' obstine à le pleurer sur place. [Veyrières 1913 #6377]

Ohabolana Omby namidy tsy any ny tena. [Cousins 1871 #2555]
Omby namidy tsy an' ny tena. [Houlder 1895 #1199, Rinara 1974 #3441]
Omby namidy tsy an' ny tena, zanaka nampanambadian-dasan' olona. [Veyrières 1913 #1322]
Dikanteny frantsay Boeuf qu' on a vendu, on ne l' a plus ; fille qu' on a donnée en mariage, le mari l' a prise et on ne l' a plus. [Veyrières 1913]
Un bœuf que vous avez vendu ne vous appartient plus. [Houlder 1895 #1199]

Ohabolana Raha indrindra ho faty ihany, aleo matin-janak' anabavy. [Rinara 1974 #3580]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo matin-dranaotra. [Veyrières 1913]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo maty ny zanak' anabavy. [Houlder 1895]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo maty ny zanaky Ranaotra. [Houlder 1895]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo matin-janak' anabavy. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Raha indrindra ho faty ihany, dia aleo matin-janaky Ranaotra. [Cousins 1871]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo maty ny zanak' anabavy. [Houlder 1895]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo maty ny zanak' Ranaotra. [Houlder 1895]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo matin-janak’ anabavy. [Cousins 1871]
Raha samy ho faty ihany, dia aleo matin-janaky Ranaotra. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Puisqu'il faut bien que quelqu' un (ou: que chacun) meure, il vaut mieux que ce soit l' enfant de ma sœur (ou: mon beau-frère), (plutôt que moi). [Houlder 1895 #2100]
S'il faut que nous perdions, il vaut mieux que ce soit l' enfant de notre soeur qui nous fasse perdre, ou bien notre beau-frère. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il vaut mieux que tout se passe en famille. [Veyrières 1913 #1124]

Ohabolana Raha mahita ny patsa, izahay zanak' Andrianonive; fa nony mahita ny toho kosa, zanak' Andriamanantsihety. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Quand nous voyons les chevrettes, nous sommes les descendants d' Andrianonive, mais quand nous voyons les "toho" (poisson d' eau douce), nous sommes les descendants d' Andriamanantsihety. [Houlder 1895]

Ohabolana Raha sady tsy hitery no tsy hihazon-janak' omby, fa hisoroka ny herotra ihany dia tsy mety. [Houlder 1895 #672, Rinara 1974 #3650, Cousins 1871]
Raha tsy hitery, tsy hihazon-janak' omby, ka hisoroka ny herotra fotsiny dia tsy mety. [Veyrières 1913]
Tsy mitery tsy mihazona zanak' omby, fa misoroka ny herotra ihany. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Si vous n' avez pas part au travail, soit en pressant les mamelles, soit en tenant le veau, et que vous prétendiez manger la crème seulement, cela ne convient pas. [Veyrières 1913 #3968]
Si vous ne voulez ni traire (la vache) ni tenir le veau, mais seulement enlever la crème, ça ne peut pas aller. [Houlder 1895 #672]
Fanazavana frantsay Se disait des gens paresseux pour le travail, et zélés pour manger. [Veyrières 1913 #3968]

Ohabolana Raha tsinana ny alakarabo, zanak' iza no tsy ho miaramila. [Rinara 1974 #3666]

Ohabolana Salasala toy ny mitery ombin-drafozana : mirerarera toa tsy hahazo, hisikina toa hamono zanak' omby. [Rinara 1974]
Salasala, toy ny mitery ombin-drafozana : mirerarera, toa tsy hahazo ; misikina, toa mivolon-ko tompony ; misaron-doha, toa miavona ; mipetraka, ataon' ny olona ho amboa. [Veyrières 1913 #1475, Cousins 1871 #2850]
Dikanteny frantsay Embarrassé comme un gendre qui va traire la vache de son beau-père : s' il n'y met pas assez d' ardeur, il ne réussira pas ; s' il en met trop, il aura l' air d' être le maître ; s' il se couvre la tête, il a l' air d' être fier ; s' il s' assied, on le prend pour un effronté. [Veyrières 1913 #1475]
Fanazavana frantsay Le gendre a la situation difficile, il n' est pas considéré comme le fils. [Veyrières 1913 #1475]

Ohabolana Teren-doza, sa enjehin' antambo, no zanaky ny mpanan-karena ka mangataka ? [Veyrières 1913 #2562, Cousins 1871 #3083]
Dikanteny frantsay Est-on pressé par un malheur ou poursuivi par quelque calamité pour mendier, alors qu' on est enfant de riche? [Veyrières 1913 #2562]

Ohabolana Tiana ny zanaka, fa raha manaikitra ny nono akifika. [Rinara 1974 #4135]
Tiana ny zanaka ; nefa raha manaikitra ny nono, akifika. [Veyrières 1913 #942]
Tsy misy mamy hoatry ny zanaka, fa raha manaikitra ny nono akifika. [Houlder 1895 #1891]
Tsy misy mamy ohatra ny zanaka, fa raha manaikitra ny nono akifika. [Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa na dia izay tiana indrindra aza, raha tafaohatra ny toetra asehony dia akipaka. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay La mère aime son enfant, mais lorsqu' il lui mord le sein en tétant, elle l' écarte. [Veyrières 1913 #942]
Rien n' est plus précieux (litt. doux) qu' un enfant, mais quand il mord le sein on le repousse. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens ingrats envers leurs bienfaiteurs ; se disait surtout pour montrer que l' affection ne doit pas empêcher les corrections et les réprimandes. [Veyrières 1913 #942]

Ohabolana Toy ny zanak' omby kamboty. [Veyrières 1913 #1041]
Dikanteny frantsay L'orphelin est comme le veau privé de sa mère. [Veyrières 1913 #1041]

Ohabolana Toko no notadiavina, ka vato no hita, nitady zanaka ka tera-dahy. [Rinara 1974 #4159]

Ohabolana Tompony mba mihono, toa zanak’ anabavy. [Cousins 1871 #3121]

Ohabolana Tsara kely, hoatry ny zanak' Inamehana. [Veyrières 1913 #1541]
Tsara kely, ohatra ny zanak’ Inamehana. [Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Beau pendant l' enfance, comme les enfants de Namehana. [Veyrières 1913 #1541]

Ohabolana Tsara zanaka, ka afa-tondro-maso ary tsy mandry ama-nenina. [Rinara 1974 #4416]

Ohabolana Tsy atakalo, tsy amidy resy, toa zana-drazana. [Rinara 1974 #4480]
Tsy atakalo, tsy amidy resy, toy ny andevon--drazana. [Houlder 1895 #1556, Veyrières 1913 #594, Cousins 1871 #3338]
Dikanteny frantsay C'est comme les esclaves de la famille : on ne les change pas, on ne les vend pas. [Veyrières 1913 #594]
Qu' on ne veut ni échanger ni vendre à perte, comme un esclave hérité. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il faut garder précieusement ce que les ancêtres ont laissé, et aussi amasser en vue de l' avenir. [Veyrières 1913 #594]
Un esclave né et élevé dans la famille était beaucoup plus apprécié qu' un esclave acheté. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy maninona raha zana-mamba lanin-drainy, fa lanin’ ny kibo nitoerana. [Cousins 1871 #3381]
Tsy maninona raha zana-mamba lanin-dreniny. [Rinara 1974 #294]

Ohabolana Tsy mba ny akoho foy ririnina, ka hireraka elatra, fa ny zana-borona foy lohataona ka mavitrika. [Rinara 1974 #292]
Tsy mba ny akohokely foy ririnina izahay ka hanjoretra sy hireraka elatra ; fa ny zana-borona foy lohataona, ka sady matanjaka no mavitrika. [Cousins 1871 #3390, Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Nous ne sommes pas des poussins éclos en hiver, malingres et traînant les ailes, mais des oisillons nés au printemps, robustes et agiles. [Nicol 1935 #35]

Ohabolana Tsy mety raha manao andevovavy may trano: ny trano may tsy hitany, fa "Maty aho varin-janako !". [Cousins 1871 #3433]
Tsy mety raha manao ankizivavy may trano, ka ny trano may tsy hitany fa ny may ao ny varin-janako no ambentin-teny. [Rinara 1974]

Ohabolana Tsy misy malala noho ny vady, na tombo noho ny zanaka. [Veyrières 1913 #1346, Rinara 1974 #4724, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Personne n' est aussi aimé que l'épouse, personne n' est préféré comme l' enfant. [Veyrières 1913 #1346]

Ohabolana Tsy misy mamy noho ny zanaka ; fa raha manaikitra ny nono, akifika. [Cousins 1871 #3528, Nicol 1935 #180]
Dikanteny frantsay Rien qui ne soit plus cher que l’enfant; mais s’il mord la mamelle, on l’écarte. [Nicol 1935 #180]

Ohabolana Tsipika atim-patana, folaka an-davenona, zanaky ny mpitono ka ngerom--bava. [Rinara 1974 #4456]

Ohabolana Tsy rafozana toa bohaka. [Veyrières 1913 #1481]
Vady hariana be tsiny; zanak' olon-tsy vadina toa soa; tsy rafozana toa bohaka. [Houlder 1895 #1809]
Zanak' olon-tsy vadiana toa soa, vady hariana be tsiny, tsy rafozana toa bohaka. [Rinara 1974 #5085]
Dikanteny frantsay On trouve beaucoup de défauts à une femme qu' on veut divorcer; une jeune fille qu' on n' a pas encore paraît charmante; une femme qui n' est pas (encore) votre belle-mère semble facile à vivre. [Houlder 1895]
Une femme qui n' est pas encore votre belle-mère, semble être d' un bon caractère. [Veyrières 1913 #1481]

Ohabolana Very vahatry ny aina, tahaka ny maty zanaka lahi-matoa. [Rinara 1974 #4947]
Very vahin' ny aina toy ny maty zanakalahy matoa. [Veyrières 1913 #8]
Very vahitry ny aina, toy ny maty zanakalahy matoa. [Cousins 1871 #3671]
Dikanteny frantsay Perdre la liane de sa vie comme celui qui perd son fils aîné. [Veyrières 1913 #8]
Fanazavana frantsay Dans le langage figuré la liane verte était le symbole d'un appui solide. [Veyrières 1913 #8]

Ohabolana Vonoy ny zanakareo raha teraka Alakaosy. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Tuez vos enfants s' ils naissent au mois d' Alakaosy. [Veyrières 1913 #123]
Fanazavana frantsay Paroles dites par le mpanandro ou astrologue diseur de sorts. [Veyrières 1913 #123]

Ohabolana Zana-borona foy lohataona, akohokely foy ririnina : samy fananana ka tsy azo hiangarana. [Rinara 1974 #5078]

Ohabolana Zana-dambo mamindra : tsy hery fa mihafy. [Houlder 1895 #909, Rinara 1974 #5079, Cousins 1871 #3757]
Dikanteny frantsay Un marcassin marchant: ce n' est pas parce qu' il est fort, mais parce qu' il y est obligé (à cause des chasseurs qui sont à sa poursuite). [Houlder 1895]

Ohabolana Zanaka ampanambadiana lasan' olona, omby namidy tsy an' ny tena. [Veyrières 1913 #1250]
Zanaka nampanambadiana lasan' olona. [Rinara 1974 #5080]
Dikanteny frantsay Jeune fille qu' on donne en mariage : elle est prise par son mari, et c' est comme un boeuf vendu qui ne vous appartient plus. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Paroles dites à la jeune fille qui quitte la maison paternelle pour aller avec son mari. [Veyrières 1913 #1250]

Ohabolana Zanaka mahaleo mahalasa. [Veyrières 1913 #4182]
Dikanteny frantsay Sois un enfant qui se suffit et peut aller seul. [Veyrières 1913 #4182]
Fanazavana frantsay Souhait fait aux enfants. [Veyrières 1913 #4182]

Ohabolana Zanak' anabavy mandefona ivoho. [Veyrières 1913 #3188]
Dikanteny frantsay Le fils de la soeur perce d' un coup de lance par derrière. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Il se fait bien voir par ses ruses et ses caresses, et capte ainsi l' héritage. [Veyrières 1913 #3188]

Ohabolana Zanak’ aomby masiaka tsy matahotra an-dreniny. [Samson 1965 #Z8]

Ohabolana Zanaka velon-kalina, ka ny am-pony hafa, ny am-poko hafa. [Houlder 1895 #1868]
Zanaka velon-kalina : ny am-pony hafa, ny am-poko hafa. [Rinara 1974 #5082]
Zaza velon-kalina : ny am-pony hafa, ny am-poko hafa. [Veyrières 1913 #1018, Cousins 1871 #3782]
Dikanteny frantsay Enfant né dans la nuit : ce qui est dans son coeur est bien différent de ce qui est dans le mien. [Veyrières 1913]
Un enfant né la nuit dernière: ce qui est dans son cœur, ce n' est pas ce qui est dans le mien. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Allusion à la naissance de l' enfant sous un mauvais destin : l'enfant l'ignore et ne s'en soucie pas, mais les parents s' en soucient ; ce proverbe au sens général signifiait qu' on n' avait pas la même manière de penser. [Veyrières 1913 #1018]
A partir du moment où il est né, c' est un individu distinct. [Houlder 1895]

Ohabolana Zanak' olo-mianadahy no mivady : sarotra mifanao itena! [Veyrières 1913 #68, Rinara 1974 #5083, Cousins 1871 #3758]
Dikanteny frantsay Cousins qui se marient ensemble, il leur est difficile de se tutoyer car ils sont habitués à se respecter. [Veyrières 1913 #68]

Ohabolana Zanak' olona tsy vadina toa soa. [Veyrières 1913]
Zanak’ olona tsy vadin-toa soa. [Cousins 1871 #3759]
Dikanteny frantsay La jeune fille à laquelle on n' est pas marié paraît pleine de qualités. [Veyrières 1913 #1416]
Fanazavana frantsay Se disait en général des gens qui aiment le nouveau et se dégoûtent de ce qu' ils ont. [Veyrières 1913 #1416]

Ohabolana Zanak' olon-tsy vadiana toa tsara tarehy. [Rinara 1974 #5084]

Ohabolana Zanak' omby manitotady : ny manam--bonjena. [Rinara 1974 #5086, Cousins 1871 #3760]

Ohabolana Zanak' ondry tao afovoan' ny amboadia, ka ampitso toa ho rava, anio toa ho velona. [Veyrières 1913 #2835]
Dikanteny frantsay Brebis parmi les loups : demain il semble qu' elle sera mise en pièces, aujourd' hui, il semble qu' elle vivra. [Veyrières 1913 #2835]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui sont dans l'expectative, dans une crainte continuelle. [Veyrières 1913 #2835]

Ohabolana Zana-mamba natelin-dreniny, ka lanin' ny kibo nitoerana. [Rinara 1974 #5092]

Ohabolana Zana-tsaka tsy mataho-totozy, zana-bibilava tsy mataho-tsahona. [Rinara 1974 #327]

Fizahan-teny