Teny iditra hazomanga (hazo, manga)
Sokajin-teny anarana
Famaritana malagasy  [Bara] tranon'ny lonaka [Rakotosaona 1972]
Famaritana frantsay chef de tribu [SLP 1986]
Voambolana 
Teny mitovy hevitra mpitan-kazomanga

Teny iditra hazomanga (hazo, manga)
Sokajin-teny anarana
Famaritana malagasy Hazo roa na telo karazana akambana (ny iray amin' ireo ny aviavy) atao fampianianana, izay itokiana ho tsy azo andaingana na ivadihana [Rajemisa 1985]
 hazo omena hasina hanolorana ny sorona [SLP 1986]
Famaritana frantsay sorte d'autel pour l'offrande ou la prière ou les sacrifices [SLP 1986]
  [Sakalava] poteau sacrificiel planté devant la maison du chef de village [Boiteau 1997]
Voambolana 
Teny nalaina 

Teny iditra hazomanga
Sokajin-teny anarana
Famaritana malagasy Zavamaniry voalaza ho ody miaro ny biby fiompy amin' ny aretina raha afehy eo an-tandrony [Rajemisa 1985]
Famaritana anglisy  [Sakalava] [manga, blue.] a plant which is supposed to ward off diseases from cattle if tied to their horns. It is also sniffed for headache. It affords, moreover, a dye for silk. This is also the name given by the sakalava to any plant used in the ceremony of circumcision [Richardson 1885]
Voambolana 

Teny iditra hazomanga
Sokajin-teny anarana
Famaritana frantsay  [Betsimisaraka, Bezanozano, Taimoro, Tanala] ( de hazo : arbre et manga :ici dans la sens de beau ; donc « bel arbre », à ne pas confondre avec hazo-manga, voir hazo). C'est le nom donné aux ravensara (Lauraceae) sur la côte Est. Il est probable qu'ils ont été appelés anciennement Ravintsara (« bonne feuille ») car c'est de là que Sonnerat (1782) a tiré le nom générique Ravensara probablement d' après Poivre qui s'intéressait beaucoup à ces plantes à épices. Ce nom est devenu presque caduc aujourd'hui et l'on emploie surtout hazomanga. Mais ce dernier nom a d'autres acceptions. On exploite surtout deux espèces de ravensara :
¶ -- Ravensara aromatica Sonn. (qui à mon avis ne doit pas être confondu avec Ravensara anisata Danguy comme l'a fait Kostermann in Flore de Madagascar et des Comores,1950 ; cette dernière espèce étant nettement distinguée sous le nom particulier de havozo). C'est un arbre de la forêt des pentes orientales ; surtout abondant entre 1.000 et 1.300 m d'altitude. Son fruit, très parfumé, a fait dans le passé l'objet de nombreuses exportations ; il était commercialisé en Europe sous le nom de « Quatre épices », « Épice de Madagascar » ou « Noix de girofle ». Nux caryophyllata - des vieux apothicaires. L'écorce, également très aromatique a pour principe dominant l'eugénol et non l'anéthol comme chez Ravensara anisata Danguy- Réduite en poudre, on l'applique en compresses sur le front contre les céphalées. Les feuilles sont suspendues en guirlandes pour être séchées on en fait une infusion qui passe pour souveraine contre les coliques, flatuosités et douleurs intestinales.
¶ -- Ravensara subtriplinervia Kosterm. croît dans la forêt orientale proprement dite à basse altitude surtout au sud de Mananjary. Il fournit un fruit condimentaire particulièrement gros et apprécié. [Boiteau 1997]
Voambolana 
Anarana siantifika Ravensara aromatica, Ravensara subtriplinervia

Teny iditra hazomanga
Sokajin-teny anarana
Famaritana frantsay  [Bezanozano, Merina] ( de hazo : arbre et manga :ici dans la sens de beau ; donc « bel arbre », à ne pas confondre avec hazo-manga, voir hazo). Sur les hauts plateaux, ce nom est donné surtout à Weinmannia rutenbergii Engl. (Cunoniaceae) qui fournit un beau bois rouge utilisable en menuiserie et an charpente. Il n'est pas aromatique comme les précédents. [Boiteau 1997]
Voambolana 
Anarana siantifika Weinmannia rutenbergii

Teny iditra hazomanga
Sokajin-teny anarana
Famaritana frantsay Nom mystique (manga a dans ce cas plus ou moins la signification de saint, sacré) que l'on donne aux bois servant à préparer des amulettes ou à confectionner des sampy, idoles, des statuts rituelles, etc. Ces noms ne se substituent pas au nom habituel qui est maintenu pour les usages courants.
¶ Ainsi, chez les Betsileo, c'est le nom mystique du katrafay  ; chez les Betsimisaraka, le nom mystique du nato. Chez les Sakalava, d' après Leandri et Faublée, on donnerait aussi ce nom à Cynanchum eurychitoides (K.Schum.) K.Schum. (Apocynaceae) lorsqu'il est employé au cours des cérémonies de la circoncision. C'est aussi, sur la côte Ouest, le nom d'un arbre dont le bois est employé à faire des amulettes pour protéger les boeufs. Les écorces servent à préparer une teinture rouge et ses feuilles sèches et réduites en poudre constituent un ody an-doha, remède contre les céphalées. Grandidier traduit ce mot : « bois précieux ». C'est le nom rituel donné au poteau cérémonial au pied duquel s'organisent les rites qui concernent l'ensemble d'un groupe de descendance ( raza) et notamment les prières aux ancêtres. D'après J. Lombard, ASEMI', 7, fasc. 2-3, p. 209 (1976), ce terme désigne aussi le poteau commémoratif érigé à l'occasion de la circoncision d'un garçon et dont l'extrémité est teintée de son sang. Il ne s'agirait jamais d'un nom désignant plus spécialement d'une essence forestière ou encore moins une espèce botanique, encore que les bois choisis doivent avoir un certain nombre de qualités : résistance à la pourriture, solidité, etc. D'autre part, certaines espèces de bois sont faly, interdits pour un tel emploi, et personne ne se hasarde à braver cet interdit. [Boiteau 1997]
Voambolana 
Anarana siantifika Cynanchum eurychitoides

2019/06/27