Fizahan-teny

Ohabolana : itondrana

Ohabolana Kamboty saro-belomina : itondrana tantely, tambaviana, itondran-kena mivozihi-kibo, omen-tsira, bongo maso, ka tsy hita izay hanaovana azy. [Rinara 1974]
Kamboty saro-belomina : itondran-tantely, tambaviana ; itondran-kena, mivozihi-kibo ; omen-tsira, mandoandoa ; ka tsy hita izay hanaovana azy. [Veyrières 1913 #1030, Cousins 1871 #1229]
Kamboty saro-belomina: omen-tsira, bongo maso; omen-tantely, marary kibo. [Houlder 1895]
Kamboty saro-belomina : omen-tsira, mandoandoa, omen-tantely marary kibo. [Rinara 1974 #109]
Dikanteny frantsay Orphelin difficile pour la nourriture : on lui porte du miel, il est malade ; on lui donne de la viande, son ventre se gonfle ; on lui donne du sel, il vomit : on ne voit pas comment le traiter. [Veyrières 1913 #1030]
Un orphelin difficile à élever: on lui donne du sel, il a mal aux yeux; on lui donne du miel, il a mal au ventre. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Les orphelins étaient embarrassants, parce qu'il fallait prendre soin d'eux et remplacer les parents ; se disait aussi de ceux qui n' étaient jamais contents ou repoussaient les offres qu' on leur faisait. [Veyrières 1913 #1030]

Ohabolana Raha tsara ny vadin-drahalahy, dia amosavina ny rahalahy hitondrana loloha ; raha be omby sy be andevo, isomparana hahazahoana harena. [Veyrières 1913 #1163]
Dikanteny frantsay Une homme qui a une belle-soeur, belle et sage, jette un sort à son frère pour le faire mourir et épouser la veuve ; s' il convoite les boeufs et les esclaves de son frère, il lui cause du tort pour s' enrichir. [Veyrières 1913]

Ohabolana Sahala amin' ny Vazimban' Inenifara, ka tsy mba mila menaka, na vantotr' akoho, fa fihavanam-potsiny kosa. [Veyrières 1913 #107]
Vazimban' Inenifara : tsy mandany menaka, tsy hitondrana vantotr' akoho. [Rinara 1974]
Vazimban' Inenifara : tsy mila akoho, tsy mila menaka, fa fihavanam-potsiny ihany. [Veyrières 1913 #107, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay C'est comme le Vazimba d' Inenifara qui n'exige ni graisse ni sacrifice de coq, mais seulement l' amitié et la vénération. [Veyrières 1913 #107]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait des gens désintéressés ; il fait allusion à un conte malgache ; les coqs, la graisse, les fruits, le miel étaient les offrandes les plus ordinaires aux Vazimba. [Veyrières 1913 #107]

Ohabolana Tsy itondrana roa. [Veyrières 1913 #4091]
Dikanteny frantsay Celui qu' on traite sans égards, on ne fait pas avec lui comme si on portait deux choses à la fois. [Veyrières 1913 #4091]
Fanazavana frantsay Quand on porte deux choses à la fois il faut être soigneux. [Veyrières 1913 #4091]

Fizahan-teny