Fizahan-teny

Ohabolana : am-boalohany

Ohabolana Anatin' ny mangidy, ny mamy. [Abinal 1888 #452, Veyrières 1913 #3653]
Ao anatin’ ny mangidy ny mamy. [Cousins 1871 #266, Nicol 1935 #361]
Ao anatin' ny mangidy no misy ny mamy. [Rajemisa 1985]
Añatiñe ty mafaitse ro misy ty mamy. [Poirot & Santio: Vezo]
Mangidy am-boalohany fa mamy am-parany. [Abinal 1888 #452]
Fanazavana malagasy Ny fisahiranana sy ny asa mafy matetika no ahitam-bokatsoa mahafinaritra. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Au sein de l’amertume, la douceur. [Nicol 1935 #361]
C' est dans l'amertume qu' on trouve la douceur. [Veyrières 1913 #3653]
Il y a de l'amertume tout d'abord, mais la douceur vient après. [Abinal 1888 #452]
Il y a parfois du doux dans ce qui est amer. [Abinal 1888 #452]
Le doux se trouve dans l'amer. [Poirot & Santio: Vezo]
Fanazavana frantsay Car le travail et la peine sont récompensés. [Veyrières 1913 #3653]
Un travail opiniâtre est récompensé, la souffrance bien endurée est une source de joie. [Abinal 1888 #452]

Ohabolana Dihizina am-boalohany, hoatry ny fanambadian-dratsy, ka itomaniana am-parany. [Veyrières 1913 #5531]
Dihizina am-boalohany, ohatra ny fanambadian-dratsy, ka itomaniana am-parany. [Cousins 1871]
Dihizina am-boalohany toy ny fanambadian-dratsy, fa itomaniana am-parany. [Rinara 1974 #999]
Ny fanambadiana andihizana am-boalohany, ary itomaniana no farany. [Veyrières 1913 #1215]
Ny fanambadiana andihizana am-boalohany fa isahiranana am-parany. [Rinara 1974 #192]
Dikanteny frantsay C' est comme dans les mariages malheureux : on commence par la danse et on finit par les larmes. [Veyrières 1913 #5531]
Le mariage commence par une danse de joie et finit dans les larmes. [Veyrières 1913 #1215]
Fanazavana frantsay Bien commencer et mal finir. [Veyrières 1913 #5531]
Sens général : heureux commencement, mauvaise fin. [Veyrières 1913 #1215]

Fizahan-teny