Teny iditra tsifady
Sokajin-teny anarana
Fanazavàna teny frantsay (de tsi, négation et fady : interdit (pour les motifs religieux, tabou). Très vanté en médecine populaire : surtout comme anti-algique en boissons et en bains : on l'administre aussi comme antidote dans certains empoisonnements.
  • (Betsileo) Descheemaeker en distingue deux sortes : la première qu'il identifie à Psorospermum fanerana Baker (Hypericaceae) qui fleurit en Mai - Juin. On l'emploie contre les morsures des araignées venimeuses : mélangé à du piment, on le fait bouillir, et on avale le décocté ; faire aussi des lotions à l'emplacement de la morsure. La lotion ne donnerait pas de gomme-gutte colorée. On l'emploie de préférence pour conjurer les mauvais sorts. On en fait aussi des philtres appelés kasoa.
[Boiteau 1997]
Voambolana 

Nohavaozina tamin' ny 2020/07/31