Fizahan-teny

Ohabolana : amboa

Ohabolana Adin' amboa : izay mahery no ombana. [Veyrières 1913 #608, Abinal 1888]
Dikanteny frantsay Combat de chiens : les autres se rangent du côté du plus fort. [Veyrières 1913 #608]
Lorsque deux chiens se battent, les autres se rangent du côté du plus fort. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay On se met du parti du plus fort. [Abinal 1888]
On se range toujours du parti du plus fort. [Veyrières 1913 #608]

Ohabolana Afa-baraka lahy, fa voakaikitry ny amboa kely tiana. [Veyrières 1913 #5428]
Afa-baraka lahy, fa voakaikitry ny amboakely tiana no avy mihehy. [Cousins 1871 #18]
Afa-baraka lahy fa voakaikitry ny amboa kely tiany. [Houlder 1895 #584]
Dikanteny frantsay Déshonneur ! il a été mordu par son petit chien chéri. [Veyrières 1913 #5428]
Déshonoré, comme quelqu' un qui a été mordu par son petit chien chéri. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui essuyaient de l' ingratitude de la part de personnes chéries. [Veyrières 1913 #5428]

Ohabolana Akanga be tsy vakin' amboa. [Veyrières 1913]
Akanga irai-dia tsy vakin’ amboa. [Nicol 1935 #411]
Akanga maro tsy vakin' amboa. [Rajemisa 1985 #41, Rajaonarimanana 1995, Abinal 1888, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Ny akanga irai-dia tsy vakin’ alika. [Cousins 1871 #2133]
Ny akanga maro tsy vakin' amboa. [Rinara 1974 #2839]
Fanazavana malagasy Ny firaisana no hery. [Rajemisa 1985 #41]
Dikanteny frantsay Lorsque les pintades sont nombreuses, le chien n'en saisit aucune. [Abinal 1888]
Lorsque les pintades vont en troupe, le chien n' en saisit aucune. [Veyrières 1913 #5160]
Pintades en troupe, un chien ne les disperse point. [Rajaonarimanana 1995]
Une troupe de pintades est impénétrable au chien. [Nicol 1935 #411]
Fanazavana frantsay L'union fait la force. [Rajaonarimanana 1995, Veyrières 1913 #5205, Abinal 1888]

Ohabolana Amboa ananam-be tsy ananan-daza, tsy ananana mahafa-baraka. [Veyrières 1913 #2341]
Dikanteny frantsay Avoir beaucoup de chiens ne rend pas célèbre, n' en plus avoir rend confus. [Veyrières 1913 #2341]
Fanazavana frantsay Se disait des héritiers dissipateurs à qui il ne reste rien, pas même un chien mort. [Veyrières 1913 #2341]

Ohabolana Amboabe miandry varavarana: tsy vitan-dranom-bary, fa notsipazan-taolana. [Veyrières 1913 #699, Cousins 1871 #132]
Amboabe miandry varavarana : tsy vitan' izay ranom-bary, fa notsipazan-taolana koa. [Rinara 1974 #20]
Dikanteny frantsay Gros chien qui monte la garde à la porte : il ne se contente pas d' eau de riz, on lui jette des os. [Veyrières 1913 #699]
Fanazavana frantsay Se disait des exigences des grands, et aussi de celles des créanciers. [Veyrières 1913 #699]

Ohabolana Amboadia mitafy hodi-janak' ondry : ny tenany no takona, fa ny toetrany tsy miova. [Rinara 1974 #160]

Ohabolana Amboa fola-tanana : fangalàna ny zanany. [Samson 1965 #A53]

Ohabolana Amboa homana ondry, ka ny aina no manefa. [Veyrières 1913 #4268]
Amboa homana ondry, ka ny fo no manefa. [Rajemisa 1985 #62, Abinal 1888]
Amboa homan' ondry, ka ny aina no manefa. [Rinara 1974 #161]
Amboa nangalatra ondry, ka ny fo no manefa. [Houlder 1895]
Amboa nangalatra ondry: ny fo no manefa. [Veyrières 1913 #4268, Cousins 1871 #126]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ny mpangalatra izay tsy maintsy manonitra arakaraka ny zavatra nangalariny. [Rajemisa 1985 #62]
Dikanteny frantsay Chien qui est pris, mangeant une brebis, la paie de sa vie. [Veyrières 1913 #4268]
Un chien qui a volé un mouton, il le paiera de sa vie. [Houlder 1895]
Un chien qui est pris, mangeant une brebis, la paie de sa vie. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay Quand un voleur est pris sur le fait, il est mis à mort. [Abinal 1888]
S' appliquait à celui qui s' était rendu coupable d' un crime entraînant la peine de mort. [Houlder 1895]
Se disait des voleurs pris en flagrant délit de vol, entraînant la peine capitale ; ils étaient mis à mort sans autre forme de procès. [Veyrières 1913 #4268]

Ohabolana Amboa kely mitsaba--dronono. [Veyrières 1913 #4266]
Dikanteny frantsay Petit chien qui met son museau dans le lait qui n' était pour lui. [Veyrières 1913 #4266]
Fanazavana frantsay Se disait des gens de la maison qui volent le maître. [Veyrières 1913 #4266]

Ohabolana Amboakelin-dRazakabezafy : omen-dranom-bary, tsy mety, ka ny volombodin-trano no lelafina. [Cousins 1871 #133]
Amboakelin-dRazakabezafy : omen-dranombary tsy tia, fa ny volom-bodin-trano indray no lelafina. [Rinara 1974]

Ohabolana Amboa kely tery vozona. [Veyrières 1913 #746]
Dikanteny frantsay L' opprimé dont on étouffe les cris, c' est comme un petit chien qu' on étrangle. [Veyrières 1913 #746]

Ohabolana Amboalahy antitra : matoa mivanika, hanaikitra. [Veyrières 1913 #798, Rinara 1974 #164, Cousins 1871 #134]
Dikanteny frantsay Vieux chien : s' il montre les dents, c' est qu' il va mordre. [Veyrières 1913 #798]
Fanazavana frantsay Se disait des vieillards difficiles. [Veyrières 1913 #1799]

Ohabolana Amboalahy koro, ka manala voninahitra ny tompony. [Veyrières 1913 #747, Cousins 1871 #135]
Amboalahy koro sofina, ka manala baraka ny tompony. [Rinara 1974 #165]
Dikanteny frantsay Chien qui a les oreilles coupées : il est un déshonneur pour son maître. [Veyrières 1913 #747]
Fanazavana frantsay Se disait des inférieurs que les supérieurs traitaient trop mal, et aussi des inférieurs qui avaient de grandes infirmités corporelles. [Veyrières 1913 #747]

Ohabolana Amboalahy manitrika ka samy te-ho derain' ny tompony. [Rinara 1974 #165]
Amboalahy manitrika : samy te-hoderain' ny tompony. [Veyrières 1913 #748, Cousins 1871 #138]
Dikanteny frantsay Chiens qui plongent : chacun veut être félicité par son maître. [Veyrières 1913 #748]
Fanazavana frantsay Les petits cherchent les bonnes grâces de leurs chefs. [Veyrières 1913 #748]

Ohabolana Amboalahy miandry embok' akondro: andrasana tsy latsaka, ilaozana toa hena. [Rajemisa 1985 #62, Abinal 1888]
Amboa niandry embok' akondro : ilaozan-toa hena, andrasan-tsy latsaka. [Rinara 1974 #19]
Toy ny alika miandry embok' akondro: andrasana, tsy latsaka: ilaozana, toa hena. [Houlder 1895 #948]
Toy ny amboa miandry embok' akondro : andrasan-tsy latsaka, ilaozana toa hena. [Rinara 1974 #4259]
Toy ny amboa miandry embok’ akondro : an-drasan-tsy latsaka, ilaozan-toa hena. [Cousins 1871 #3179]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona manantena na nampanantenaina zavatra betsaka, nefa diso fanantenana. [Rajemisa 1985 #62]
Dikanteny frantsay Pareil à un chien qui attend un bouquet de bananier: ce qu' il espère avoir ne tombe pas, et s' il s' en va il lui semble perdre un morceau de viande. [Houlder 1895]
Quand un chien regarde le bouquet du bananier, il attend, mais en vain, qu’il tombe; s'il s'en va, c'est à regret pensant que c’est de la viande. [Abinal 1888]
Fanazavana frantsay Le bouquet du bananier, c. à. d. la grande fleur composée d' où sortiront les bananes, est rouge, et peut ressembler vaguement à un morceau de viande. [Houlder 1895]
Souvent celui à qui on fait de belles promesses est déçu dans ses espérancos. [Abinal 1888]

Ohabolana Amboalahy mikiky taolana : tsy hery, fa hihitra. [Cousins 1871 #136]
Amboalahy mikiky taolana : tsy herin' ny nify fa hihitra no sisa. [Rinara 1974 #166]
Toy ny amboalahy mikiky taolana : tsy hery fa hihitra. [Veyrières 1913 #2331]
Dikanteny frantsay Chien qui ronge un os : ce n' est pas un indice de sa force, mais la preuve de son avarice. [Veyrières 1913 #2331]

Ohabolana Amboalahy mitsaba-doharano : tsy hetaheta fa hasomparana. [Rinara 1974 #167, Cousins 1871 #137]
Amboa mitsaba-doharano: tsy hetaheta fa hasomparana. [Houlder 1895]
Voalavolahy nitsaba-doharano : tsy hetaheta, fa hasomparana. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Rat qui plonge dans une source : ce n' est pas qu' il ait soif mais il veut troubler l' eau et nuire aux autres. [Veyrières 1913 #178]
Un chien qui se jette dans une source: ce n' est pas de la soif, c' est de la méchanceté. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce proverbe disait la méchanceté des sorciers et mauvaises gens. [Veyrières 1913 #178]

Ohabolana Amboa lahy mivakan-troditra: mañiry hanina an-tenda. [Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Amboa lahy miambozon-koditra: maniry hanina an-tenda. + Ny fehivozon' ny alika no heverina amin' io hoditra io. [Houlder 1895]

Ohabolana Amboalahy nivakan’ angozo : maniry hanina an-tenda. [Samson 1965 #A56]

Ohabolana Amboalahy tsy many. [Samson 1965 #A55]

Ohabolana Amboalambo. [Veyrières 1913 #6717]
Dikanteny frantsay Chien sauvage. [Veyrières 1913 #6717]
Fanazavana frantsay Se disait des mauvais sujets. [Veyrières 1913 #6717]

Ohabolana Amboalambo folaka. [Veyrières 1913 #6410]
Dikanteny frantsay Chien sauvage dompté. [Veyrières 1913 #6410]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui se repentent. [Veyrières 1913 #6410]

Ohabolana Amboalambo tsy ampoka : homana ny sisan’ ny mpiasa. [Cousins 1871 #139]
Amboalambo tsy ampoka, ka mihinana ny sisan' ny mpiasa. [Rinara 1974 #168]

Ohabolana Amboa mahia, ka miverina ilalana. [Veyrières 1913 #2275]
Dikanteny frantsay Chien maigre rebrousse chemin. [Veyrières 1913 #2275]
Fanazavana frantsay Se disait à ceux qui envoient au loin des commissionnaires sans leur donner de quoi se nourrir en route. [Veyrières 1913 #2275]

Ohabolana Amboa maka valala : ny kibo ihany no fenoina. [Veyrières 1913 #6202, Cousins 1871]
Amboa maka valala: ny kibo no fenoina dia mody. [Rinara 1974 #169]
Dikanteny frantsay Chien qui chasse les sauterelles : il ne songe qu' à remplir son ventre. [Veyrières 1913 #6202]
Fanazavana frantsay Se disait des gens insouciants qui vivent au jour le jour sans penser au lendemain. [Veyrières 1913 #6202]

Ohabolana Amboa merom-bava: tsy velo-mandà. [Samson 1965 #A45]

Ohabolana Amboa miantsena: maty antoka, tsy mba mameno ; mahazo tombony, tsy mba mizara. [Houlder 1895 #1203, Cousins 1871 #125, Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Un chien au marché: s' il perd (s' il n' attrape rien), il ne doit rien à personne, et s' il gagne (s' il trouve quelque chose à manger), il ne partage avec personne. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il ne dépend de personne. [Houlder 1895]

Ohabolana Amboa mitomany valala: tova volana, fa lehibe no miteny. [Rinara 1974 #171, Cousins 1871 #131, Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Chien qui hurle la nuit aux sauterelles : accomplissez vos paroles, car c' est un grand qui parle. [Veyrières 1913 #749]
Fanazavana frantsay Les grands ont les moyens de réaliser leurs exigences. [Veyrières 1913 #749]

Ohabolana Amboa momba mangaiña, sady tsy mahalany firaña no tsy mitahy miasa. [Houlder 1895]
Amboa momba mangarina : sady tsy mahatahy miasa tsy mahalany firana. [Samson 1965 #A49]
Fanazavana malagasy Amboa miaraka amin' ny mpanao toaka: sady tsy mahalany firana no tsy manampy ny mpiasa. + (1) Mangaiña: maka ny ranom-pary avy amin' ny fary. (2) Firaña: fary tapatapahina misompirana, tokony ho 10, 5 cm ny halavany. [Houlder 1895]

Ohabolana Amboa nangala-katsaka : ampangain’ ny tainy. [Samson 1965 #A46]
Amboa nangala-katsaka, ka ampangain' ny tainy. [Veyrières 1913 #4267]
Dikanteny frantsay Chien qui a volé du maïs : ses excréments l' accusent. [Veyrières 1913 #4267]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui ont habilement volé, mais qui sont découverts quand ils vendent leur vol. [Veyrières 1913 #4267]

Ohabolana Amboan-dRatsikonkona : sady tsy mody tsy tamàna. [Samson 1965 #A47]

Ohabolana Amboa ngerom-bava, ka raha mandalo toa hitondra sokina ihany. [Veyrières 1913 #4269]
Amboa ngerom-bava : tazanina toa mitondra sokina, nony akaiky vavany ihany. [Rinara 1974]
Toy ny amboa ngerom-bava : tazanina toa mitondra sokina, nony hatonina vavany ihany. [Rinara 1974 #4258]
Dikanteny frantsay Chien qui a la gueule noire : quand il passe, on croit qu' il porte un hérisson. [Veyrières 1913 #4269]
Fanazavana frantsay Se disait des voleurs de profession : on les accuse toujours. [Veyrières 1913 #4269]

Ohabolana Amboa nihaza jorery ka feo no re. [Rinara 1974 #20]
Amboa nihaza jorery, ka ny feo no re. [Houlder 1895 #1214, Cousins 1871 #127]
Dikanteny frantsay Un chien chassant une cigale, il en entend le cri (mais c' est tout, il ne la voit pas). [Houlder 1895 #1214]

Ohabolana Amboa nihaza mamba, ka mandimby ananana. [Houlder 1895 #1720, Cousins 1871 #128]
Amboa nihaza mamba, ka nandimby ananana. [Rinara 1974 #175]
Dikanteny frantsay Un chien chassait un crocodile, et les rôles ont changé (c.à.d. c' est le crocodile qui a pris le chien). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Un voleur volé. [Houlder 1895]

Ohabolana Amboa nihorok’ aomby : tsy fitiavana fa fangaronana ny atiny. [Samson 1965 #A54]

Ohabolana Amboa nitapahin-drambona : tsaran’ ny mpanintina. [Samson 1965 #A51]

Ohabolana Amboa nitsaka : mamindra halemana amin’ olona. [Samson 1965 #A50]

Ohabolana Amboa nivahiny: tonga tsy mahafaly, lasa tsy mampalahelo. [Houlder 1895 #1483]
Amboa nivahiny : tonga tsy nahafaly, lasa tsy nampalahelo. [Rinara 1974 #176, Cousins 1871 #129]
Dikanteny frantsay Un chien en voyage: son arrivée ne cause pas de joie, ni son départ de regrets. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Ce n' est pas comme lorsqu' il s' agit de personnes, des parents ou amis qui viennent vous voir. [Houlder 1895]

Ohabolana Amboa nivahiny : tonga tsy naharavo, niainga tsy nahataitra. [Samson 1965 #A44]

Ohabolana Amboa nivalavalan-taolana : sady taitra ravo. [Samson 1965 #A52]

Ohabolana Amboa sanga : tsy manana aminahy. [Samson 1965 #A48]

Ohabolana Amboa tsy manara-tompo. [Veyrières 1913 #750]
Dikanteny frantsay Un chien qui ne suit pas son maître. [Veyrières 1913 #750]
Fanazavana frantsay Se disait des inférieurs qui honoraient des étrangers, plutôt que leurs maîtres ou supérieurs. [Veyrières 1913 #750]

Ohabolana Amboa tsy nifora : nahateka tany. [Samson 1965 #A43]

Ohabolana Amboa vahiny. [Veyrières 1913 #6718]
Dikanteny frantsay Chien étranger. [Veyrières 1913 #6718]
Fanazavana frantsay Les rôdeurs et vagabonds. [Veyrières 1913 #6718]

Ohabolana Andrasan' amboa ohatra ny varavaran' ny mpitrosa. [Rinara 1974 #216]
Andrasan' amboa varavaranany mpitrosa. [Cousins 1871 #200, Nicol 1935 #356]
Ny trosa no iandrasan' amboa varavarana. [Rinara 1974 #3331]
Dikanteny frantsay Des chiens veillent à la porte des débiteurs. [Veyrières 1913 #4425]
La porte du débiteur est toujours gardée par un chien féroce. [Nicol 1935 #356]
Fanazavana frantsay C'est le jour qu'il faut frapper à la porte des débiteurs, car la nuit les chiens montent la garde. [Veyrières 1913 #4425]

Ohabolana Ankadivory masiaka amboa : mandany zara ny tompony. [Rinara 1974 #270, Cousins 1871 #239]
Masiaka amboa an-kadivory, ka mandany zara ny tompony. [Houlder 1895 #433, Veyrières 1913 #5703]
Masiaka amboa an-kadivory : mandany zara ny tompony. [Cousins 1871 #1646]
Masiaka amboa hadivory ka mandany zara ny tompony. [Rinara 1974 #2151]
Dikanteny frantsay Chien méchant dans un enclos : il enlève à ses maîtres, tous les bons partis de mariage, car on a peur d' entrer. [Veyrières 1913 #5703]
Un chien féroce qui se tient dans le fossé fera du tort à son maître. cause du chien, personne n' osera approcher. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des parents méchants qui étaient un obstacle au mariage de leurs filles. [Veyrières 1913 #5703]
S' il a une fille, par exemple, elle n' aura pas de prétendant, car, à. [Houlder 1895]

Ohabolana Anti-poana hoatry ny amboan' Avaradrano. [Veyrières 1913 #1801]
Dikanteny frantsay Vieillards qui ne sont plus bons à rien, sont comme les vieux chiens des gens à Avaradrano qui ne prennent des ans que le poids et la décrépitude. [Veyrières 1913 #1801]

Ohabolana Aza atao fihavanan' alika, ka taolana iray no isarahana. [Rinara 1974 #383]
Aza manao fihavanan' amboa, ka taolana iray no isarahana. [Houlder 1895 #206]
Aza manao fihavanan' amboa : taolana iray no isarahana. [Veyrières 1913 #5327]
Manao fihavanan' amboa, ka taolana iray no isarahana. [Rinara 1974 #1990]
Manao fihavanan’ amboa: taolana iray no isarahana. [Cousins 1871 #1533]
Dikanteny frantsay N' agissez pas envers vos amis, comme les chiens qui se séparent pour un os. [Veyrières 1913 #5327]
N' aimez pas comme s' aiment les chiens, qui se séparent pour un os. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manao amboa ditsika. [Veyrières 1913 #6344, Houlder 1895]
Aza manao amboa ditsoka. [Rinara 1974 #488, Cousins 1871 #414]
Dikanteny frantsay N' agissez pas comme un chien aveuglé. [Houlder 1895]
Ne faites pas comme un chien aveuglé par la poussière : il mord sans voir. [Veyrières 1913 #6344]
Fanazavana frantsay N' agissez pas en aveugle. [Houlder 1895]
Se disait des gens obstinés, des bandits, de tous ceux qui agissent par violence. l' obstination et l' entêtement. [Veyrières 1913 #6344]

Ohabolana Aza manao amboan-dRainingodona ka izay mitondra kitapo arahina daholo. [Rinara 1974 #487]
Aza manao amboan-dReningodona, ka izay mitondra kitapo arahina avokoa. [Houlder 1895]
Aza manao toy ny amboan-dReningadona: izay mitondra kitapo arahina daholo. [Veyrières 1913 #4467, Cousins 1871 #522]
Dikanteny frantsay Ne faites pas comme le chien de Reningadona qui suit tous ceux qui portent un sac. [Veyrières 1913]
Ne faites pas comme le chien de Reningodona qui court après tous ceux qui portent un panier (litt. besace ou sac). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il espère attraper quelque chose. [Houlder 1895]
Se disait des gens simples qu' on gagne facilement par un peu de nourriture. [Veyrières 1913]

Ohabolana Aza manao karazan' amboa : zato lahy tsy midina an-kosy, arivo vavy tsy mitam-body ketsa. [Veyrières 1913 #3900, Rinara 1974 #530, Cousins 1871 #472]
Dikanteny frantsay Ne vivez pas à la manière des chiens : cent mâles ne descendent pas dans la boue pour écraser les mottes de terre ; mille femelles ne touchent pas les racines des plants de riz. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Ne soyez pas paresseux. [Veyrières 1913 #3900]

Ohabolana Aza mandaka amboa mandry. [Houlder 1895 #831]
Dikanteny frantsay Ne dormez pas un coup de pied à un chien qui dort. Il pourrait vous en coûter. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mandeha tsy voizina, toy ny lakana mivalan-drano. [Houlder 1895 #1205]
Mandeha tsy voizina hoatry ny lakan-jejo. [Veyrières 1913 #4047]
Mandeha tsy voizina toa lakan-fila. [Rajemisa 1985]
Mandeha tsy voizina toa lakan-jejo. [Rinara 1974 #2061]
Mandeha tsy voizina toy ny lakan-jejo. [Nicol 1935 #160]
Misosa tsy voizina hoatry ny lakan-jejo. [Veyrières 1913 #4047]
Tsy mety raha mandeha tsy voizina toa lakan-jejo, na manendry tena toy ny amboa hiantsena. [Rinara 1974 #4630]
Tsy mety raha mandeha tsy voizina, toy ny lakana mivalan-drano. [Cousins 1871 #3450]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona misosososo miditra na manao zavatra nefa tsy ampandrosoina na asaina manao ilay zavatra akory. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Filer avant même qu’on rame, comme une pirogue instable. [Nicol 1935 #160]
N' allez pas sans être envoyé (litt, sans qu' on vous fasse avancer en ramant), comme un canot allant à la dérive. [Houlder 1895]
S' introduire sans être invité et s' avancer de soi-même comme une pirogue légère qui s' en va sans qu' on rame. [Veyrières 1913 #4047]
Fanazavana frantsay N' agissez pas de votre propre chef. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza manendry tena ohatra ny alika ho any an-tsena. [Houlder 1895]
Manendry tena tahaka ny alika ho any an-tsena. [Rinara 1974 #138]
Manendry tena toy ny amboa ho any an-tsena. [Veyrières 1913 #4244, Cousins 1871 #1607, Nicol 1935]
Dikanteny frantsay Ne vous mettez pas toujours en avant (litt. ne vous désignez pas vous-même), comme un chien qui ne demande qu' à aller au marché, - où il sait qu' il trouvera quelque chose à ramasser. [Houlder 1895]
Se désigner soi-même comme le chien qui va au marché. [Veyrières 1913 #4244]
Se produire impudemment, comme un chien dans un marché. [Nicol 1935 #155]
Fanazavana frantsay Le chien va au marché pour voler. Le sens est : se trahir soi-même. [Veyrières 1913 #4244]

Ohabolana Aza manitsaka amboa mandry. [Veyrières 1913 #6275]
Dikanteny frantsay Ne marchez pas sur un chien qui dort. [Veyrières 1913 #6275]
Fanazavana frantsay Proverbe analogue au français : ne réveillez pas un chien qui dort. [Veyrières 1913 #6275]

Ohabolana Aza mipelipelika ohatra ny amboakely len-drano. [Houlder 1895]
Mipelipelika ohatra ny amboa len-drano. [Rinara 1974]
Mipelipelika, toy ny amboa len-drano. [Cousins 1871 #1804]
Dikanteny frantsay Ne vous débattez pas tant comme un petit chien mouillé. [Houlder 1895]

Ohabolana Aza mitsararaka ho akanga hianao, fa manana amboa mahay ala aho. [Cousins 1871 #674]

Ohabolana Aza te-hoderain' ny alika, ka mikiky taolana tsy misy hena. [Houlder 1895 #840]
Aza te-hoderain' ny alika ka mikiky taolan-tsy misy hena. [Rinara 1974 #813]
Te hoderain' ny amboa, ka mikiky taolan-tsy misy hena. [Veyrières 1913 #2114]
Dikanteny frantsay C' est sans doute pour se faire louer du chien qu' il rogne un os où il n' y a rien à prendre. [Veyrières 1913 #2114]
Ne cherchez pas à être loué par les chiens en rongeant pour cela des os qui n' ont plus de viande. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se disait des amateurs de louanges. [Veyrières 1913]

Ohabolana Be tsy adala hoatry ny amboan' Avaradrano. [Veyrières 1913 #2075]
Dikanteny frantsay Maladroit et lourdaud comme les chiens d' Avaradrano au nord de l'Imerina. [Veyrières 1913 #2075]

Ohabolana Fadin-dambo amin' amboa. [Veyrières 1913 #3075]
Tsy afa--dambo amin' amboa. [Veyrières 1913 #3075]
Dikanteny frantsay Ce que les cochons et les chiens ne feraient pas, tant c' est exécrable. [Veyrières 1913 #3075]

Ohabolana Fakana amboan-tSakalava: tanana amy ny vavany ihany vao mety mihinana. [Cousins 1871]
Fakana amboan-tSakalava : tanana amin' ny vavany ihany vao mihinana. [Rinara 1974]

Ohabolana Fatakana volon-dambo; tenina volon’ amboa : tsy ny atao, vita, tsy ny alàna, afaka fa Zanahary mandidy. [Samson 1965 #F20]

Ohabolana Fatotr’ amboan’ Ingara : aleo faty no isarahana. [Cousins 1871]
Fatotr’ amboan’ Ingara : aleo maty toy izay ho lasa. [Cousins 1871]
Fatotr' amboan' Ingara : aleo maty toy izay lasana. [Rinara 1974 #1134]
Fatotr' amboan' Ingara: ka aleo maty toy izay ho lasa. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Ingara attachant un chien: il aime mieux le faire périr que de le voir s' échapper. [Houlder 1895]

Ohabolana Fiaron' amboalahy antitra. [Veyrières 1913 #5367]
Dikanteny frantsay L'égoïste garde son bien comme un vieux chien édenté protège son os. [Veyrières 1913 #5367]
Fanazavana frantsay La même expression signifiait : faire grand tapage et fracas sans effet, comme un vieux chien qui ne fait plus qu' aboyer pour défendre la maison. [Veyrières 1913 #5367]

Ohabolana Fitiavako trandraka tsy hibabiako amboa. [Houlder 1895]
Fitiavako trandraka tsy ibabiako amboa. [Samson 1965 #F30]
Fanazavana malagasy Fitiavako trandraka tsy hibabeko alika. [Houlder 1895]

Ohabolana Harongam-pohatra ny momba; milevin' ila fa tsy lo ny miteraka, andrasan' amboa varavarana ny amboalambo, ary mandry be tsy matory ny mpitrosa. [Rinara 1974]
Harongam-pohatra ny momba; milevin' ila tsy lo ny miteraka. [Veyrières 1913 #912]
Harongam-pohatra ny momba ; milevin' ila tsy lo ny miteraka ; andrasan' amboa varavaranany amboalambo ; mandry be tsy matory ny mpitrosa. [Cousins 1871 #1037]
Dikanteny frantsay La femme stérile est comme un arbre haronga arraché ; la femme qui a enfanté peut avoir sa moitié enfouie sans être pourrie. [Veyrières 1913 #912]
Fanazavana frantsay Ce proverbe dit la tristesse de la stérilité et le bonheur de la maternité ; il fait allusion au placenta que le père va enfouir au sud de la maison, après la naissance de l' enfant. [Veyrières 1913 #912]

Ohabolana Hena lasan' amboa : ny hena lasany leoko ihany, fa ny fidingin' ny rambony no tsy tanty. [Rinara 1974 #1305]
Hena lasan' amboa : ny hena moa dia hanao ahoana, fa ny fidingin' ny rambony no tsy tiako. [Veyrières 1913 #4490, Cousins 1871 #1046]
Dikanteny frantsay Morceau de viande emporté par un chien : passe pour la viande, mais ce qui m' est insupportable, c' est la manière dont il dresse sa queue. [Veyrières 1913 #4490]
Fanazavana frantsay Le procédé est souvent plus pénible que la chose elle-même. [Veyrières 1913 #4490]

Ohabolana Hianao kibobo mahay manjohy, izaho amboa mahay mihaza. [Rinara 1974 #1321, Cousins 1871 #1060]

Ohabolana Hotetehiko hoatry ny bala ka homeko ny amboa. [Veyrières 1913 #4193]
Dikanteny frantsay Je mettrai leurs corps en morceaux aussi petits que des balles, et je le donnerai en nourriture aux chiens. [Veyrières 1913 #4193]
Fanazavana frantsay Paroles d' Andrianampoinimerina, Radama et autres chefs contre leurs ennemis. [Veyrières 1913 #4193]

Ohabolana Joko an-danonana fa mavitrika amim-paty toa amboa. [Rinara 1974 #1569]
Joko an-danonana, fa mavitrika am-paty, tahaka ny amboa. [Cousins 1871 #1217]
Joko an-danonana, fa mavitrika am-paty tahaky ny amboa. [Veyrières 1913 #2035]
Dikanteny frantsay Timide et retenu dans les réjouissances publiques, mais ardent dans les funérailles : c' est agir à la manière des chiens. [Veyrières 1913 #2035]
Fanazavana frantsay Se disait des gens originaux, ne faisant rien comme tout le monde. [Veyrières 1913 #2035]

Ohabolana Kaodikaody ohatra ny amboam-bahiny: izay mandalo rehetra toa hikapoka daholo. [Cousins 1871]
Kaodikaody ohatra ny amboa vahiny, izay mandalo rehetra toa hikapoka daholo. [Rinara 1974]

Ohabolana Lanjan’ amboa : atahorana ny vavany hanaikitra, atahorana ny vodiny handoto. [Samson 1965 #L29]

Ohabolana Lehibe tsy havanambanana ohatra ny amboan' Avaradrano. [Rinara 1974]
Lehibe tsy havanambanana, toy ny amboan’ Avaradrano. [Houlder 1895 #1387, Veyrières 1913 #2084, Cousins 1871 #1360]
Dikanteny frantsay Grand, mais maladroit, comme les chiens de l' Avaradrano. [Houlder 1895]
Grand, sans être leste, comme les chiens d' Avaradrano. [Veyrières 1913 #2084]
Fanazavana frantsay Les gens de l'Avaradrano (pays situé entre Tananarive et Ambohimanga) sont réputés intelligents, mais non leurs chiens. [Houlder 1895]
Se disait des lourdauds et des maladroits. [Veyrières 1913 #2084]

Ohabolana Mahamonamonaina, ohatra ny tantely vidin' amboa. [Cousins 1871]
Mahamonamonaina ohatra ny tantely vidin' anoka. [Rinara 1974]
Mahamonamonaina tahaky ny tantely vidin' amboa. [Veyrières 1913 #4512]
Dikanteny frantsay Qui donne des nausées comme le miel acheté avec le prix d' un chien. [Veyrières 1913 #4512]
Fanazavana frantsay Les Tanala, habitants des forêts, aimaient les chiens et échangeaient leur miel contre des chiens. Proverbe de mépris pour les chiens ; le sens était que pour le prix d'un chien, on n' avait qu'un mauvais miel donnant des nausées. [Veyrières 1913 #4512]

Ohabolana Mahita amboa miady taolana ka mahatsiaro ny hena fony nandro. [Cousins 1871 #1423, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Mahita ny amboa miady taolana, ka mahatsiaro ny hena fony nandro. [Veyrières 1913 #2510, Houlder 1895]
Fanazavana malagasy Ilazana ny fisehoanjavatra izay mamohafoha ny fotoana teo aloha; zavatra kely mampahatsiahy ny lasa, na soa izany na ratsy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay En voyant des chiens se disputer des os, on se souvient de la viande (abondante) de la Fête passée. [Houlder 1895]
Voir des chiens qui se disputent un os et se rappeler la viande qu' on a mangé aux réjouissances de la fête du Bain royal. [Veyrières 1913 #2510]
Fanazavana frantsay Au moment du Fandroana (Fête du bain), on tuait beaucoup de bœufs, et même les chiens mangeaient de la viande à ce moment-là. [Houlder 1895]
Se disait des pauvres gens qui ne font guère liesse qu' au premier jour de l' année ; se disait aussi des gourmands à qui l'eau revenait à la bouche au souvenir du festin. [Veyrières 1913 #2510]

Ohabolana Mamono amboa : izay namono, manary. [Samson 1965 #M76]

Ohabolana Manao sotrobe lava tango: mahay atsy, mahay aroa. [Rajemisa 1985]
Sotrobe lava tango, ka mahay atsy mahay aroa. [Rinara 1974 #3956]
Sotrobe lava tango : mahay atsy, mahay aroa. [Cousins 1871 #2946, Nicol 1935 #282]
Sotrobe lava tango mahay atsy mahay aroana. [Veyrières 1913 #5039]
Sotrobe lava tango, sady fikapohana alika no fangaroana anana. [Abinal 1888]
Sotrobe lava tango: sady mahay atsy no mahay aroa. [Rajemisa 1985]
Sotroben-dRatsiavanga, ka sady fikapohana amboa no fangaroana anana. [Rinara 1974 #3958]
Sotroben-dRatsiavanga: sady fikapohana akoho no fangaroana anana. [Houlder 1895]
Sotroben-dRatsiavanga : sady fikapohana amboa no fangaroana anana. [Cousins 1871 #2947]
Fanazavana malagasy Ilazana ny olona mihatsaravelatsihy izay tsy menatra ny hanaratsy rehefa any amin' ny ilany, ary hanao toy izany koa any amin' ny an-daniny. [Rajemisa 1985]
Manao izay hifankahazoana resaka amin' olona na antokon' olona roa mifanohitra na tsy mitovy hevitra, mihatsaravelatsihy. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Cuiller à manche : elle peut puiser ici et là. [Veyrières 1913 #5039]
La grande cuillère de Ratsiavanga: elle sert en même temps à frapper les poules et à brasser les légumes (dans la marmite). [Houlder 1895]
La grande cuillère qui a un long manche, sert à frapper les chiens et à mêler les herbes dans la marmite. [Abinal 1888]
Louche à long manche, qui atteint à droite et à gauche. [Nicol 1935 #282]
Fanazavana frantsay Qui sert à deux fins; qui sait mettre la discorde et aussi à réconcilier. [Abinal 1888]
Se disait des gens qui savaient se faire passer amis des deux partis. [Veyrières 1913]

Ohabolana Maniry hanina an-tenda, hoatry ny amboa miambozon-koditra. [Veyrières 1913 #5859]
Maniry manitra ohatra ny alika miambozon-koditra. [Akademia 2005, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Nahoana no maniry manitra tahaka ny alika miambozon-koditra ? [Rinara 1974 #179]
Fanazavana malagasy Entina milaza olona mitsiriritra zava-tsoa izay lavitra azy sy mety ho sarotra ny hahazoana azy nefa tsy lavitra azy dia efa misy an'io zavatra tsiriritiny io saingy tsy azony alaina ho azy akory. [Akademia 2005]
Entina milaza olona tsy lavitra zava-tsoa iray, nefa tsy afaka haka azy fa mitsiriritra lava eny. [Rajemisa 1985]
Eo akaikin' ny zavatsoa iray lalandava, nefa tsy afaka hanararaotra. [Rajemisa 1985]
Maniry hahazo zavatra mahafinaritra izay eo akaikin' ny tena lalandava, nefa tsy ho azo na oviana na oviana. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Désirer une nourriture qu' on a à la gorge, c' est comme le chien qui a un collier en peau. [Veyrières 1913 #5859]

Ohabolana Maro ny sangy fa ny tain' amboa tsy hifampitorahana. [Rinara 1974 #2144]
Maro no sangy, fa ny tain’ amboa tsy azo hifanorahana. [Cousins 1871 #1639]
Maro no sangy, fa ny tain' amboa tsy azo ifanorahana. [Veyrières 1913 #4088]
Dikanteny frantsay Il y a beaucoup de plaisanteries, mais cependant on ne peut pas se jeter des excréments de chiens. [Veyrières 1913 #4088]
Fanazavana frantsay Il y a des limites à la plaisanterie. [Veyrières 1913 #4088]

Ohabolana Maty tsy alevin-kavana, tahaka ny amboa. [Rinara 1974 #2208]
Maty tsy alevin-kavana, toy ny amboa. [Houlder 1895 #2136, Veyrières 1913 #2873, Cousins 1871 #1667]
Dikanteny frantsay Mourir, et ne pas être enterré par ses parents, comme un chien. [Houlder 1895]
Mourir sans être enterré par ses parents, c' est mourir comme un chien. [Veyrières 1913 #2873]

Ohabolana Miala maina toy ny avy nandevina alika. [Rinara 1974 #2245]
Miala maina toy ny mandevina amboa. [Veyrières 1913]
Miala maina toy ny mpandevim-boka. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay S' en retourner les mains vides comme on était venu, à la façon de ceux qui ont enterré un lépreux ou un chien. [Veyrières 1913 #2013]
Fanazavana frantsay Allusion à ce qu' il n'y avait pas de distribution à ces sortes de funérailles ; on appliquait ce proverbe à ceux qui partaient sans avoir reçu de présents. [Veyrières 1913 #2013]

Ohabolana Mianjona karaha amboa naondrana. [Samson 1965 #M106]

Ohabolana Mibalitalita hoatry ny amboa kely voky ron-kena. [Veyrières 1913 #4695]
Dikanteny frantsay Marcher avec peine comme un petit chien au gros ventre, repu de sang. [Veyrières 1913 #4695]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui mangent trop. [Veyrières 1913 #4695]

Ohabolana Mihomehy amboa mahia ka ibohazan' ny volony. [Rinara 1974 #2326]

Ohabolana Mitoha tsy manana ohatra ny amboa, be fady andro toa kisoa. [Rinara 1974]
Mitoha tsy manana, toy ny amboa; be fady andro, toy ny kisoa. [Cousins 1871 #1870]

Ohabolana Mitondra izay fitondran-tena tsy ampy ka vovozin' ny amboa tompon-tany. [Veyrières 1913 #3042, Rinara 1974 #2475, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Avoir une conduite insuffisante : les chiens du pays aboient après. [Veyrières 1913 #3042]

Ohabolana Miverin-dalana ohatra ny amboa mahia. [Rinara 1974]
Miverin-dalana ohatra ny amboa reraka. [Rinara 1974]

Ohabolana Mpamosavy novovozin' ny alika : ho azy ihany no farany. [Rinara 1974 #2568]
Mpamosavy novovozin' ny amboa : ho azy ihany no farany. [Veyrières 1913 #163, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Un chien aboie contre un sorcier, à la fin il l' aura. [Veyrières 1913 #163]
Fanazavana frantsay Le chien mangera le cadavre du sorcier qui n' aura pas de tombeau après sa mort ; le destin le plus fort finit toujours par l' emporter. [Veyrières 1913 #163]

Ohabolana Na amboako na amboan' olona, izay vandana dia kary. [Houlder 1895 #1070, Veyrières 1913 #4309]
Na amboako na amboan' olona rehefa vandana: kary. [Rinara 1974 #2643]
Dikanteny frantsay Que ce soit mon chien ou celui d' un autre, celui qui est tacheté est un chat sauvage. [Veyrières 1913 #4309]
Que ce soit mon chien ou celui d' un autre, le chien qui est tacheté est un chat sauvage. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Paroles dites pour insinuer des accusations ou des soupçons. [Veyrières 1913 #4309]

Ohabolana Ny amboa aza atao hoe, an' ny malala. [Houlder 1895 #230]
Ny amboa aza natao hoe : an' ny malala. [Rinara 1974 #2861]
Dikanteny frantsay On dit même d' un chien: "Le chien de mon chéri" . [Houlder 1895]

Ohabolana Ny amboa no be aina, fa raha voky ran-kena, mandry ilalana. [Houlder 1895 #824, Veyrières 1913]
Ny amboa no be aina fa raha voky ran-kena mandry lalana. [Cousins 1871 #2148, Rinara 1974]
Tsy misy be aina noho ny alika, fa raha voky ran-kena, mandry ilalana. [Veyrières 1913]
Tsy misy be aina ohatra ny alika, fa raha voky ran-kena mandry lalana. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Le chien est un animal bien vigoureux, mais quand il est repu de sang, il couche en chemin avant d' arriver au terme. [Veyrières 1913 #4543]
Un chien est très vigoureux; mais quand il est repu de sang de viande, il se couche en route. [Houlder 1895 #824]
Fanazavana frantsay Paroles dites par l' invité pour dire qu' il est rassasié. [Veyrières 1913 #4543]

Ohabolana Ny avona rambon' amboa, ka samy mijonjona amin' ny azy. [Rinara 1974 #2911]
Ny avona rambon’ amboa : samy mijojona ny azy. [Cousins 1871]
Ny avona, rambon' amboa : samy mijonjona ny azy. [Veyrières 1913]
Ny hambom-po rambon’ amboa : samy mijojona ny azy. [Cousins 1871]
Ny hambom-po, rambon' amboa : samy mijonjona ny azy. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay La fierté, le point d' honneur c' est une queue de chien : chaque chien porte sa queue droite. [Veyrières 1913 #6019]

Ohabolana Ny fitia tsy fanao mody voky, na mody iavonana toa varin' amboa mahamay. [Rinara 1974 #3003]

Ohabolana Ny kary tsy tia; ny amboa maivivy. [Houlder 1895 #2211, Cousins 1871 #2278]
Ny kary tsy tia, ny amboa mihivihivy. [Rinara 1974 #3039]
Dikanteny frantsay Le chat sauvage n' en veut pas; le chien en a des nausées. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny nenina tsy ondry roahina fa amboa manjohy lalana. [Rinara 1974]

Ohabolana Ny ondry voatsipy taolana, ary ny amboa voatsipy vilona: tao ihany fa nifanolana. [Houlder 1895 #1688]
Ny ondry voatsipy taolana, ny alika voarotsa-bilona: tao ihany fa nifamadika. [Rinara 1974 #3202]
Ny ondry voatsipy taolana, ny amboa voatsipy vilona : tao ihany fa nifanolana. [Veyrières 1913 #3733, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Au mouton on a jeté un os, et au chien de l' herbe: les deux choses étaient bien là, mais pas à leur place respective. [Houlder 1895]
Au mouton on a jeté un os, et au chien de l' herbe : tout y était, seulement il y a eu confusion. [Veyrières 1913 #3733]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui font les choses à rebours. [Veyrières 1913 #3733]

Ohabolana Ny ratsy toy ny amboa: raha esesena, dia avy. [Cousins 1871 #2405]
Ny ratsy toy ny amboa : raha esiesena dia avy. [Veyrières 1913 #3052]
Dikanteny frantsay Le mal est comme les chiens : quand on l' appelle, il vient. [Veyrières 1913 #3052]

Ohabolana Ny sodokan' ny amboa tsy ho vola, hitaiza zana-kisoa mba hiavotana. [Rinara 1974 #3250]

Ohabolana Ny torovok' amboa maro mpahalala, fa ny hisafelehan' ny rambony no tsy misy mahafantatra. [Rajemisa 1985]
Torovok' amboa maro mahalala, fa ny fisafeliky ny rambony no tsy fantatra. [Rajemisa 1985]
Fanazavana malagasy Enti-milaza fa ny tenin' ny olona mahay mandahatra dia mety hazava ho azy fa ny hevitra miafina fonosiny na ny safeli-teny tiany hatao no tsy fantatra. [Rajemisa 1985]
Ilazana fa misy toetran' olona na toe-javatra iaraha-mahalala izao, fa ny ho fihetsiny na ho vokany any aorianano tsy misy mahafantatra. [Rajemisa 1985]

Ohabolana Ny volon-tany samy hafa: fa raha any aminay izany, dia vovon' alika, fa atý aminareo angaha no olona. [Houlder 1895]
Ny zon-tany samy hafa angaha, fa raha any aminay izany dia vovòn' amboa, fa aty aminareo angaha no olona. [Rinara 1974 #3384]
Dikanteny frantsay Autres pays, autres mœurs: chez nous ce serait un aboiement de chien, mais ici, chez vous, c' est peut-être un homme. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay On parle des paroles de quelqu' un, qui n' auraient aucune importance dans un endroit, mais qui en ont dans un autre. [Houlder 1895]

Ohabolana Nokekerin' amboa tany Imamo, ka any Ambatomanga mbola mikapoka alika ihany. [Veyrières 1913 #6404, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Mordu par un chien dans l'Imamo, il frappe encore les chiens lorsqu' il est à Ambatomanga dans l'Imerina. [Veyrières 1913 #6404]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui n' oublient pas. [Veyrières 1913 #6404]

Ohabolana Nokekerin' ny amboa kely tiana. [Rajemisa 1985 #61]
Nokekerin' ny amboa kely tiana izy. [Veyrières 1913]
Nokinaikitry ny amboakely tiana. [Rinara 1974 #2807]
Voakaikitry ny amboa kely tiana. [Nicol 1935 #388]
Fanazavana malagasy Enti-milaza olona navadik' ilay olon-tiany fatratra. [Rajemisa 1985 #61]
Dikanteny frantsay Il a été mordu par son petit chien chéri. [Veyrières 1913]
Il a été payé d’ingratitude. [Veyrières 1913]
Mordu par son petit chien favori. [Nicol 1935 #388]

Ohabolana Odian-tsy tiana ohatra ny varin' amboa mahamay. [Rinara 1974]
Odian-tsy tiana, tahaka ny varin’ amboa mahamay. [Cousins 1871]
Odian-tsy tiana tahaky ny varin' amboa mahamay. [Veyrières 1913 #5127]
Dikanteny frantsay Qu' on fait semblant de ne pas aimer, comme le chien a l' air de ne pas aimer son riz trop chaud. [Veyrières 1913 #5127]
Fanazavana frantsay Se disait du jeu de l'amour ; se disait aussi de ceux qui feignaient de ne pas vouloir acheter, ou faire un contrat. [Veyrières 1913 #5127]

Ohabolana Ondry : manao katro-doha, amboa : mifanaikitra, saka : mifandrangotra, samy ady fa tsy mitovy. [Rinara 1974]

Ohabolana Raha amboa no miady, aoka hanao, fa tsy salaka ho tapaka, tsy lamba ho rovitra. [Cousins 1871]
Raha amboa no miady, aoka hifanao, fa tsy salaka ho tapaka, tsy lamba ho rovitra. [Rinara 1974 #3549]

Ohabolana Sakalava manaiky tsy mba famono ; amboa mitsilany tsy hanin' ny namany. [Cousins 1871 #2831, Nicol 1935 #20]
Dikanteny frantsay On ne met pas à mort un Sakalava qui s'est soumis ; les chiens épargnent leur congénère renversé à terre. [Nicol 1935 #20]

Ohabolana Saka manana ny hohony, amboa manana ny vanginy. [Rinara 1974 #3812]

Ohabolana Salasala toy ny mitery ombin-drafozana : mirerarera toa tsy hahazo, hisikina toa hamono zanak' omby. [Rinara 1974]
Salasala, toy ny mitery ombin-drafozana : mirerarera, toa tsy hahazo ; misikina, toa mivolon-ko tompony ; misaron-doha, toa miavona ; mipetraka, ataon' ny olona ho amboa. [Veyrières 1913 #1475, Cousins 1871 #2850]
Dikanteny frantsay Embarrassé comme un gendre qui va traire la vache de son beau-père : s' il n'y met pas assez d' ardeur, il ne réussira pas ; s' il en met trop, il aura l' air d' être le maître ; s' il se couvre la tête, il a l' air d' être fier ; s' il s' assied, on le prend pour un effronté. [Veyrières 1913 #1475]
Fanazavana frantsay Le gendre a la situation difficile, il n' est pas considéré comme le fils. [Veyrières 1913 #1475]

Ohabolana Tain’ amboa, ka ny avo ihany no tovonana. [Veyrières 1913 #2245, Rinara 1974 #3991, Cousins 1871]
Dikanteny frantsay Ordures de chiens : les chiens y ajoutent encore. [Veyrières 1913 #2245]
Fanazavana frantsay Ce proverbe se disait dans les partages ; dans son sens général il signifiait que les riches augmentent toujours leurs richesses. [Veyrières 1913 #2245]

Ohabolana Tain’ amboa mitongoa mandotra : ratsy ambonin’ ny ratsy. [Samson 1965 #T9]

Ohabolana Tany Imano re no nokekerin' alika fony fahavaratra, ka ambaraka ny efa aty Ilavatehezana avy ankehitriny no malonilony manenjika amboa mba hivaliana faty. [Veyrières 1913 #6384]
Dikanteny frantsay Il a été mordu par un chien dans l'Imano pendant l' été, et à Ilavatehezana maintenant il poursuit les chiens pour se venger. [Veyrières 1913 #6384]
Fanazavana frantsay Il n' oublie pas. [Veyrières 1913 #6384]

Ohabolana Tanontanonim-poana, toy ny varin’ amboa maha-may. [Veyrières 1913 #3976, Rinara 1974 #4050, Cousins 1871 #3015]
Dikanteny frantsay Regarder assis nonchalamment comme le chien regarde son riz trop chaud. [Veyrières 1913 #3976]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui sont assis au lieu de travailler. [Veyrières 1913 #3976]

Ohabolana Te-hoderain’ ny amboa, ka mikiky taolan-tsy misy. [Cousins 1871 #3062]

Ohabolana Tezitra vao mivanika, toy ny alika. [Veyrières 1913 #5633, Cousins 1871 #3087]
Tezitra vao mivanika, toy ny amboa. [Rinara 1974 #4126]
Dikanteny frantsay Montrer les dents, quand on is' irrite, comme les chiens. [Veyrières 1913 #5633]

Ohabolana Toy ny amboa: anana-mahavoafady, tsy anana-mahavoafady. [Houlder 1895 #1487]
Toy ny amboa : ananana mahavoafady, tsy ananana mahavoafady. [Rinara 1974 #4255]
Dikanteny frantsay Comme les chiens si on en a, on vous blâme; et si on n' en a pas, on vous blâme aussi. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Dans le premier cas, c' est parce qu' un chien peut incommoder les voisins; et dans le second, c' est parce qu' on dit de celui qui ne possède rien: il n' a pas même un chien. [Houlder 1895]

Ohabolana Toy ny amboa : ananam-be, tsy malaza ; tsy ananana, maha-voafady. [Veyrières 1913 #2252, Cousins 1871 #3177]
Dikanteny frantsay C' est comme les chiens : en avoir beaucoup ce n' est pas une gloire, mais n' en plus avoir cela déshonore. [Veyrières 1913 #2252]
Fanazavana frantsay Dans certaines contrées il y avait beaucoup de chiens ; ce proverbe se disait des héritiers dissipateurs à qui il ne reste rien, pas même un chien. [Veyrières 1913 #2252]

Ohabolana Toy ny amboa mainty vava, ka ataony ho nangala-pihinana ihany. [Houlder 1895 #1071, Cousins 1871]
Toy ny amboa ngerom-bava, ka ataony ho nangala-pihinana ihany. [Cousins 1871]
Toy ny amboa ngerom-bava, ka ohatra ny avy nangala-pihinana ihany. [Rinara 1974]
Toy ny saka ngerom-bava, ka ohatra ny avy nangala-pihinana ihany. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Semblable à un chien à la gueule sale, qui est soupçonné d' avoir volé de la nourriture. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Parce que les apparences sont contre lui. [Houlder 1895]

Ohabolana Torovok’ amboa maro mahalala, ny safeliky ny ohiny tsy maro mahay. [Samson 1965 #T103]

Ohabolana Tovolahy tsy mahalala ho an-tena, sakafon' ny alika gaigy. [Houlder 1895 #1921, Rinara 1974 #4234]
Tovolahy tsy mahalala ho an-tena, sakafon' ny amboa gaigy. [Veyrières 1913 #1592, Cousins 1871 #3167]
Dikanteny frantsay Jeune homme imprévoyant : il sera la pâture des chiens enragés. [Veyrières 1913 #1592]
Un jeune homme qui ne sait pas se conduire deviendra la proie des chiens enragés (c.à.d. de mauvais compagnons). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay L'imprévoyance conduit à la ruine et au déshonneur. Ne pas recevoir de sépulture, était considéré comme un mal redoutable. [Veyrières 1913 #1592]

Ohabolana Tritran' amboa. [Veyrières 1913 #6788]
Dikanteny frantsay Pet de chien. [Veyrières 1913 #6788]
Fanazavana frantsay Se disait des vauriens. [Veyrières 1913 #6801]

Ohabolana Tsara ny miezaka fa iaraha-manana amin' ny amboa. [Rinara 1974 #4408]
Tsara ny miezaka, kanefa omban' ny amboa manana. [Houlder 1895 #1242]
Tsara ny miezaka, saingy omban’ ny amboa manana. [Veyrières 1913 #3822, Cousins 1871 #3286]
Dikanteny frantsay C'est très beau d'aller vite, mais on a cela de commun avec les chiens. [Veyrières 1913 #3822]
Il est bon de courir (de toutes ses forces), mais un chien en fait autant. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Donc, il ne faut pas s' en vanter. [Houlder 1895]
Il ne suffit pas d' aller vite, mais il faut bien faire. [Veyrières 1913 #3822]

Ohabolana Tsy amboa tsy lambo. [Veyrières 1913 #2565]
Dikanteny frantsay Sans chien ni cochon. [Veyrières 1913 #2565]
Fanazavana frantsay Cette expression se disait des malheureux, pauvres et solitaires. [Veyrières 1913 #2565]

Ohabolana Tsy mahavaly vava amboa. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Qui ne peut mettre à l' ordre son chien. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Qui ne sait pas réprimer, trop indulgent ; se disait aussi de ceux qui étaient vaincus par des paroles sans fin. [Veyrières 1913]

Ohabolana Tsy manana amboa akory. [Veyrières 1913 #2567]
Dikanteny frantsay Il est si pauvre qu'il ne possède même pas un chien. [Veyrières 1913 #2567]

Ohabolana Tsy manan-karon-kasiana, hoatry ny alika. [Veyrières 1913 #2414]
Tsy manan-karon-kasiana, ohatra ny alika. [Houlder 1895]
Tsy manan-karon-kasiana ohatra ny amboa. [Rinara 1974 #4526]
Dikanteny frantsay Le prodigue est comme le chien qui n' a pas de panier pour amasser. [Veyrières 1913 #2414]
Ne pas avoir de panier pour y amasser, comme le chien. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Se dit des gens qui dépensent aussitôt ce qu' ils ont gagné. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy mety raha hitarika amboa mihazo ity, fa nony mitondra hena nivily lalana. [Rinara 1974]
Tsy mety raha mitarika amboa ; mahazo ity ; fa nony mitondra hena, mivily lalana. [Cousins 1871]
Tsy mety raha mitarika amboa : mandalo tanàna, fa nony mitondra hena mivily lalana. [Rinara 1974]

Ohabolana Tsy mety raha mamporisika ny amboa ho firain' ny lambo. [Veyrières 1913 #3373, Rinara 1974 #4605, Cousins 1871 #3427]
Dikanteny frantsay Il ne faut pas exciter les chiens à se faire déchirer par les sangliers. [Veyrières 1913 #3373]
Fanazavana frantsay Se disait des gens qui excitaient les autres à faire des procès, pour vivre à leurs dépens. [Veyrières 1913 #3373]

Ohabolana Tsy mety raha miala maina ohatra ny nandevim-boka. [Rinara 1974]
Tsy mety raha miala maina toy ny mandevim-boka. [Cousins 1871, Houlder 1895]
Tsy mety raha miala maina toy ny mandevin-amboa. [Houlder 1895]
Tsy mety raha mody maina toy ny avy nandevina amboa. [Rinara 1974 #4654]
Tsy mety raha mody maina, toy ny mandevina amboa. [Cousins 1871 #3471]
Dikanteny frantsay Il n' est pas convenable de s' en aller les mains vides comme lorsqu' on a enterré un lépreux (ou: un chien). [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Aux ensevelissements de gens qui se respectaient, il y avait toujours une distribution d' argent (le "ala fady") et de viande de bœuf. [Houlder 1895]

Ohabolana Tsy mety raha mihazakazaka tsy hihaino teny, hoatry ny alika. [Veyrières 1913 #1735]
Tsy mety raha mihazakazaka tsy hihaino teny, ohatra ny alika. [Cousins 1871]
Tsy mety raha mihazakazaka tsy hihaino teny ohatra ny amboa. [Rinara 1974]
Dikanteny frantsay Il ne sied pas de courir pour ne pas entendre un ordre donné comme font les chiens. [Veyrières 1913]
Fanazavana frantsay Se disait de ceux qui n'écoutaient pas les ordres ou partaient avant d'avoir entendu. [Veyrières 1913 #1735]

Ohabolana Tsy mety raha ratsy amboa mpanaraka. [Veyrières 1913 #6531]
Dikanteny frantsay Il ne convient pas de se faire suivre d' un vilain chien. [Veyrières 1913 #6531]
Fanazavana frantsay On jugera de l'homme d'après le chien. Se disait de ceux qui traitent mal leurs inférieurs : cela rejaillit sur eux. [Veyrières 1913 #6531]

Ohabolana Tsinjak' amboa. [Veyrières 1913 #6793]
Dikanteny frantsay Danse de chien. [Veyrières 1913 #6793]
Fanazavana frantsay Se disait de la diarrhée. [Veyrières 1913 #6793]

Ohabolana Velona amboa. [Veyrières 1913 #176]
Dikanteny frantsay Accusé dont le chien est vainqueur dans l' épreuve du tanguin. [Veyrières 1913 #176]
Fanazavana frantsay On remplaçait parfois l' accusé par un chien ou un poulet dans l' épreuve du tanguin ; si l' animal n' était pas tué par le poison, l' accusé était déclaré innocent. [Veyrières 1913 #176]

Ohabolana Vovòn' alika tsy hery fa tahotra. [Cousins 1871, Houlder 1895, Nicol 1935, Rajemisa 1985]
Vovòn' amboa, tsy hery fa aro-tena. [Veyrières 1913]
Vovòn' amboa : tsy hery fa tahotra. [Veyrières 1913, Rinara 1974]
Fanazavana malagasy Enti-milaza ireo tsy maty am-bavany nefa maivana ady. [Rajemisa 1985]
Entina milaza ireo be vava izay be feo fotsiny nefa kanosa tsy sahy miroso hifanandrina. [Rajemisa 1985]
Dikanteny frantsay Aboiement de chien: ce n'est pas courage mais peur. [Nicol 1935 #40]
Ceux qui ont le verbe haut, mais peu de courage, sont semblables au chien qui aboie non par force et courage, mais par peur et pour se sauver. [Veyrières 1913 #6058]
Des aboiements de chien: ce n' est pas de la force, c' est de la peur. [Houlder 1895 #810]

Fizahan-teny