Fizahan-teny

Ohabolana : solanga

Ohabolana Aleo joko mihasolanga, toy izay solanga mihajoko. [Cousins 1871 #90, Nicol 1935 #249]
Dikanteny frantsay Mieux vaut pour un homme voûté d’avoir à se redresser, que pour un homme droit de devoir se voûter. [Nicol 1935 #249]

Ohabolana Aza mitabataba tonga rafozana : akoho iray no hovonoina ka telo lahy no asaina mindram-pamaky. [Rinara 1974]
Aza mitabataba tonga rafozana : akoho iray no vonoina, ka fito lahy no mitsangana. [Veyrières 1913 #1439, Cousins 1871 #645]
Aza mitabataba tonga rafozana : atodi-akoho no laoka, ka antsy solanga no zahana. [Rinara 1974 #783]
Aza mitabataba tonga rafozana : atodiakoho no laoka, ka famaky no tadiavina. [Veyrières 1913 #1440, Cousins 1871 #644]
Dedaka tonga rafozana : akoho no hovonoina ka telo lahy no asaina mitsangana. [Rinara 1974 #974]
Dedaka tonga rafozana : ka famaky no indramina ary sikina no henjanina, nefa akoho no ho laoka. [Rinara 1974]
Dedaka tonga rafozana, ka trano bongo ka asiam-pandri-baratra; akoho ka nindramam-pamaky; vola venty ka ampanjanahina; eranambatry ka atao telo fonosana. [Houlder 1895]
Dedaka tonga rafozana : trano bongo ka asiam-pandri-baratra ; akoho ka nindramam-pamaky ; vola venty ka ampanjanahina ; eranambatry ka atao telo fonosana. [Veyrières 1913 #1442]
Mitabataba tonga rafozana, akoho iray no vonoina, ka dimy no mamono. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Mihetsiketsika be, nefa tsy hita izay vita, lasan-ko vavany. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Fanfaron qui reçoit ses beaux-parents : il n' a qu' une cabane et il y met un paratonnerre ; il n' a qu' un poulet et il emprunte une hache à découper ; il n' a que 80 centimes et il les prête à intérêt ; il n' a qu' un sou et il l' enveloppe trois fois. [Veyrières 1913 #1442]
Ne faites pas tant de bruit comme une bru qui reçoit la visite de sa belle-mère : il y a des oeufs pour manger avec le riz, et elle demande une hache pour les casser. [Veyrières 1913]
Ne mettez pas tout sens dessus dessous comme un gendre qui reçoit la visite des beaux-parents : sept hommes se lèvent pour tuer une poule. [Veyrières 1913 #1439]
Un vantard recevant la visite de ses beaux-parents: sa maison n' est qu' une cabane et il y met un paratonnerre; il n' a qu' un poulet (à offrir), et il emprunte une hache (comme s' il avait du bœuf); il n' a que quatre-vingts centimes, et il les prête à intérêt: un sou, et il l' enveloppe trois fois. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait l' empressement des gendres à recevoir les beaux-parents ; il se disait aussi des gens parlant haut et troublant tout. [Veyrières 1913 #1439]
Se disait des gens qui parlaient haut et voulaient dominer. [Veyrières 1913 #1440]

Ohabolana Solanga mahazo, joko mahavoa. [Veyrières 1913 #6005, Rinara 1974 #3939, Houlder 1895, Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza zavatra na toe-javatra roa samy ahombiazana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Dirigées en haut, les comes attrapent ; dirigées en bas, elles frappent. [Veyrières 1913 #6005]
Les cornes dirigées en haut attrapent, celles qui sont dirigées en bas frappent. [Houlder 1895]

Ohabolana Solanga mihajoko. [Veyrières 1913 #2749]
Dikanteny frantsay Ce qui est recourbé en haut se recourbe en bas. [Veyrières 1913 #2749]
Fanazavana frantsay Ce proverbe signifiait les vicissitudes de la vie, les revers de fortune, les changements de conduite. [Veyrières 1913 #2749]

Fizahan-teny