Fizahan-teny

Ohabolana : mpantsaka

Ohabolana Aiza hianao no hahita izay mpantsaka tsy mba ho lena? ary aiza hianao no hahita izay mpisoron' afo tsy mba ho tsemboka? ary aiza hianao no hahita izay mpandeha tsy mba ho sasatra? [Veyrières 1913 #1603]
Dikanteny frantsay Où trouverez-vous un porteur d' eau qui ne se mouille pas, un allumeur de feu qui ne soit pas en sueur, un marcheur qui ne soit pas fatigué? [Veyrières 1913 #1603]
Fanazavana frantsay Ces paroles disaient la certitude qu'une chose arriverait ; les jeunes gens s'en servaient pour dire à une jeune fille qu' elle finirait par se laisser prendre aux sollicitations. [Veyrières 1913 #1603]

Ohabolana Aza manao resaky ny mpantsaka : lany enti-mandroso fa tsy misy ho enti-miverina. [Rinara 1974]
Aza manao tafan’ ny mpantsaka: lany enti-mandroso ihany, fa tsy hisy ho enti-miverina. [Cousins 1871]

Ohabolana Aza manao tafasirin' ny mpantsaka, ka ny lasa ihany no averimberina. [Cousins 1871]
Aza manao tafasirin' ny mpantsaka : ny teo ihany no averimberina. [Rinara 1974]
Tafasirin' adala, ka ny lasa ihany no averimberina. [Houlder 1895 #1631, Rinara 1974 #3963]
Tafasirin' adala : ny lasa ihany no averimberina. [Veyrières 1913 #2112, Cousins 1871]
Tafasirin' ny mpantsaka : ny lasa ihany no averimberina. [Veyrières 1913 #2112, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Conversations de sots ou de porteuses d' eau : c' est sans cesse la répétition de ce qui a été déjà dit. [Veyrières 1913 #2112]
La conversation d' un nigaud, il répète toujours les mêmes choses. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des redites perpétuelles. [Veyrières 1913 #2112]

Ohabolana Mpantsaka mahay mikabary: handry ihany fa tsindrian' ny tavim-bilany. [Houlder 1895]
Mpantsaka mahay mikabary : hendry ihany, fa ambanin’ ny siny. [Cousins 1871]
Mpantsaka mahay mikabary : hendry ihany fa ambanin' ny tany. [Rinara 1974 #2603]
Dikanteny frantsay Un porteur d' eau grand discoureur: il parle bien mais sa tête est pressée par un têt de marmite (c. à. d. la cruche). [Houlder 1895]

Ohabolana Mpantsaka rano tratr' orana : hihazakazaka toa maninana ny lanitra, hidarona kotsakotsa. [Rinara 1974 #2604]

Ohabolana Mpantsaka vaky siny: ny siny vaky leoko ihany, fa ity hitondra voro-damba lena mody no tsy toha. [Cousins 1871]
Mpantsaka vaky siny : ny siny vaky leoko ihany, fa ny mitondra voro-damba lena no tsy tanty. [Rinara 1974]

Ohabolana Salasala toa mpantsaka tratr' orana : miadana, toa miandry loza ; mihazakazaka, toa maninana ny lanitra. [Veyrières 1913 #791]
Salasala toy ny mpantsaka tratr' orana: miadana, toa miandry ny loza; mihazakazaka, toa maninana ny lanitra. [Houlder 1895 #988]
Salasala toy ny olona mantsaka tratr' orana : mandeha mora toa miandry loza, mihazakazaka toa maninana ny lanitra. [Rinara 1974 #3819]
Salasala, toy ny olona mantsaka tratr’ orana: miadana, toa miandry loza ; mihazakazaka, toa maninana ny lanitra. [Cousins 1871 #2851]
Dikanteny frantsay Indécis comme le porteur d' eau surpris par la pluie : s' il va lentement, il s' expose au malheur ; s' il court, il a l' air de rivaliser avec le ciel. [Veyrières 1913 #791]
Qui ne sait trop que faire comme un porteur d' eau atteint par la pluie; s' il continue à marcher lentement, il semble attendre le malheur; mais s' il se met à courir, il paraît vouloir rivaliser avec le ciel. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui étaient chez les seigneurs ou les chefs et ne savaient comment faire pour les contenter ; et aussi des gens perplexes qui ne savent comment faire parce qu'ils ont toujours tort. [Veyrières 1913 #791]

Ohabolana Tsy mahaleo mora, ohatra ny mpantsaka. [Houlder 1895]
Tsy mahaleo mora, toa mpantsaka. [Rinara 1974 #4514, Cousins 1871]
Tsy mahaleo mora toy ny mpantsaka. [Veyrières 1913 #3992]
Dikanteny frantsay Celui qui ne sait pas choisir le moment favorable, est semblable aux porteuses d' eau qui renvoient au soir ou au dernier moment pour aller chercher de l' eau, alors qu' il y aura encombrement ou mauvais temps. [Veyrières 1913 #3992]
Qui ne peut pas résister à ce qui est faible, comme un porter d' eau. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce qui est faible, c' est l' eau, le fluide qu' on porte sur la tête, dans une cruche; c' est donc l' eau qui occupe la position la plus élevée, de là le proverbe. [Houlder 1895]
Laisser passer le moment favorable, par paresse ou négligeance. [Veyrières 1913 #3992]

Fizahan-teny