Teny iditra taolanamalona (taolana, amalona)
Sokajin-teny anarana
Fanazavàna teny frantsay  [Sihanaka] (de taolana et amalona : anguille ; allusion à l'emploi comme poison de pêche). Cadia ellisiana Baker (Fabaceae). Feuilles et écorces écrasées au mortier sont ensuite jetées à l'eau sur le lieu de pêche. Les poissons et paraît-il les anguilles elles-mêmes, ne tardent pas à monter à la surface comme s'ils étaient ivres, nageant de façon désordonnée. Il ne reste plus qu'à s'en emparer. La substance active n'a pas été étudiée. Les écorces donnent une réaction positive pour les alcaloïdes. L'arbuste est par ailleurs à fleurs très décoratives. [Boiteau 1997]
Voambolana 
Anarana siantifika Cadia ellisiana

Teny iditra taolanamalona (taolana, amalona)
Sokajin-teny anarana
Fanazavàna teny frantsay  [Sihanaka] (même étymologie, mais l'allusion à l'anguille vise ici les propriétés aphrodisiaques qu'on attribue à la plante). Exacum sp. de la forêt et Exacum quinquenervium Griseb. (Gentianaceae). Ce dernier, par extension, car il pousse aussi dans la plaine sihanaka. Réf. Ramanantsoavina, Réserves Naturelles 1921. Plantes très amères. Leur infusion est administrée aux enfants comme vermifuge. On en fait aussi une macération alcoolique que prennent les hommes âgés, contre l'impuissance. [Boiteau 1997]
Voambolana 
Anarana siantifika Exacum quinquenervium

Nohavaozina tamin' ny 2020/10/04